Aide en Philo

Dans quelle mesure la forme littéraire peut-elle rendre une argumentation plus efficace ?

Extrait du document

 

I- Les genres dédiés à l'argumentation

            Les auteurs se sont souvent sentis « investis » d'une mission, celle d'éclairer le peuple et d'être un guide. Traditionnellement, l'argumentation trouve son lieu d'expression dans les genres « sérieux » :

            A- Le dialogue

Dialoguer, c'est tenter de convaincre, de persuader son interlocuteur (cf. le dialogue chez Socrate) : cela est reproduit à l'écrit par l'auteur => lecteur amené à réfléchir et/ou à ce qu'il adhère à la thèse défendue. Multiplicités des thèmes abordés et notions (bien/mal, beau/laid...).

Cf Entretien d'un père avec ses enfants (ex : question de respect du Serment d'Hippocrate : un criminel mérite t-il d'être soigné ?) : Diderot => aucun des personnages n'est censé représenter la pensée de l'auteur à lui seul : c'est sa réflexion intégrale qui est illustrée.

 

Depuis très longtemps, les romanciers (Dickens, Rousseau, Zola...) mais aussi des poètes, des dramaturges utilisent leurs oeuvres à des fins « sociale », en intervenant et/ou dénonçant certains abus de la société dans leurs écrits. Comment la littérature peut-elle intervenir dans la société et argumenter ? Comment l'écrit peut-il toucher et faire évoluer la société ? Quels sont les outils littéraires, les genres que l'auteur peut utiliser afin d'être le plus persuasif possible ?

« Depuis très longtemps, les romanciers (Dickens, Rousseau, Zola...) mais aussi des poètes, des dramaturges utilisent leurs oeuvres à des fins « sociale », en intervenant et/ou dénonçant certains abus de la société dans leurs écrits. Comment la littérature peut-elle intervenir dans la société et argumenter ? Comment l'écrit peut-il toucher et faire évoluer la société ? Quels sont les outils littéraires, les genres que l'auteur peut utiliser afin d'être le plus persuasif possible ? I- Les genres dédiés à l'argumentation Les auteurs se sont souvent sentis « investis » d'une mission, celle d'éclairer le peuple et d'être un guide. Traditionnellement, l'argumentation trouve son lieu d'expression dans les genres « sérieux » : A- Le dialogue Dialoguer, c'est tenter de convaincre, de persuader son interlocuteur (cf. le dialogue chez Socrate) : cela est reproduit à l'écrit par l'auteur => lecteur amené à réfléchir et/ou à ce qu'il adhère à la thèse défendue. Multiplicités des thèmes abordés et notions (bien/mal, beau/laid...). Cf Entretien d'un père avec ses enfants (ex : question de respect du Serment d'Hippocrate : un criminel mérite t-il d'être soigné ?) : Diderot => aucun des personnages n'est censé représenter la pensée de l'auteur à lui seul : c'est sa réflexion intégrale qui est illustrée. B- La correspondance Correspondance qui contient un discours. Par la forme de la lettre, adressée ou pas, l'auteur donne son idée, développe un sujet, une thèse. Cf. Les Provinciales de Pascal qui défendent le jansénisme ou Les Lettres philosophiques de Voltaire : la lettre est un moyen d'exprimer haut et fort des positions politiques, ses idées philosophiques. Cf « Lettre sur le commerce » de Voltaire => éloge de la société anglaise qui travaille vs les Français et les Anglais C- L'essai Le lieu privilégié de l'expression et du développement des idées abstraites => l'essai. • Domaine : histoire, économie, politique, science, pédagogie...=>discours, qui peut prendre de multiples formes, où l'auteur affiche souvent son point de vue => registre didactique puisqu'il propose un enseignement ou un partage de connaissances en un discours structuré – plan rigoureux, thématique, analytique, logique sur un sujet précis. • Les Caractères de La Bruyère : volonté de convaincre => construire un raisonnement, utilise la logique comme arme privilégiée – ex : opposition entre l'état de Paix et la guerre. ∆) Le dialogue mais aussi la correspondance et surtout l'essai sont tout à fait appropriés à l'expression de notions morales ou abstraites. Toutefois, ces genres restent ardus et donc peuvent ne pas toucher tout le monde. C'est pourquoi de nombreux auteurs ont recourt à d'autre genres comme la poésie ou comme la fiction : II- Une littérature argumentative indirecte Les auteurs sont parvenus à exprimer les notions abstraites, à dénoncer des injustices ou à montrer des vices à travers des textes a priori plus simples. A- Le théâtre • Molière écrivait ses comédies afin de faire prendre conscience au spectateur de ses défauts. Il mettait donc en scène nos travers afin que nous en prenions conscience et que nous y remédions. • Moraliste. Représente sur scène nos défauts pour que nous en prenions conscience et que nous y remédions. L'Avare : le spectateur qui voit Harpagon et son argent, son « cher ami » prend conscience du défaut de l'avare, réalise qu'il est lui-même avare et donc décide de ne plus l'être. Molière veut corriger les vices des hommes par le rire. • Théâtre de l'absurde => Forme renouvelée de la comédie, dénonce l'absurdité du langage ou la condition humaine. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles