Aide en Philo

Entreprises, entrepreneurs et marchés

Extrait du document

« Entreprises, entrepreneurs et marchés Lire Jean Tirole, chapitre sur l’entreprise Effet Gulliver : « Des millions de petites entreprises ne sont rien, quelques grandes sont tout », Lénine : L’impérialisme stade suprême du capitalisme, 1917 Entreprise : unité de production de biens & services, marchande (privée) ou non marchande (publique) Jean Bouvier s’habille en cadre et travail sur les archives sans autorisation> il a fait le plus grand holdup activiste du siècle St Gobain : date du XVII°, Louis XIV, a fusionné avec Pont-à-Mousson, verre plat. I- Entreprises, entrepreneurs et marchés depuis le XIX° siècle : permanences, idéal, type A/ Entrepreneurs, entreprises et marchés : définitions 1. Entrepreneurs et capitalisme ENTREPRENEUR : Le mot date de 1611 (dans la langue française). Définition générique : personne qui se charge de l’exécution d’un travail, spécialement par un contrat d’entreprise  connotation juridique C’est un mot français. ENTREPRISE : Le mot date de 1699 (dans la langue française). Définition générique : Opération de commerce, le fait pour un entrepreneur de s’engager à fournir son travail, et parfois la matière pour un ouvrage donné dans des conditions précises  connotation juridique Définition depuis 1798 (change de sens : Révolution française qui fait table rase du passé et instaure le libéralisme) : organisation de production de B&S à caractère commercial. Entrepreneur est diffèrent du capitaliste car le capitaliste vend du capital et l’entrepreneur en achète. Donc rapport au capital différent. L’entreprise est associée à la notion même de contrat. Pascal Salin (ultra-libéral) : « c’est un nœud de contrat : les entreprises sont liées au monde par des contrats ». Cantillon est le premier à employer le mot entrepreneur au sens moderne au XVIIème. Mythe de l’entrepreneur : ne pas tomber dans le mythe de la « Success story » (Schumpeter), du self-made man, libéral. On ne retient que ceux qui réussissent (Ford, Steve Jobs…) mais il y a toujours une masse d’échec. Cette dernière est considérée comme plutôt positive dans le modèle anglo-saxon contrairement au modèle français ou l’échec pèse sur l’individu. On ne retiendrait que les succès : or il y a des échecs « les Hommes sont attirés par le gros lot, mais les gros lots ne doivent pas masquer la masse des perdants », Schumpeter Paradoxe de l’entrepreneur : Aucun diplôme n’est requis/nécessaire pour être entrepreneur, mais statistiquement un haut niveau de qualification est fortement corrélé à la bonne santé de l’économie + expérience de salarié dans la branche.  Les patrons du CAC 40 sont passés par HEC Réassureur sont les assureurs des assureurs  David peut-il encore vaincre Goliath ? (petit contre le gros) = Le nain peut-il vaincre le géant ? Les plus grands ne sont pas nécessairement les plus costaud ? une petite entreprise peut-elle encore s’imposer sur le marché ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓