Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : que

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 >>

10796 dissertations trouvées

L'autorité politique peut-elle dériver d'une relation naturelle ?

||  L’autorité est une relation de personne à personne ; en effet, un objet n’a pas, semble-t-il, d’autorité sur un autre objet ou sur une personne. Plus précisément, l’autorité hiérarchise, spatialise les individus en les distinguant les uns des autres. On parle en effet de l’autorité d’un père « sur » ses enfants, d’un maître « sur » ses disciples...

4 pages - 1,80 €

En quoi peut-on dire que je est un autre ?

||  Si « je » peut être un autre, cela sous-entend que « je » existe, et ce « je » peut-être considéré comme le sujet de conscience, le sujet qui pense, qui crois et qui désire, le sujet « transcendantal » d'après Kant. Mais la formule « je est un autre » est antinomique si le « je » est considéré comme le responsable des actions,...

2 pages - 1,80 €

Lexique de Philosophie ?

Abréaction : Décharge émotionnelle, extériorisation affective accompagnant l'accession à la conscience d'un souvenir traumatisant refoulé qui lui permet ainsi de ne pas devenir ou rester pathogène. Altérité : Caractère de ce qui est autre, différent. ANT. identité. Anthropologie : Science de l'homme en général. Antinomie : Chez Kant, contradiction, résultant des lois mêmes de...

2 pages - 1,80 €

Dans quelle mesure la forme littéraire peut-elle rendre une argumentation plus efficace ?

  I- Les genres dédiés à l'argumentation             Les auteurs se sont souvent sentis « investis » d'une mission, celle d'éclairer le peuple et d'être un guide. Traditionnellement, l'argumentation trouve son lieu d'expression dans les genres « sérieux » :             A- Le dialogue Dialoguer, c'est tenter de convaincre, de persuader son interlocuteur (cf. le dialogue chez Socrate) : cela est...

8 pages - 1,80 €

Le travail n'a-t-il de sens que grâce aux loisirs ?

||On le sait, le terme de travail vient d'une étymologie latine :« Tripalium » renvoyant à un instrument de torture, à une image de pénibilité. Les loisirs, quant à eux, désignent le temps libre - hors de celui du travail. Les deux termes du sujet s'opposeraient donc diamétralement.          Depuis plusieurs décennies, on assiste à une réelle baisse du temps...

3 pages - 1,80 €

"Le monde romanesque, a écrit Albert Camus, ce n'est que la correction de ce monde-ci suivant le désir profond de l'homme". Expliquez et commentez cette affirmation.

||   Le roman a été, pendant longtemps, considéré comme le genre impur par excellence. Pourtant il a fini par s'imposer et par acquérir ses lettres de noblesse malgré un parcours chaotique. Jugé fabuleux et extraordinaire puisque relevant de la fiction, accusé de pervertir les moeurs et d'être réservé aux « bonnes femmes », ...

1 page - 1,80 €

Le scientifique a-t-il affaire à la réalité ?

|| Le rôle du scientifique est d’élaborer des théories qui tentent de rendre compte des lois qui régissent les phénomènes naturels. Pour analyser ces phénomènes et en tirer des lois valides, le scientifique doit être en contact avec la réalité c’est-à-dire non pas avec ce qui lui apparait de l’univers mais la vraie...

5 pages - 1,80 €

On a cru longtemps que la société des Quatre amis, que La Fontaine met en scène au début de sa Psyché, comprenait Boileau et Racine. Mais il est à peu près certain qu'il ne s'agit ni de Racine ni de Boileau (ni de Molière). L'erreur venait en partie de c

||C'est avant tout un sujet qui demande des connaissances historiques et dont la discussion peut suivre, en grande partie, l'ordre narratif ou historique.  Boileau ne commence pas à s'occuper activement de critique littéraire avant 1659 ou 1660. A cette date tous les principes et même tous les détails de la critique classique sont établis...

1 page - 1,80 €

Sainte-Beuve a dit (en 1829) que la littérature et la poétique de Boileau étaient « un mélange de sens droit et d'insuffisance, de vues provisoirement justes, mais peu, décisives ». Approuvez-vous ce jugement ?

||Les sujets précédents nous ont permis d'exposer la nature et l'origine de la doctrine de Boileau. Celui-ci nous demande de la juger. Le texte de Sainte-Beuve nous conduit à diviser ce jugement. Est-il vrai qu'il y ait dans la littérature (entendons : l'ensemble de ses œuvres) et dans la poétique de Boileau un sens...

1 page - 1,80 €

Les ennemis de Boileau : Cotin, Boursault, Pradon, etc., lui ont souvent reproché sa grossièreté, son ignorance des « bienséances », des règles du « bon goût». Que pensez-vous de ce reproche ?

||Pour traiter ce sujet, il faut d'abord bien comprendre le sujet, le sens des reproches de Cotin et des autres. De pareilles critiques n'auraient aucun sens aujourd'hui. Mais il faut se souvenir des exigences du bon ton et du bon goût à l'époque classique ; on en retrouve les échos dans les Précieuses ridicules...

1 page - 1,80 €

Certains contemporains de Racine lui ont souvent reproché de faire partie de l'école des « doucereux ». Que pensez-vous de ce reproche ?

||Pour discuter clairement ce sujet, il faut commencer par une explication historique qui reconstituera le milieu d'opinion où Racine a fait jouer ses pièces. Nous connaissons déjà l'opinion des cornéliens qui réclament des tragédies grandes où les héros sacrifient délibérément l'amour pour appliquer leur énergie à de hautes ambitions. Mais, bien avant Racine,...

1 page - 1,80 €

Parmi les héroïnes de Racine, quelle est celle qui vous semble la plus humaine, la plus proche de vous, la plus facile à transporter, sans rien changer à son caractère, dans une pièce moderne ?

||Dans presque toutes les œuvres d'un passé assez lointain, la différence des temps entraîne des conceptions d'art plus ou moins différentes; pour dégager l'intérêt humain actuel, il faut transposer, ne pas tenir compte de certaines conventions. La convention de la tragédie est qu'elle doit mettre à la scène des événements historiques (ou de légende...

1 page - 1,80 €

Racine écrit dans la Préface de Bérénice : « Il n'y a que le vraisemblable qui touche dans la tragédie. » Définissait-il ainsi le caractère essentiel de son oeuvre dramatique ?

||Il est fort utile, pour traiter ce sujet, de connaître les discussions poursuivies par les théoriciens pendant tout le XVIIe siècle sur le sens du « vraisemblable ». Comme on voulait se conformer à la raison et à la nature, on était bien obligé de condamner les sujets qui transportaient, dans le monde du...

1 page - 1,80 €

Racine, dans les Préfaces d'Andromaque et de Britannicus, allègue le jugement d'Aristote sur « le héros d'une tragédie » : « Bien loin d'être parfait, il faut toujours qu'il ait quelque imperfection. » Dans quelle mesure Racine opposait-il ainsi ses trag

||Cette discussion sur le héros de la tragédie est une de celles qui reviennent le plus souvent chez ceux qui cherchent à établir les règles du théâtre. Le principe d'Aristote est d'ailleurs universellement accepté. Mais, comme pour le « vraisemblable », il y a bien des façons de l'interpréter. Corneille pensait que Rodrigue avait...

1 page - 1,80 €

Taine a dit du théâtre de Racine : « Dans ce théâtre, qui ne parle ni de son temps ni de sa vie, je trouve l'histoire de sa vie et de son temps. » Expliquer et discuter ce jugement. ?

   ||Deux parties évidemment dans cette opinion : l'histoire de la vie de Racine, l'histoire de son temps. Vous pouvez écarter rapidement la première, car nous ne savons presque rien de l'histoire de Racine à l'époque où il a écrit ses tragédies. Il est évident que s'il a si bien peint les passions de l'amour,...

1 page - 1,80 €

Anatole France a dit de Racine qu'il a révélé au monde « la poésie des passions, le romantisme des sentiments ». Que pensez-vous de ce jugement ?

||Nous pouvons écarter d'abord une expression d'Anatole France. Racine n'a certainement pas révélé au monde ni la poésie des passions, ni le romantisme des sentiments, car il faudrait écarter Shakespeare ou même d'autres dramaturges anglais, des poètes italiens, sans parler de Sophocle, d'Euripide, etc. Le jugement ne peut être vrai qu'en parlant de la...

1 page - 1,80 €

Expliquer et discuter ce jugement de Barbey d'Aurevilly sur La Fontaine : « Il y a eu des conteurs et des poètes avant et depuis La Fontaine. Mais il n'y en a jamais eu ayant joint, dans une fusion de cette harmonie, à la poésie la plus divine une bonhom

||Il faut commencer par une explication, une analyse des expressions : poésie la plus divine et bonhomie plus divine encore. Nous pouvons négliger l'épithète de divin. Barbey d'Aurevilly, romantique souvent grandiloquent, aime le style excessif. Contentons-nous d'étudier la poésie et la bonhomie dont la fusion harmonieuse fait le génie de La Fontaine. Ce que...

2 pages - 1,80 €

La Fontaine avait beaucoup de goût pour les lectures et discussions philosophiques. Il lisait, s'il faut l'en croire, Platon; il discutait le système de Descartes; il s'engouait, grâce à son ami Bernier, de la philosophie de Gassendi, etc. Dans quelle me

||Il y a lieu, tout d'abord, d'éviter une méprise. Ne pas confondre philosophie et morale. La nature de la morale de La Fontaine n'en fait pas un philosophe. On n'est pas nécessairement un philosophe parce qu'on dit : « La raison du plus fort est toujours la meilleure — Ne forçons pas notre talent...

2 pages - 1,80 €

Un des ennemis de Molière, Boursault, s'affligeait de ce que le succès de ses comédies et particulièrement de ses farces portait le plus grand tort au théâtre digne de ce nom, au théâtre « noble ». Molière abaissait l'art au niveau de la « canaille ». Qu

||Vous fausseriez le sens de ce sujet si vous vous borniez à examiner les farces pures telles que le Médecin malgré lui ou le Mariage forcé. Boursault et beaucoup de ses contemporains critiquaient aussi bien les éléments de farce qui se trouvaient dans l'Ecole des femmes, Don Juan, le Bourgeois gentilhomme, etc., ou même...

2 pages - 1,80 €

Discuter cette opinion de Jules Lemaître : « Si, parmi les hommes morts depuis deux siècles, vous cherchez celui qui, revenu parmi nous, aurait le moins l'air d'un étranger, celui qui nous comprendrait le plus vite », ce ne serait ni Pascal, ni Bossuet,

||Sujet assez difficile parce que le sens du jugement de Jules Lemaître n'est pas évident à première lecture. Il faut donc commencer par le bien comprendre. Jules Lemaître ne veut évidemment pas dire que Molière serait moins surpris que Pascal, Bossuet, etc., par le cinématographe, le téléphone ou les automobiles; ni même peut-être qu'il...

2 pages - 1,80 €

Dans le Misanthrope, dans l'Avare, dans le Tartuffe, dans les Femmes savantes, « il y a une comédie de caractère et une comédie de moeurs intimement associées. Chacune est comédie de caractère par le personnage principal : Alceste, Harpagon, Tartuffe, Ph

||Pour bien traiter ce sujet, il faut concevoir nettement la différence entre la comédie de caractère et celle de mœurs. La comédie de caractère étudie en principe les formes de caractère qui sont de tous les temps et de tous les pays; celle de mœurs s'attache à certaines façons de penser et de vivre...

1 page - 1,80 €

La Bruyère écrit dans la Préface des Caractères : « Je rends au public ce qu'il m'a prêté; j'ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage. » En concluriez-vous que l'ouvrage de La Bruyère est un livre d'observation rigoureusement impersonnel et que rien

||La manière même dont le sujet est formulé vous montre qu'il ne peut pas être question de voir dans les Caractères des sortes de confessions où La Bruyère exposerait ouvertement ses opinions et ses goûts. Ces lignes que La Bruyère met en tête de son ouvrage montrent bien que ses intentions sont conformes à...

1 page - 1,80 €

Analyse du livre VIII (8) de la POLITIQUE d'ARISTOTE ?

|| I. — L'éducation des enfants doit spécialement attirer l'attention du législateur; car les mœurs individuelles sont le fondement des sociétés; il importe donc beaucoup que l'éducation soit une, et la même, pour tous les membres d'une nation, et que la direction en soit commune, et non pas abandonnée à chaque particulier. Quelle doit être...

1 page - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com