Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Toutes les dissertations

L' Etat peut-il être indifférent à la religion de ses citoyens ?

|| Le thème de cet énoncé porte sur le rapport qu’entretient, et doit entretenir l’Etat avec le religieux. Il s’agit de penser la légitimité de l’exercice du pouvoir étatique ainsi que les limites de son exercice pensé comme intervention dans les structures individuelles qui le composent et qui se définissent par leur statut de...

6 pages - 1,80 €

Le langage sert-il à parler ou bien à penser ?

Cette manière de considérer l'homme conduit à mettre en exergue sa faculté de penser, constitutive du langage et de la parole. Une deuxième conception philosophique du langage se signale par le fait qu'elle dépasse la conception ordinaire de celui-ci comme simple moyen de communication. C'est sur cette conception traditionnelle que s'appuie d'ailleurs la « théorie de l'information », analysant la communication...

3 pages - 1,80 €

La raison peut-elle être mise au service du mal ?

||  Le mal peut-il avoir une raison d’être ? Qu’est-ce que le mal ? Le mal est le contraire du bien. Mais quel critère nous permet de différencier ce qui est bien de ce qui est mal ? Est associé au mal tous les événements ou éléments qui font naître des sentiments négatifs en l’homme. La douleur, par...

8 pages - 1,80 €

La chasse au bonheur: cette expression vous paraît-elle judicieuse ?

Or comme le rappelle Schopenhauer dans Le monde comme volonté et comme représentation, livre IV, § 57, le désir est infini, au sens où il est insatiable, puisque dès qu?il s?est saisit de son objet, le manque d?un autre objet se fait ressentir. Le satisfaire revient donc à faire l?aumône à un mendiant pour lui permettre de poursuivre son...

2 pages - 1,80 €

Pourquoi la parole nous engage-t-elle ?

||Analyse du sujet   -          Plusieurs formes de silence existent, mais le plus incompréhensible de tous semble être celui qui naît d’une incapacité à pouvoir communiquer. Le bruit, les mots nous sont si familiers qu’on se représente difficilement ce qu’il resterait de nous, en tant qu’êtres en société, s’il n’y avait ni mots, ni son...

4 pages - 1,80 €

La faiblesse de l'homme est-elle la cause ou la conséquence de l'organisation sociale ?

Mais ce faisant ne risque-t-on pas de manquer la transformation que l'homme subit en société ? Qu'est-ce qui, dans la société, est susceptible d'affaiblir l'homme encore davantage ? L'homme n'entre-t-il pas avec l?organisation sociale dans un cercle vicieux qui l'affaiblit sans cesse et par là même rend l'organisation sociale plus nécessaire encore ?     La faiblesse de...

4 pages - 1,80 €

Y a-t-il un progrès humain comme il y a un progrès technique ?

..), ou qu'elle se crée progressivement. « Il faut renoncer à l'opinion selon laquelle dans la suite des temps les Romains auraient existé pour, comme dans un tableau humain, former au-dessus des Grecs un maillon plus parfait dans la chaîne de la civilisation. Dans les domaines où les grecs furent excellent, les Romains ne purent les surpasser; ce qu'au...

3 pages - 1,80 €

Pensez-vous Qu'on puisse totalement confondre le beau et l'agréable ?

La contemplation esthétique ne satisfait que des intérêts spirituels. On comprend aisément la remarque  de Hegel dans la mesure où la vue par exemple d?un tableau d?une coupe de fruit peinte par Cézanne ou par Chardin n?induit pas l?envie d?acheter des pêches ou des abricots au premier marchand de fruit venu. De même la différence entre la peinture...

2 pages - 1,80 €

Une activité inutile est-elle pour autant sans valeur ?

||• L'intitulé nous interroge sur une «activité inutile» - une fraction spéciale de l'ensemble des actes coordonnés de l'être humain ne représentant pas un moyen pour atteindre une fin et non subordonnée à un intérêt immédiat. On remarquera, dès l'abord, que la simple union de ces deux termes recèle quelque paradoxe. Quand on parle,...

4 pages - 1,80 €

La beauté est-elle un symbole de moralité?

||§  La beauté semble de prime abord ne rien avoir à faire avec la moralité, l’une appartenant au domaine de la pratique des hommes et l’autre au domaine des beaux-arts. Dès lors, il apparaît que la beauté ne puisse pas être un symbole de moralité, les deux domaines étant extérieurs l’un à l’autre. §  Néanmoins,...

8 pages - 1,80 €

1 2 3 4 5 6 ... 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 732 733 734 735 736 737 738 739 740 741 742 743 744 745 746 747 748 749 750 751 752 753 754 755 756 757 758 759 760 761 762 763 764 765 766 767 768 769 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 790 791 792 793 794 795 796 797 798 799 800 801 802 803 804 805 806 807 808 809 810 811 812 813 814 815 816 817 818 819 820 821 822 823 824 825 826 827 828 829 830 831 832 833 834 835 836 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 ... 1418 1419 1420 1421 1422 1423