Aide en Philo

Commentaire composé de l'incipit de La Princesse de Clèves de Madame de LAFAYETTE ?

Extrait du document

La fin du 17ème siècle est marqué partout en Europe par le changement de l'idéal esthétique : les auteurs se réclament d'un art ordonné et sobre à l'image des jardins de Versailles dessinés par le Nôtre. Aux débordements du baroque s'oppose alors un art d'unité et de rigueur au service de la morale et de la vertu vers lequel tend l' « honnête homme » naissant. Clarté et sobriété sont au gout du jour, c'est la naissance de Classicisme. Le règne dispendieux et éclatant de Louis XIV est alors à sa glorieuse apogée en France et en Europe entière, et de nombreux artistes, dont des auteurs célèbres ont su se rendre digne du rayonnement de cette cour. Ainsi La Fontaine, Molière et Corneille, ainsi qu'une figure féminine : Marie-Madeleine de Lafayette, qui publia d'abord sous l'anonymat le chef d'oeuvre des romans classiques : La Princesse de Clèves Il ne s'agissait pas là du premier roman, mais d'un roman nouveau qui répondait à l'éclosion de l'esprit moderne, dans la mesure où la modernité était en cette fin du XVIIe siècle l'expression d'une transformation des moeurs et des mentalités.

« Commentaire composé incipit Princesse de Clèves Sujet Commentaire composé de l'incipit de La Princesse de Clèves de Madame de LAFAYETTE La fin du 17ème siècle est marqué partout en Europe par le changement de l'idéal esthétique : les auteurs se réclament d'un art ordonné et sobre à l'image des jardins de Versailles dessinés par le Nôtre. Aux débordements du baroque s'oppose alors un art d'unité et de rigueur au service de la morale et de la vertu vers lequel tend l' « honnête homme » naissant.

Clarté et sobriété sont au goût du jour, c'est la naissance de Classicisme.

Le règne dispendieux et éclatant de Louis XIV est alors à sa glorieuse apogée en France et en Europe entière, et de nombreux artistes, dont des auteurs célèbres ont su se rendre digne du rayonnement de cette cour.

Ainsi La Fontaine, Molière et Corneille, ainsi qu'une figure féminine : Marie-Madeleine de Lafayette, qui publia d'abord sous l'anonymat le chef d'oeuvre des romans classiques : La Princesse de Clèves Il ne s'agissait pas là du premier roman, mais d'un roman nouveau qui répondait à l'éclosion de l'esprit moderne, dans la mesure où la modernité était en cette fin du XV IIe siècle l'expression d'une transformation des. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles