Aide personnalisée en philo. Devoir à la demande : dissertations philosophiques et explication de texte (au niveau TL, TS, TES, TSTG).

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Toutes les dissertations

PRESENTATION DE LA "LETTRE A MENECEE" D'EPICURE: Le plaisir est notre bien principal et inné

PRESENTATION DE LA "LETTRE A MENECEE" D'EPICURE: Le plaisir est notre bien principal et inné||Une des constances de la philosophie d’Épicure est de vanter le plaisir. On retrouve la formule « Le plaisir est notre bien principal et inné » dans la « Lettre à  Ménécée ». Mais l’épicurisme ne correspond guère à l’image populaire que l’on en garde : celle du « bon...

3 pages - 1,80 €

Bergson: Homme civilisé et science

L'homme civilisé est celui chez lequel la science naissante, impliquée dans l'action quotidienne, a pu empiéter, grâce à une volonté sans cesse tendue, sur la magie qui occupait le reste du terrain. Le non-civilisé est au contraire celui qui, dédaignant l'effort, a laissé la magie pénétrer jusque dans la zone de la science naissante, se superposer à elle,...

3 pages - 1,80 €

Berkeley: le libre et entier usage de la raison.

BERKELEY: Si nous prenons la peine de plonger et de pénétrer au fond des choses, d'analyser les opinions jusqu'à leurs premiers principes, nous trouverons que les opinions qui passent pour avoir le plus d'importance sont des plus ténues à l'origine. Elles dérivent soit des usages qui se trouvent régner au pays où nous vivons, soit des premières notions...

3 pages - 1,80 €

DESCARTES: les pleins pouvoirs de la pensée

Il ne me semble point que ce soit une fiction, mais une vérité, qui ne doit point être niée de personne, qu'il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir que nos pensées ; au moins en prenant le mot de pensée comme je fais, pour toutes les opérations de l'âme, en sorte que non seulement les...

1 page - 1,80 €

Descartes: Vertu, plaisir et bonheur

Ainsi, nous ne saurions jamais pratiquer aucune vertu (c'est-à-dire faire ce que notre raison nous persuade que nous devons faire), que nous n'en recevions de la satisfaction et du plaisir. Mais il y a deux sortes de plaisirs : les uns appartiennent à l'esprit seul, et les autres qui appartiennent à l'homme, c'est-à-dire à l'esprit en tant qu'il...

1 page - 1,80 €

Freud: Concept scientifique et phénomènes

Nous avons souvent entendu formuler l'exigence suivante : une science doit être construite sur des concepts fondamentaux clairs et nettement définis. En réalité, aucune science, même la plus exacte, ne commence par de telles définitions. Le véritable commencement de toute activité scientifique consiste plutôt dans la description de phénomènes, qui sont ensuite rassemblés, ordonnés et insérés dans des...

1 page - 1,80 €

Machiavel: Le Prince face à ses promesses

Dans le Prince (1513), Machiavel expose « comment les princes doivent tenir leurs promesses » : Tu seras renard pour connaître les pièges, et lion pour effrayer les loups. Ceux qui se bornent à vouloir être lions n'y entendent rien. C'est pourquoi un seigneur avisé ne peut, ne doit respecter sa parole si ce respect se retourne contre...

1 page - 1,80 €

HUME: Supposez qu'un homme...

Supposez qu'un homme, pourtant doué des plus puissantes facultés de réflexion, soit soudain transporté dans ce monde ; il observerait immédiatement, certes, une continuelle succession d'objets, un événement en suivant un autre ; mais il serait incapable de découvrir autre chose. Il serait d'abord incapable, par aucun raisonnement, d'atteindre l'idée de cause et d'effet, car les pouvoirs particuliers...

2 pages - 1,80 €

Nietzsche: Méchanceté et esprits forts

Ce qui concerne l'espèce. Ce sont les esprits forts et les esprits malins, les plus forts et les plus malins, qui ont fait faire jusqu'ici le plus de progrès à l'humanité : ils ont rallumé constamment les passions qui allaient s'endormir - toute société policée les endort -, ils ont réveillé constamment l'esprit de comparaison et de contradiction,...

1 page - 1,80 €

Nietzsche: L'homme dit : « Je me souviens »

L'homme dit : « Je me souviens », et il envie l'animal qui oublie aussitôt et qui voit vraiment mourir l'instant dès qu'il retombe dans la brume et la nuit et s'éteint à jamais. L'animal vit d'une vie non historique, car il s'absorbe entièrement dans le moment présent (...). L'homme au contraire s'arc-boute contre le poids de plus...

1 page - 1,80 €

Platon: Les sophistes comme particuliers mercenaires

« Tous ces particuliers mercenaires, que le peuple appelle sophistes et regarde comme des rivaux, n'enseignent pas d'autres principes que ceux que lui-même professe dans ses assemblées, et c'est cela qu'ils appellent science. On dirait un homme qui, ayant à nourrir un animal grand et fort, après en avoir observé minutieusement les mouvements instinctifs et les appétits, par...

1 page - 1,80 €

Platon: de la nécessité des lois.

Il est indispensable aux hommes de se donner des lois et de vivre conformément à ces lois; autrement, il n'y a aucune différence entre eux et les animaux qui, sous tous les rapports, sont les plus sauvages. Et voici quelle en est la raison : il n'y a absolument pas d'homme qui naisse avec une aptitude naturelle, aussi...

1 page - 1,80 €

Rousseau: Réflexion et comparaison des idées.

La réflexion naît des idées comparées, et c'est la pluralité des idées qui porte à les comparer. Celui qui ne voit qu'un seul objet n'a point de comparaison à faire. Celui qui n'en voit qu'un petit nombre et toujours les mêmes dès son enfance ne les compare point encore, parce que l'habitude de les voir lui ôte l'attention...

1 page - 1,80 €

Le pacte social chez HOBBES

Le pacte social chez HOBBES||HTML clipboardA l'origine, l'homme est aussi sauvage que les autres animaux. C'est ce que signifie la célèbre formule de Hobbes : « L'homme est un loup pour l'homme. » L'être humain n'est en effet guidé en toute chose que par la volonté de se conserver lui-même. Cet instinct est le fondement du droit essentiel...

1 page - 1,80 €

La volonté générale : le contrat social rousseauiste

La volonté générale : le contrat social rousseauiste||La volonté générale : le contrat social rousseauiste ...

1 page - 1,80 €

PRESENTATION DE L'OUVRAGE "DISCOURS DE LA METHODE DE DESCARTES

PRESENTATION DE L'OUVRAGE "DISCOURS DE LA METHODE DE DESCARTES||HTML clipboardPremier texte philosophique paru en langue française, préfaçant les Essais scientifiques, le Discours de la méthode retrace le parcours intellectuel de son auteur, depuis l'incertitude de l'école et de ses livres jusqu'à la fondation inébranlable du cogito et des fruits qui en découlent. Descartes (1596-1650) prend ses distances avec...

4 pages - 1,80 €

Dieu comme cause Chez SPINOZA

Dieu comme cause Chez SPINOZA||Le Dieu de Spinoza n'a donc rien à voir avec un Dieu chrétien ou juif, Dieu créateur de toutes choses, personnel, pourvu d'une volonté libre -qui peut ainsi produire des miracles en dehors des lois de la nature - et défini par l'idée du Bien. Ce n'est là, pour Spinoza, qu'une idée où l'homme...

2 pages - 1,80 €

Les idées adéquates et inadéquates chez SPINOZA

Les idées adéquates et inadéquates chez SPINOZA||La connaissance que l'homme a de lui-même est partielle. L'homme est pour lui-même une énigme, ses idées sont toutes de confusion. Pourquoi ? Parce que l'homme a une idée incomplète de lui-même. Dans le vocabulaire de Spinoza, une idée complète est une idée « adéquate » et une idée partielle est une...

1 page - 1,80 €

La béatitude chez Spinoza

La béatitude chez Spinoza||Cette connaissance ultime de son éternité donne à l'âme la béatitude, la joie parfaite. D'une part parce qu'elle comprend sa cause, comme être particulier, et cette cause est Dieu : l'âme est donc parfaitement active car elle est en possession d'une idée parfaitement adéquate d'elle-même. ...

1 page - 1,80 €

Impératifs hypothétiques et impératif catégorique

Impératifs hypothétiques et impératif catégorique||Il existe une distinction très importante entre deux types d'action, qui reflète une distinction dans l'usage de la raison. En premier lieu, bien entendu, la raison joue dans l'action un rôle théorique, celle qui articule les moyens en vue de fins diverses. Cet usage de la raison n'a rien d'universel.  Par contre il existe...

1 page - 1,80 €

Qu'est-ce que le Surhomme ? (Nietzsche)

Qu'est-ce que le Surhomme ? (Nietzsche)||Le Surhomme est une forme d'humanité supérieure qui laisse parler en lui la totalité des instincts, et précisément ceux-là mêmes que la Culture christianisée a étouffés parce qu'ils étaient des formes de la volonté de puissance, « ce qu'il y a de pire » en l'homme : égoïsme, instinct de domination, sexualité. Mais...

1 page - 1,80 €

La volonté de puissance chez NIETZSCHE

La volonté de puissance chez NIETZSCHE||En cherchant l'origine des valeurs, on peut trouver deux volontés de type différent cherchant à imposer leur puissance, leur domination. L'une de ces volontés est la « volonté de vie », et l'autre la « volonté de néant ». Cette volonté de néant, qui est le propre de la faiblesse, est celle qui...

1 page - 1,80 €

Connaissance et interprétation chez Nietzsche

Connaissance et interprétation chez Nietzsche||La connaissance, pour Nietzsche, est une interprétation : « Il n'y a pas d'événement en soi. Ce qui advient c'est un groupe de phénomènes sélectionnés et rassemblés par un être qui interprète. » Dès lors se trouve justifiée la forme de l'œuvre de Nietzsche, qui est composée d'essais, souvent divisés en petites sections :...

1 page - 1,80 €

LES DEUX TOPIQUES FREUDIENNES

LES DEUX TOPIQUES FREUDIENNES||LES DEUX TOPIQUES FREUDIENNES  On appelle topique la représentation sous forme spatiale, plus précisément sous forme de lieux (du grec topos : lieu), des parties du psychisme humain. Cette représentation est purement métaphorique, et ces « lieux » n'ont aucun soubassement neurologique.  LA PREMIÈRE TOPIQUE distingue trois instances : le conscient qui a en charge la réponse de...

15 pages - 1,80 €

PRESENTATION DE "L'IDEOLOGIE ALLEMANDE" DE MARX ET ENGELS

PRESENTATION DE "L'IDEOLOGIE ALLEMANDE" DE MARX ET ENGELS||HTML clipboardMarx (1818-1883) est né à une époque où les fabriques envahissent l'Europe, où la colonisation bat son plein, où Ricardo a théorisé l'économie libérale et capitaliste. Très tôt, il décide de lutter en faveur des opprimés, plus spécialement des ouvriers. Expulsé de Prusse, puis de France, il s'installe à Bruxelles...

2 pages - 1,80 €

1 2 3 4 5 6 ... 616 617 618 619 620 621 622 623 624 625 626 627 628 629 630 631 632 633 634 635 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 732 733 734 735 736 737 738 739 740 741 742 743 744 745 746 747 748 749 750 751 752 753 754 755 756 757 758 759 760 761 762 763 764 765 ... 1418 1419 1420 1421 1422 1423