Aide en Philo

Commentaire: Le jeu de l'amour et du hasard - Acte II scène 7

Extrait du document

Les personnages chez Marivaux avancent sous le masque, car ils ont peur de voir la réalité de leur être, de leur sentiment. Lisette, par son bon sens, a compris ce qui animait Silvia. Sans le vouloir, elle est à l'origine d'une tension chez sa maîtresse. Elle est surprise par la force des sentiments qui animent Silvia et la mettent dans tous ses états. Lisette a donc servi en réalité de catalyseur à l'expression d'une émotion non maîtrisée et par opposition, elle reste calme et garde son sang-froid, ce qui n'est pas chez elle de la provocation, son rôle étant beaucoup facile que celui de Silvia. Elle a même obtenu l'approbation de Monsieur Orgon. Ainsi, elle s'exprime posément. Elle est affirmative. Elle est sûre d'elle et c'est ce qui déstabilise davantage encore Silvia. L'emploi du pronom «moi» est mis en rejet de la phrase, à la clausule, renforce encore la sincérité de Lisette et sa facilité à dire ce qu'elle pense, contrairement à Silvia, qui reste sur la défensive par peur d'avouer ses réels sentiments.

« Demande d'échange de corrigé de Leclaire frederic ([email protected]). \Sujet déposé : Commentaire: Le jeu de l'amour et du hasard - Acte II scène 7 Lecture méthodique de Le jeu de l'amour et du hasard A II sc 7 la dispute de Marivaux.

Etude très détaillée, de très bonne qualité, vous permettant ainsi de progresser rapidement et efficacement tout au long de l'année. Plan de cette étude : Introduction Développement : I l'énervement de Silvia 1 une exaspération grandissante 2 un trouble qu'elle n'arrive plus à cacher II le rôle de Lisette 1 une maladresse involontaire 2 le but : contraindre Silvia à voir clair en elle Conclusion Introduction : Le mode d'expression au théâtre est le discours direct, soit sous forme de monologue, soit sous forme de dialogue. Le dialogue a deux visées essentielles: une visée d'exposition ou d'action, et une visée de tonalité comme c'est le cas ici dans l'échange verbale entre Silvia et Lisette.

En effet, le ton suggère la nature des caractères, l'atmosphère de la pièce, le climat des rapports. Acte II, Scène 7: la dispute Introduction : Le mode d'expression au théâtre est le discours direct, soit sous forme de monologue, soit sous forme de dialogue. Le dialogue a deux visées essentielles: une visée d'exposition ou d'action, et une visée de tonalité comme c'est le cas ici dans l'échange verbale entre Silvia et Lisette.

En effet, le ton suggère la nature des caractères, l'atmosphère de la pièce, le climat des rapports.

C'est donc toujours le ton qui permet de déceler les nuances dans les intentions des personnages.

Ici, le ton s'échauffe entre la maîtresse et la servante.

Silvia est en effet blessée dans son amour-propre.

Elle ne veut pas s'avouer ses sentiments pour Dorante quant à Lisette, elle reste calme et garde son sang froid alors que Silvia troublée perd le contrôle d'elle-même.

Ainsi, l'enjeu d'une telle scène est de nous montrer derrière la dynamique d'une querelle verbale les sentiments et les caractères des personnages en présence. Cela nous permet de développer deux axes: l'énervement de Silvia et le rôle de Lisette. I l'énervement de Silvia L'attitude de Silvia dans cette scène est révélatrice de cette difficulté à contrôler ses émotions.

En effet, cela se manifeste tout d'abord par une exaspération grandissante puis par un trouble qu'elle n'arrive plus à cacher. 1 une exaspération grandissante Silvia est dans cette scène au comble de l'exaspération.

Elle refuse d'entendre parler de mariage avec Arlequin qu'elle dit haïr tout en ne voulant pas reconnaître que celui qui la touche est Bourguignon d'où l'interrogation rhétorique qui débute la querelle à la ligne 46.

L'exaspération est première dans cette scène.

Ces deux. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles