Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : peux

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 >>

5956 dissertations trouvées

On a cru longtemps que la société des Quatre amis, que La Fontaine met en scène au début de sa Psyché, comprenait Boileau et Racine. Mais il est à peu près certain qu'il ne s'agit ni de Racine ni de Boileau (ni de Molière). L'erreur venait en partie de c

||C'est avant tout un sujet qui demande des connaissances historiques et dont la discussion peut suivre, en grande partie, l'ordre narratif ou historique.  Boileau ne commence pas à s'occuper activement de critique littéraire avant 1659 ou 1660. A cette date tous les principes et même tous les détails de la critique classique sont établis...

1 page - 1,80 €

Sainte-Beuve a dit (en 1829) que la littérature et la poétique de Boileau étaient « un mélange de sens droit et d'insuffisance, de vues provisoirement justes, mais peu, décisives ». Approuvez-vous ce jugement ?

||Les sujets précédents nous ont permis d'exposer la nature et l'origine de la doctrine de Boileau. Celui-ci nous demande de la juger. Le texte de Sainte-Beuve nous conduit à diviser ce jugement. Est-il vrai qu'il y ait dans la littérature (entendons : l'ensemble de ses œuvres) et dans la poétique de Boileau un sens...

1 page - 1,80 €

La Fontaine avait beaucoup de goût pour les lectures et discussions philosophiques. Il lisait, s'il faut l'en croire, Platon; il discutait le système de Descartes; il s'engouait, grâce à son ami Bernier, de la philosophie de Gassendi, etc. Dans quelle me

||Il y a lieu, tout d'abord, d'éviter une méprise. Ne pas confondre philosophie et morale. La nature de la morale de La Fontaine n'en fait pas un philosophe. On n'est pas nécessairement un philosophe parce qu'on dit : « La raison du plus fort est toujours la meilleure — Ne forçons pas notre talent...

2 pages - 1,80 €

Discuter cette opinion de Jules Lemaître : « Si, parmi les hommes morts depuis deux siècles, vous cherchez celui qui, revenu parmi nous, aurait le moins l'air d'un étranger, celui qui nous comprendrait le plus vite », ce ne serait ni Pascal, ni Bossuet,

||Sujet assez difficile parce que le sens du jugement de Jules Lemaître n'est pas évident à première lecture. Il faut donc commencer par le bien comprendre. Jules Lemaître ne veut évidemment pas dire que Molière serait moins surpris que Pascal, Bossuet, etc., par le cinématographe, le téléphone ou les automobiles; ni même peut-être qu'il...

2 pages - 1,80 €

Peut-on ne pas s'intéresser à la politique ?

||              « La politique, entendons-nous dire, est une nécessité impérieuse pour la vie humaine, qu’il s’agisse de l’existence de l’individu ou de celle de la société » (Hannah Arendt, dans Qu’est-ce que la politique ?). Cette nécessité de la politique semble de premier ordre dans la mesure où nous vivons en société....

4 pages - 1,80 €

Dans quelle mesure le loisir peut-il être preuve de liberté ?

|| Introduction : Bien définir les termes du sujet : - « Le loisir » : c’est le temps libre de tout travail professionnel dont on eut disposer à son gré, soit pour réparer ses fatigues, soit pour s’évader des contraintes des tâches quotidiennes, soit pour se cultiver et épanouir ses aptitudes. C’est le contraire de...

3 pages - 1,80 €

Dans quelle mesure peut-on se sentir maître de son futur ?

|| L'homme moderne vit dans le présent, mais tout lui dicte de préparer son avenir : l'école, la société, l'évolution technique. Mais « dans quelle mesure peut-on se sentir maître de son futur » ? La donnée de base est qu'effectivement l'être humain éprouve le besoin et le désir viscéral de cette maîtrise, et qu'il...

2 pages - 1,80 €

Démontrez que la mer, loin d'être un obstacle aux relations entre les hommes, favorise le commerce et met en contact les peuples de différentes races. ?

|| Dès l'antiquité, nous apprend l'histoire, les peuples voisins de la Méditerranée se sont aventurés sur cette mer. Ainsi fut créé Marseille, si formidablement outillé pour le trafic maritime. On doit à la navigation des découvertes (de pays ou de produits exotiques), des progrès scientifiques, la possession de colonies et de débouchés lointains. Dès ...

1 page - 1,80 €

Le besoin d'aventure vous paraît-il vif, aujourd'hui ? Sous quelles formes peut-on le satisfaire ?

||Une enquête effectuée en 1970 révélait que les romans d'aventure avaient eu deux millions de lecteurs en France cette année-là. Ce chiffre dit combien l'aventure fait partie intégrante de l'imaginaire des hommes contemporains. Pourtant, R. Mathé estime que « notre époque est impropre à l'aventure ». Il semble qu'il y ait un décalage...

2 pages - 1,80 €

Expliquez cette maxime populaire : « Il ne faut pas jeter le manche après la cognée. » Dites comment chacun de nous peut la mettre en pratique dans la conduite de sa vie. ?

|| Signification du précepte. Rappeler qu'en toutes choses les débuts sont pénibles, que tout progrès est lent, qu'il ne faut donc pas se décourager devant les difficultés si on veut aboutir à un heureux achèvement. Noblesse  de l'effort. « Jeter le manche après la cognée », c'est abandonner une œuvre avant son achèvement, soit parce...

1 page - 1,80 €

Expliquez et commentez ce vers de Boileau : « Qui vit content de peu possède toute chose ». ?

|| Quand nous possédons le strict nécessaire, indispensable à la vie, le reste ne nous donne du bonheur qu'autant que nous l'apprécions. Désirer beaucoup, c'est se créer de grands besoins, rarement satisfaits. Adoptons un juste terme entre l'ambition exagérée et l'excessive modestie des désirs. Cherchons surtout notre satisfaction dans le devoir accompli. Par ce vers :...

1 page - 1,80 €

Expliquez et commentez cette pensée : « Croire qu'une petite médisance ne peut nuire, c'est croire qu'une étincelle ne peut mettre le feu. » ?

|| « Petite cause, grand effet »,, dit un proverbe. Une légère imprudence peut occasionner un grand malheur (évoquer de brefs exemples). Une médisance qui paraît sans importance peut, en se colportant, avoir les plus funestes répercussions et parfois le mal est irréparable:   confiance   perdue,  réputation  ternie,  etc.. Combien de fois, devant un incendie...

1 page - 1,80 €

La Fontaine a dit : « Ne t'attends qu'à toi seul. » Montrez, par des exemples, qu'il est sage de ne pas trop compter sur les autres. Faites voir aussi qu'on ne doit pas se dispenser de venir en aide à autrui quand on le peut. ?

|| Raconter très brièvement la fable: l'Alouette et ses petits. Il est plus digne et plus sage de se suffire que de compter sur autrui. Et puis, le prochain ne saurait comprendre ni soutenir nos affaires aussi bien que nous-mêmes. Enfin, il faut être capable d'accomplir sa mission par soi-même pour pouvoir s'offrir la douceur...

1 page - 1,80 €

La charité peut-elle tenir lieu de justice ?

||Très souvent, nous avons le sentiment que les mots justice et charité sont, sinon exactement synonymes, du moins très proches l'un de l'autre. Et cette proximité apparente nous est à un tel point familière que la question de savoir si la charité peut tenir lieu de justice nous surprend et nous déconcerte. Nous découvrons alors que les concepts...

4 pages - 1,80 €

Peut-il avoir une justice extérieure au droit ?

||La justice est une notion complexe. Le mot français vient du latin jus, qui veut dire le droit, dans son acceptation générale, le respect du droit. Il y a une ambiguïté même dans l'équivalence des deux termes en latin. La justice dans notre réalité quotidienne et contemporaine désigne donc avant tout une institution qui se confond avec le...

5 pages - 1,80 €

Peut-on vivre heureux dans l'inconscience ?

||L'homme recherche souvent des consolations dans des plaisirs faciles où il espère s'étourdir et s'oublier lui-même en "perdant conscience"....  Ainsi, Baudelaire, dans ses Paradis Artificiels, évoque le consommateur de haschisch ou d'opium qui demande au "poison" d'apaiser ses tourments, tout en intensifiant ses sensations.  "Quand partons nous pour le bonheur?" s'impatiente le rêveur.... Décrivant...

6 pages - 1,80 €

Peut-il y avoir une science de l'inconscient ?

||L'inconscient, peut-il être étudié, expliqué ? Avons-nous possibilité de donner une interprétation de ce dont nous n'avons pas conscience ? A-t-on la possibilité, les moyens de constituer des connaissances, de vérifier par déduction logique, l'ensemble des processus psychiques qui échappent à la conscience ?  L'explication de qui échappe à notre conscience pourrait être considérée...

3 pages - 1,80 €

Peut-on ne pas savoir ce que l'on fait ?

||Lorsqu'au cours d'une manoeuvre périlleuse on nous demande parfois si nous savons ce que nous faisons, la réponse semble évidente : nous sommes les premiers concernés par l'action puisque nous avons décidé de la faire. Un minimum d'attention et de volonté paraît indispensable pour agir, à plus forte raison pour une action délicate. Pourtant, nos actions ne correspondent...

4 pages - 1,80 €

Vous commenterez cette pensée de Saint-Exupéry : « La grandeur d'un métier est, peut-être et avant tout, d'unir les hommes. Il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des relations humaines. » ?

||  Saint-Exupéry propose ici une vision très positive du métier. Il considère que précisément ce qui fait la « grandeur d’un métier », c’est sa capacité à « unir les hommes », ce qui signifie que pour lui, le travail crée des liens entre les hommes, tisse les relations humaines mieux que toute autre activité. Cette idée est reprise...

3 pages - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com