Dernières dissertations visitées sur Aide-en-philo.com http://aide-en-philo.com Les derniers sujets corrigés visités sur Aide-en-philo.com Rss by Imagin'air for Aide-en-philo.com fr © Aide-en-philo.com Aide-en-philo.com http://www.aide-en-philo.com/images/book.png http://www.aide-en-philo.com Quels sont les moyens dont la volonté dispose pour agir sur les passions? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/5039.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La révolte est-elle un droit ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/10675.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La valeur de l'erreur ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/7278.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Faut-il croire au progrès ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/105076.htm Faut-il croire au progrès ? Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT En quel sens peut-on dire que l'homme n'est pas un être naturel ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/579.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT A chacun sa vérité http://www.aide-en-philo.com/dissertations/7801.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Sommes-nous libres ou déterminés ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/2097.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT MACHIAVEL: L'histoire est-elle une fatalité ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/71019.htm Je n'ignore pas cette croyance fort répandue : les affaires de ce monde sont gouvernées par la fortune (1) et par Dieu ; les hommes ne peuvent rien y changer, si grande soit leur sagesse ; il n'existe même aucune sorte de remède ; par conséquent il est tout à fait inutile de suer sang et eau à vouloir les corriger, et il vaut mieux s'abandonner au sort. Opinion qui a gagné du poids en notre temps, à cause des grands bouleversements auxquels on assiste chaque jour, et que nul n'aurait jamais pu prévoir. Si bien qu'en y réfléchissant moi-même, il m'arrive parfois de l'accepter. Cependant, comme notre libre arbitre ne peut disparaître, j'en viens à croire que la fortune est maîtresse de la moitié de nos actions, mais qu'elle nous abandonne à peu près l'autre moitié. Je la vois pareille à une rivière torrentueuse qui dans sa fureur inonde les plaines, emporte les arbres et les maisons, arrache la terre d'un côté, la dépose de l'autre ; chacun fuit devant elle, chacun cède à son assaut, sans pouvoir dresser aucun obstacle. Et bien que sa nature soit telle, il n'empêche que les hommes, le calme revenu, peuvent prendre certaines dispositions, construire des digues et des remparts ; en sorte que la nouvelle crue s'évacuera par un canal ou causera des ravages moindres. Il en est de même de la fortune : elle fait la démonstration de sa puissance là où aucune vertu ne s'est préparée à lui résister ; elle tourne ses assauts où elle sait que nul obstacle n'a été construit pour lui tenir tête. (1) Le sort.MACHIAVEL||Ordre des idées 1) Une opinion commune : l'histoire du monde est dirigée par Dieu (thèse providentialiste) et la fortune (les circonstances, le hasard, voire le Destin, dans une perspective fataliste). 2) Conséquence d'une telle opinion : il est vain de chercher à changer le cours de l'histoire, il faut accepter ce qui arrive (être fataliste). 3) Thèse de Machiavel, contre l'opinion commune : si l'homme résiste à la fortune par sa "vertu" (la Puissance de son intelligence et de sa volonté libre), il peut n'être qu'à moitié dirigé par les événements, donc devenir en partie leur maître. 4) Une image illustre cette thèse : le torrent, comme les circonstances ou la fortune, peut être en Partie maîtrisé par l'action prévoyante des hommes.   Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT En quel sens le langage constitue-t-il le réel ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/103350.htm Piaget) il n'y a pas de séparation entre le mot et la chose ; pour eux « le mot est un élément objectif de la chose et constitue son essence ». ? La dénomination apparaît comme un facteur de discrimination perceptive et « L'unité du nom sert de cristallisation pour la multiplicité des représentations » (E. Cassirer). Par ex. le nombre des couleurs du spectre varie d'une langue à l'autre, et la classification des objets est également opérée par le langage (cf. les études des taxonomies populaires). « A chaque langue correspond une organisation particulière des données de l'expérience » (A. Martinet). Ainsi le découpage de la réalité extralinguistique est fonction de la langue et « La dénomination des objets ne vient pas après la reconnaissance, elle est la reconnaissance même » (M. Merleau-Ponty). Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Peut-on vouloir ce qu'on ne désire pas ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/876.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Le travail de l'artiste peut-il constituer le modèle de tout travail ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/17766.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Dois-je tenir compte de ce que font les autres pour orienter ma conduite ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/3113.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT l'amour s'oppose-t-il a la raison ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/17338.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Quelle place faut-il faire, en morale, au sentiment ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/8201.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La femme est-elle l'« avenir de l'homme ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/1729.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Pensez-vous que c'est l'illusion et non le savoir qui rend heureux ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/10179.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Loisir et liberté http://www.aide-en-philo.com/dissertations/7845.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'Homme cherche-t-il toujours à connaître la vérité ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/2357.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Travailler est ce sacrifier sa vie à la gagner ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/100383.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'idée de vérité http://www.aide-en-philo.com/dissertations/1580.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Valeur de l'intuition et du raisonnement ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/3975.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Un homme injuste peut-il être heureux ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/10424.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT A quelles conditions une pensée est-elle libre ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/15528.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La vérité scientifique est-elle une vérité en soi ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/17262.htm VÉRITÉ FORMELLE Cohérence. Validité logique d'un raisonnement considéré abstraction faite de la vérité matérielle des propositions qui le composent. Ainsi, un raisonnement peut être cohérent dans la forme (vrai formellement) malgré la fausseté matérielle d'une ou plusieurs de ses propositions. Par ex., le syllogisme suivant : « Tous les Chinois sont français, or je suis chinois, donc je suis français. » La logique formelle contemporaine exprime en langage d'implication ce que nous voulons dire lorsque nous affirmons que la validité d'une inférence est indépendante de son contenu : si tout f est g et si tout x est f, alors tout x est g. La vérité formelle est donc l'absence de contradiction, l'accord de la pensée avec elle-même. VÉRITÉ MATÉRIELLE Celle qui consiste dans l'accord de la pensée avec l'Expérience . A distinguer de vérité formelle; ainsi, le syllogisme : « Tous les Français sont européens, or je suis européen, donc je suis français » ne comporte que des propositions vraies matériellement, mais est faux formellement. Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Quelle est la force de la loi ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/19471.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Faut-il préférer le scepticisme au rationalisme ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/16476.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'idée de progrès historique est-elle encore pensable ou est-elle le mythe moderne par excellence ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/3098.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Un sujet est-il responsable de tous ses actes ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/4435.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Il vaut mieux donner que recevoir ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/16549.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Vouloir être soi-même, est-ce une illusion ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/3074.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La conscience morale n'est-elle qu'un fait culturel relatif ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/112465.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Est-ce un progrès de ne pas croire ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/11737.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La vérité vaut- elle une goutte de sang ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/105436.htm xxx ? Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'UTILISATION DE LA TECHNIQUE ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/7315.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La critique de la rhétorique chez Platon et Socrate http://www.aide-en-philo.com/dissertations/71334.htm La critique de la rhétorique chez Platon et Socrate Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Peut-on apprendre à percevoir ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/4629.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La liberté peut-elle se définir comme l'obéissance à la raison ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/73.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT l'amour : pulsion naturelle ou donnée culturelle ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/17322.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Le travail permet-il à l'homme de s'accomplir ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/4291.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Le travail nous éloigne-t-il de la nature ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/17790.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Pourquoi Sartre affirme-t-il que "l'homme est condamné a etre libre" ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/19190.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Remèdes aux passions ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/3640.htm PASSION: * Ce que l'âme subit, ce qu'elle reçoit passivement. Chez Descartes, le mot désigne tout état affectif, tout ce que le corps fait subir à l'âme. Son origine n'est pas rationnelle ni volontaire. * Inclination irrésistible et exclusive qui finit par dominer la volonté et la raison du sujet (la passion amoureuse). Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La conscience peut-elle être objective ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/5549.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/15970.htm HOMME Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des hominidés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »). Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile et le juste que la nature l'aurait pourvu du langage. NATURE (lat. natura; de nasci, naître) Terme équivoque qui connaît deux grandes acceptions selon qu'il désigne la nature d'un être ou la nature en général. Désignant la nature d'un être, le terme renvoie d'abord à l'idée d'une existence qui se détermine d'elle-même, sans l'intervention d'une cause étrangère : 1. s'oppose à ce qui résulte de l'art ou de la technique : « La nature est principe dans la chose même » (Aristote); 2. est synonyme d'essence d'un genre dès lors qu'il désigne l'ensemble des propriétés qui le définissent : « La nature d'un gouvernement est ce qui le fait être tel » (Montesquieu); 3. désignant ce qui est inné, s'oppose à l'acquis, c.-à-d. chez l'homme à la culture ; désignant ce qui est spontané, s'oppose à ce qui est réfléchi. Désignant la nature en général, le terme renvoie à l'idée d'un ensemble organisé et régi par des lois : 1. ainsi la nature comme ensemble des choses qui présentent un ordre et réalisent des types s'oppose pour Aristote au hasard : « La nature ne fait rien en vain » ; 2. la Nature en tant que s'y exprime une Absolue nécessité s'oppose au Monde - humain soumis à la contingence; 3. la nature où toute cause est elle-même l'effet d'une cause extérieure s'oppose pour Kant à la liberté qui suppose l'autonomie morale de l'agent. SENS (lat. sensus; de sentire, sentir, juger) Mot qui rencontre en français trois grandes acceptions bien distinctes : soit il désigne toutes sortes de facultés, faculté de sentir ou de juger (1), soit il est syn. de signification (2), soit il évoque simplement l'orientation d'un mouvement (3). 1. Terme équivoque qui désigne aussi bien la faculté d'éprouver des sensations (les cinq sens), les sens comme organes récepteurs, la faculté de connaître intuitive (sens intime ou sens intérieur sont alors parfois syn. de conscience), le jugement (comme dans l'expression usuel « à mon sens »), par suite le bon jugement (le bon sens, syn. de raison, ou sens commun), mais aussi le sens moral (la faculté innée de reconnaître intuitivement le bien et le mal, la conscience morale en tant que pouvoir d'appréciation ou de discernement); 2. d'abord, intention de celui qui parle ou agit (ce qu'il veut dire ou se propose de faire, sens d'une phrase ou d'une démarche), puis valeur objective d'un signe, telle qu'elle est fixée par l'usage ou par une convention (acception d'un terme); 3. syn. de direction dans le langage courant (le sens des aiguilles d'une montre). Or, pour l'homme, la question de la signification et de l'orientation se recoupent souvent : ainsi, quand nous cherchons à déterminer le sens de notre existence, nous nous demandons à la fois quelle est sa finalité (en vue de quelle fin agissons-nous ?) et quelle signification lui donner (pourquoi ma vie vaut-elle d'être vécue ?). Les existentialistes ont montré que c'est mon projet (la direction que je lui insuffle librement) qui donne sens à ma vie, qui fait qu'elle signifie quelque chose. De même, la question du sens de l'Histoire pose le double problème de sa direction et de sa signification, c.-à-d. pour les philosophes modernes celui de sa finalité. SOCIÉTÉ (lat. societas, association, société) Groupe humain organisé selon des institutions culturellement établies. L'expression « société animale » semble impropre dans la mesure où les lois qui régissent les rapports des individu à l'intérieur d'un groupe animal ne sont pas fixées par convention, mais déterminées par l'instinct». De même qu'ils communiquent entre eux par un code invariable et sans équivocité et non par un langage susceptible d'interprétation (de discussion), de même les animaux occupent, à l'intérieur de leur espèce, une place déterminée par les lois infaillibles de la nature. Au contraire, la situation d'un homme au sein d'une société n'est pas naturellement nécessaire mais culturellement contingente. Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT En quoi le langage est-il spécifiquement humain ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/7054.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT LA VÉRITÉ ET LE LANGAGE CHEZ HOBBES http://www.aide-en-philo.com/dissertations/71743.htm LA VÉRITÉ ET LE LANGAGE "Le vrai et le faux sont des attributs du langage, non des choses. Et là où il n'y a pas de langage, il n'y a ni vérité ni fausseté." Hobbes, Léviathan, 1651. Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'utopie n'est-elle qu'un rêve ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/18331.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Y a-t-il incompatibilité entre la science et la religion ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/7097.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La religion contredit-elle le bonheur humain ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/6513.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Toute production de savoir requiert-elle une méthode ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/15263.htm MÉTHODE (gr. odos, chemin; meta, vers; d'où poursuite) Désigne soit l'ensemble des règles qui indiquent le chemin à suivre pour bien conduire sa raison, soit le cheminement effectif de la pensée elle-même qui, peu à peu, découvre la vérité. Dans le premier cas, la méthode se définit comme ensemble de procédés rationnels qui ont pour fin la connaissance vraie : des règles sont alors énoncées avant toute recherche comme moyens de se prémunir contre l'erreur. Tel est le sens cartésien de la méthode qui consiste à formuler des Règles pour la direction de l'esprit. Dans la seconde acception, aucun chemin n'étant tracé d'avance, la méthode résulte du mouvement même de la pensée qui se pense : elle vient après et non avant la connaissance dont elle exprime et réfléchit le développement. Telle est, pour Spinoza, la vraie définition de la méthode qu'il faut avoir fait fonctionner effectivement avant même de pouvoir la formuler : « Elle est connaissance réflexive ou idée de l'idée. » Définition très proche de celle proposée par Hegel pour qui il s'agit aussi d'une connaissance réflexive, dans laquelle devient consciente , « la forme de l'automouvement intérieur » au cours duquel les connaissances ont été produites. Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'artiste peut-il vouloir le laid ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/2537.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'inconscient n'est-il qu'une conscience obscurcie ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/996.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La vérité est-elle l'accord de la pensée et de l'objet ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/163.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Toute connaissance qui tente d'aller au-delà de la connaissance scientifique est-elle illusion ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/107701.htm ||Dans le vocabulaire courant, nous disons volontiers que nous connaissons un livre, un film, un ami ... Et pourtant l'autorité de ces connaissances pâlit dès que l'on évoque la démarche scientifique. Doit-on alors réserver à cette dernière le monopole du concept de connaissance ? N'y a-t-il de connaissance que scientifique ? Toute autre savoir est-il une illusion ? Nous examinerons dans un premier temps les modes pré-scientifiques de la connaissance, pour mieux dégager ensuite les motifs qui justifient la restriction de cette notion au domaine de la science. Nous nous demanderons enfin dans quelle mesure certaines démarches non scientifiques peuvent tout de même revendiquer de façon légitime le terme de connaissance.  I. La connaissance scientifique est seconde.  Si l'on s'en tient à la perspective du sens commun, on peut affirmer que la science ne constitue qu'une élaboration poussée de connaissances que nous possédons spontanément ou par expérience.  La connaissance empirique.  Le moins instruit des hommes ne connaît-il pas en effet son environnement immédiat ? La fréquentation quotidienne des lieux et des hommes, l'observation et le recoupement de nos expériences semblent nous procurer des connaissances solides.  La connaissance par ouï-dire.  .../...|| Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT En quel sens peut-on dire d'une oeuvre d'art qu'elle est vraie? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/10036.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La fin de la réflexion philosophique est-elle la recherche du bonheur ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/5496.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La connaissance du spécifique ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/100690.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Tout savoir est-il aussi un pouvoir? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/11901.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Toutes les opinions se valent-elles ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/11926.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT A-t-on le droit de se révolter contre l'État? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/10673.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Faut-il préférer la vérité au bonheur? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/11133.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/19208.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Le travail fait-il de bons citoyens ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/17788.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Le travail est-il une marchandise ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/17784.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Le verbe exister a-t-il le même sens quand on dit: Dieu existe, le soleil existe, j'existe ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/102865.htm   II-L?être est univoque, ma compréhension n?y change rien.               Or, que le sens d?exister change cela n?implique pas que ce qui existe existe selon divers degrés. Il ne faut pas transposer une différence de sens en différence ontologique. L?être, je ne le comprends pas de la même manière selon qu?il s?agisse de mon être propre, de celui de l?étant suprême, ou d?un l?objet, pour autant, cette limitation gnoséologique n?implique pas que l?être se distribue en tant qu?être selon trois degrés différents, trois sens d?exister ne sont pas trois types d?être.             Ma compréhension ne doit pas avoir d?influence sur l?existence en soi, c?est la seule réserve que l?on doit formuler quant à notre conclusion en première partie en faveur d?une triplicité du sens du verbe exister. Nous ne sommes pas nominalistes : le verbe exister parle de l?existence, mais seulement du point de vue d?un sujet humain, il ne traduit pas l?existence en soi des choses ou de Dieu.             L?existence ne se décline pas selon la logique du plus et du moins ou du mieux et du moins bien, on n?existe pas plus ou moins. Il n?y a pas de différence dans l?être lui-même, il se distribue le même pour chacun, comme Duns Scott (ou Heidegger, cf. Les concepts fondamentaux) l?ont mis en évidence. Pour autant cela ne nous interdit pas de hiérarchiser ou au moins de distinguer les types d?étants selon tel ou tel critère de valeur, de mettre Dieu au dessus de l?homme et la plante en dessous de l?animal, à la suite d?Aristote ou de Leibniz. Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Peut-on penser l'avenir ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/2056.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Expérience et connaissance scientifique http://www.aide-en-philo.com/dissertations/1300.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Toutes croyances sont-elles respectables ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/100960.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Le travail est-il le lien le plus étroit entre l'homme et la réalité ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/17773.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Quels sont les différents pouvoirs du langage ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/19524.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La vérité est-elle inaccessible à l'homme ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/17227.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Tout ce qui est naturel est-il normal ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/673.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Instinct et intelligence http://www.aide-en-philo.com/dissertations/4735.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Travaille-t-on seulement pas intérêt ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/19999.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Le problème de la nature humaine ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/3770.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Tout est-il insaisissable ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/19942.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La langue n'est-elle qu'un outil de communication ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/5669.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'intérêt peut-il être une valeur morale ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/793.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La nature est-elle le lieu de l'harmonie ou de la violence ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/16902.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Peut-on atteindre le vrai? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/11911.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Expliquer est-ce justifier http://www.aide-en-philo.com/dissertations/11775.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Faut-il chercher a se connaitre soi-même ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/11251.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'exploitation est-elle inhérente à la nature de la vie ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/4072.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Les utopies sont-elles utiles ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/6738.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Etre libre, est-ce faire ce qui nous plaît ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/529.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Développer et argumenter :"La Raison du plus fort." ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/15870.htm RAISON (lat. ratio, calcul; faculté de calculer, de raisonner) Ce terme connaît deux grandes acceptions : soit il désigne la faculté de penser, la « raison humaine », soit il désigne un principe d'explication, la « raison des choses ». En tant que faculté de penser, la raison peut se définir encore en plusieurs sens, soit : 1. la faculté de raisonner discursive, de combiner concepts et propositions par opposition à la faculté de connaître intuitive (la ratio par opposition à l'intellectus chez saint Thomas, ou la raison par opposition au coeur chez Pascal); 2. la faculté de bien juger (comme chez Descartes) ou l'entendement qui « s'appelle raison en tant qu'il dirige au vrai et au bien », selon Bossuet. En ce sens s'oppose classiquement à la folie et à la passion qui consiste à raisonner mal, contrairement aux lois logiques ; 3. la connaissance naturelle par opposition à la connaissance révélée, la lumière» naturelle par opposition aux lumières de la foi» ; 4. un système de principes a priori dont la vérité ne dépend pas de l'Expérience . En ce sens, les vérités de la raison se distinguent du témoignage des sens autant que des révélations de la foi, si bien que Pascal voyait là trois ordres distincts de connaissance; 5. dès lors, toute une tradition définira usuellement la raison comme l'esprit humain en tant qu'il porte en lui les notions innées lui permettant de comprendre le monde, définition critiquée par les empiristes, et transformée par Kant; 6. la raison est pour Kant la faculté supérieure qui ramène à l'unité les règles de l'entendement» comme celui-ci fait la synthèse des éléments sensibles. Connaissance a priori et connaissance par la raison sont une même chose, et se distinguent ici de la connaissance par l'entendement (contrairement au sens 2 qu'on trouve par ex. chez Descartes). Le nom de Raison est réservé à un degré supérieur de synthèse des connaissances : si l'Entendement est la faculté des règles, la Raison est la faculté des principes. Elle est théorique lorsqu'elle fonde la science (et concerne uniquement la connaissance); pratique lorsqu'elle est considérée comme contenant le principe a priori de l'action morale. En tant que principe d'explication, soit : 1. au sens théorique, ce qui rend compte d'un effet. Signifie alors plutôt raison d'être d'une chose à distinguer de sa cause simplement antécédente. Ainsi, se confond souvent avec la cause finale; 2. au sens normatif, le motif légitime d'un acte, sa justification (comme dans l'expression « non sans raison »). D'où : argument destiné à prouver qu'on a raison (« donner ses raisons »). ARGUMENTATION Suite d'arguments logiquement articulés qui aboutit à une conclusion. L'argumentation se distingue de la démonstration ; on doit argumenter ce qu'on ne peut justement pas démontrer. En l'absence de preuves certaines, argumenter, c'est faire l'effort de rendre ses raisons raisonnables c.-à-d. acceptables pour d'autres. Ce qui ne peut être scientifiquement établi comme indiscutable ne doit pas être pour autant livré à l'irrationnel. Impuissants à démontrer ce qui est juste, il nous faut pourtant le décider de façon raisonnable : il convient alors, autant qu'il se peut, d'obtenir l'assentiment d'autrui en justifiant par des arguments le choix toujours discutable de ses raisons. La démonstration règne dans le champ théorique, l'argumentation s'impose dans le domaine pratique de l'action. ARGUMENT: Raisonnement formant un tout distinct et visant à prouver ou réfuter une prposition, une théorie. Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'humanité est-elle la seule à avoir une histoire ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/5912.htm HISTOIRE Gén. Terme équivoque qui désigne à la fois le récit du passé humain, et la réalité historique elle-même, le cours des événements. En ce dernier sens, l'histoire se distingue de la simple évolution car elle suppose plus qu'un changement. Un arbre, par ex., peut croître ou un papillon se métamorphoser, mais ils n'ont pas d'histoire dans la mesure où l'histoire suppose la conscience d'un changement et la possibilité, pour celui qui change, de se représenter la finalité de son évolution en faisant du présent le sens du passé et du futur le sens du présent. Quant au récit, il cesse d'être légendaire pour devenir scientifique dès lors qu'il veut expliquer et non plus simplement raconter en se contentant de recueillir des anecdotes pittoresques. Phi. Les philosophies de l'Histoire posent la question du but poursuivi par les hommes dans l'Histoire, et postulent en même temps que l'Histoire des hommes est celle de leur liberté. Or, si la connaissance du but permet en retour de comprendre la cohérence du processus historique, il semble bien difficile de concilier le double postulat de la rationalité historique et du développement de la liberté. Telle est l'aporie sur laquelle achoppe toute philosophie de l'Histoire. En effet, s'il est possible de dégager par avance une cohérence historique, alors tout se passe comme si l'Histoire était déjà faite, de sorte que l'idée même de liberté humaine se trouve niée. A l'inverse, si l'on suppose que les hommes sont libres, alors il est impossible de saisir le sens d'une Histoire que les hommes font « sans savoir l'histoire qu'ils font » (R. Aron). Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Critique de la connaissance scientifique http://www.aide-en-philo.com/dissertations/4774.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Peut-on démontrer qu'une oeuvre d'art est belle? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/12071.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La violence peut-elle avoir raison ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/986.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Peut-on faire l'éloge de la passion ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/18761.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT La puissance de l'Etat est-elle condition de l'harmonie ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/5631.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'oeuvre d'art échappe-t-elle à l'artiste après sa création ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/8193.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Si toutes les opinions se valent a quoi bon en débattre ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/19797.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Que vaut la sensibilité ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/19403.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Le monde n'est-il que ma représentation ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/17636.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Chacun d'entre nous n'est-il pas, par sa manière de vivre, le premier responsable de la justice ou de l'injustice ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/100089.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Travail et ennui ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/19995.htm TRAVAIL (lat. tripolium, instrument de torture ) Aristote considérait le travail comme une activité par nature asservissante, n'étant pas une fin en elle-même mais le moyen de la subsistance. Activité vile qui déforme l'âme et le corps, elle est réservée aux esclaves qui s'abîment dans ce qu'ils font. Le travail, en effet, implique une spécialisation déshumanisante, car l'homme n'est pas fait pour un métier comme un marteau est fait pour planter un clou. Si la main est le symbole de l'homme, c'est précisément qu'elle n'est pas un outil, mais un organe polyvalent. Ainsi, les activités nobles développent en l'homme simultanément toutes ses facultés, tandis que l'activité laborieuse détruit cette harmonie en instrumentalisant l'une d'elles. Nous dirions aujourd'hui que, asservi aux impératifs de l'efficacité, celui qui travaille perd sa vie à la gagner : Aristote le définit simplement comme un « outil vivant » dont on pourrait bien se passer si les navettes pouvaient se déplacer toutes seules sur les métiers à tisser. Comment le travail, que les Grecs tenaient pour indigne de l'homme, a-t-il pu devenir une valeur ? Si la Bible décrit le travail comme un châtiment divin, il est aussi le moyen d'un rachat pour l'humanité qui, par ses efforts, contribue au perfectionnement du monde. Il est alors moins un mal qu'un moindre mal. Dans l'éthique protestante, il devient même un devoir si bien qu'on a pu lier cette valorisation morale du travail à l'essor du capitalisme. A partir du xix siècle, au moment même où l'Occident achève son industrialisation, le travail s'impose en philosophie comme une notion centrale, en particulier avec Hegel qui en saisit le caractère anthropogène. L'homme n'est homme que par le travail qui le rend maître de la nature, mais aussi de lui-même (en disciplinant son désir par ex.). Cependant, l'écart existant entre l'essence du travail, producteur de l'humanité, et les formes historiques du travail (aliénation et exploitation économique de la force de travail) sera dénoncé par Marx comme une dénaturation induite par le système capitaliste. Quant à la glorification du travail, elle sera analysée par Nietzsche à la fin du siècle, comme l'instrument le plus efficace, conçu par la morale chrétienne, de domestication des instincts vitaux. ENNUI: Expérience sans expérience ou plutôt, si l'on prend le risque de résumer les analyses développées par Schopenhauer, état d'attente sans objet et sans contenu tout comme dans certaines pièces de Beckett. Dans un entretien qu'il consacre à Fernando Savater, en 1977, Cioran apporte ces précisions sur l'ennui même d'exister : Il ne s'agit pas de l'ennui que l'on peut combattre par des distractions, la conversation ou des plaisirs, mais d'un ennui, pourrait-on dire, fondamental, et qui consiste en ceci : plus ou moins brusquement, chez soi ou chez les autres, ou devant un très beau paysage, tout se vide de contenu et de sens. Le vide est en soi et hors de soi. Tout l'univers demeure frappé de nullité. Et rien ne nous intéresse, rien ne mérite notre attention. L'ennui est un vertige, mais un vertige tranquille, monotone ; c'est la révélation de l'insignifiance universelle » (OEuvres, p. 1748). Les Pères de l'Église avaient jadis finement analysé ce dégoût provisoire ou constant d'exister ; ce péché d'ennui (la tristitia-acedia) n'est-il pas la source d'autres maux qui rendraient toute vie calamiteuse en transformant l'odieux néant en bonheur de ne point exister ? L'ennui génère donc la rancor (la mauvaise conscience) mais également la pusillanimita (la petitesse d'esprit), la desperatio (ou certitude de la vanité de toute chose et de l'inanité de toute entreprise) et enfin une evagatio mentis (fuite de l'âme dans le rêve) qui s'exprime dans la verbositas (pur verbiage de celui qui meuble le vide par des mots). On peut retrouver sous des formes littéraires cette phénoménologie de l'ennui dans certaines oeuvres majeures du XIXe siècle, dans toute la littérature décadente (chez Huysmans, avec le personnage central de À Rebours, Des Esseintes), mais encore chez Baudelaire dont Les Fleurs du mal sont essentiellement rongées de l'ennui même d'exister. C'est toujours Baudelaire qui parle ainsi de l'ennui : « Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre » (Le Spleen de Paris, Éditions du dauphin, 1955, p. 94), et qui va tenter d'esthétiser ce sentiment délétère en faisant du dandy un poète qui maîtrise l'art d'accorder sens à ce qui en est privé, en ne négligeant cependant rien pour donner l'impression que tout est négligeable ! S'il est vrai, comme le soutient encore Schopenhauer, que « la vie oscille, comme un pendule, de droite à gauche, de la souffrance à l'ennui » (Le Vouloir-vivre, p. 174), toute l'oeuvre de Maupassant peut être lue comme la mise en abyme de cette conscience douloureuse née du désespoir d'exister. Cet ennui n'est pas seulement théorique ou littéraire et, dans un texte peu connu, Sur l'eau, le romancier, qui avait lu Schopenhauer avec une délectation morbide, saisit la jointure de cette contradiction vitale et invivable tout à la fois qui pousse les hommes de la souffrance vers l'ennui, puis de nouveau vers la souffrance: Certes, en certains jours, j'éprouve l'horreur de ce qui est jusqu'à désirer la mort. Je sens jusqu'à la souffrance suraiguë la monotonie invariable des paysages, des figures et des pensées. La médiocrité de l'univers m'étonne et me révolte, la petitesse de toutes choses m'emplit de dégoût, la pauvreté des êtres humains m'anéantit. En certains jours, au contraire, je jouis de tout à la façon d'un animal. Si mon esprit inquiet, tourmenté, hypertrophié par le travail, s'élance à des espérances qui ne sont point de notre race, et puis retombe dans le mépris de tout, après en avoir constaté le néant, mon corps de bête se grise de toutes les ivresses de la vie » (Sur l'eau, Gallimard, 1992, p. 78). L'ennui chronique alors se nomme aussi mélancolie. Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT L'imagination peut-elle s'affranchir de toute contrainte ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/2365.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT Est-ce la liberté qui nous rend responsables de nos actes ? http://www.aide-en-philo.com/dissertations/4497.htm Sun, 21 Oct 2018 00:00:00 GMT