Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : xviie

1 2 >>

33 dissertations trouvées

MARX: Des mathématiciens et des mécaniciens !

Des mathématiciens et des mécaniciens, dont l'opinion est reproduite par quelques économistes anglais, définissent l'outil une machine simple, et la machine un outil composé. Pour eux, il n'y a pas de différence essentielle et ils donnent même le nom de machines aux puissances mécaniques élémentaires telles que le levier, le plan incliné, la vis, le coin, etc. En...

2 pages - 1,80 €

Hobbes: République et passions

«Mais quelqu'un pourra ici objecter que la condition des sujets est très misérable, car ils sont soumis à la concupiscence et aux autres passions déréglées de celui ou de ceux qui ont un pouvoir si illimité en leurs mains. Et couramment, ceux qui vivent sous un monarque pensent que c'est la faute de la monarchie, et ceux qui...

2 pages - 1,80 €

La conception de Dieu et de la religion chez les 4 grands « philosophes » du XVIIIe siècle: Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Diderot.

II. ? Pour Voltaire : a) II semble croire en un Dieu puisqu'il l'invoque (Prière à Dieu du Traité de la Tolérance), lui élève une chapelle à Ferney, et attaque furieusement les athées de son temps (Helvétius). Mais ce n'est pas le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, celui de Pascal, mais un Dieu horloger, un Dieu rémunérateur et...

2 pages - 1,80 €

A travers le roman et l'adaptation filmique de Frears des Liaisons Dangereuses, comment expliquer que tant de personnages se dévoilent et se confessent, alors que dans un contexte religieux et culturel du XVIIIe siècle, seul un homme d'église est habilit

||  Introduction :               Choderlos de Laclos publie les Liaisons Dangereuses en 1782 ; comme l’indique notre sujet la parution d’un tel ouvrage au XVIIIe siècle ne va pas de soi. En effet, le XVIIIe siècle est le siècle des Lumières, de la Raison et de la Morale alors que ce roman épistolaire se présente comme...

3 pages - 1,80 €

Étudiez et comparez les trois grands moralistes du XVIIe siècle : La Rochefoucauld, Pascal, La Bruyère. ?

||||  Début. — Le XVII8 siècle est, par excellence, le siècle des moralistes : toute la littérature est une immense enquête sur l'homme. Dans le sens plus précis du terme, nous avons : La Rochefoucauld, Pascal, La Bruyère. 1. Qu'ont-ils de commun? Une vue réaliste de la nature humaine : ils l'ont considérée sous un jour...

2 pages - 1,80 €

Nisard a dit que « l'admiration pour le XVIIe siècle était une des forces morales de notre pays ». Expliquez et essayez de motiver ce jugement. ?

|||| Début. — Le XVIIe siècle peut être considéré comme le bastion intellectuel et moral de la France. Les critiques et le public cultivé l'ont toujours reconnu. On en voit trois principales raisons : 1° Le XVIIe siècle, en littérature, nous donne sur l'homme et sur la société les lumières essentielles; il est largement humain. ...

3 pages - 1,80 €

Quelles réflexions vous suggère l'exorde célèbre de Michelet : « Le Grand Siècle, Messieurs..., je veux dire le XVIIIe. » ?

|| Introduction : Michelet désireux de scandaliser en prenant le contre-pied d'une opinion communément admise. I. - L'OPINION COMMUNE A. - Grandeur du XVIIe siècle. Aboutissement de plusieurs siècles ; la France constitue peu à peu son unité autour d'un Roi et d'une Foi. a) Gloire des armes : Condé, Turenne, Vauban, Jean-Bart, Trouville, Dugay-Trouin ; abaissement de...

2 pages - 1,80 €

A la fin de son ouvrage, La Préciosité et les précieux, de Thibaut de Champagne à J. Giraudoux, René Bray, cherchant à définir une « éthique de la préciosité », note (page 395) : « Ne pourrait-on dire que, dans la préciosité, le poète, au fond, est toujo

||En général l'attitude littéraire exprime une volonté de communication avec les autres hommes: écrire, c'est avant tout, semble-t-il, proposer ses idées au jugement d'autrui, à son approbation. Telle  est essentiellement la position de l'écrivain classique, celui-ci allant même jusqu'à considérer qu'un ouvrage n'a de prix qu'après avoir été approuvé par de nombreuses générations...

4 pages - 1,80 €

Un critique contemporain définit l'esprit du XVIIIe siècle en ces termes: "Il fallait édifier une politique sans droit divin, une religion sans mystère, une morale sans dogme." Dans quelle mesure et avec quelles nuances ce jugement se trouve-t-il vérifié

|| Introduction Quand on considère l'œuvre du XVIIIe siècle dans son ensemble, elle apparaît comme diverse, contradictoire, voire chaotique. Il semble presque impossible de lui trouver une unité, autrement dit de définir l'esprit du « siècle philosophique ». N'y aurait-il pas moyen, en se plaçant à la source créatrice de ses exigences intellectuelles, de...

4 pages - 1,80 €

Vous examinerez ce jugement de Maine de Biran: "Les philosophes du XVIIIe siècle n'ont pas connu l'homme" ?

||On appelle volontiers le XVIIe siècle, le « siècle des philosophes », marquant par là que c'est un siècle d'idéologues plutôt qu'un siècle de fins connaisseurs de l'âme humaine. C'est, en fait, un siècle qui souffre de la comparaison avec le siècle qui le précède, siècle des moralistes, et avec le siècle qui le...

5 pages - 1,80 €

Madame de Staël écrit on 1800 dans De la Littérature (Première Partie, chap. 11 ) : « Ce que l'homme a fait de plus grand, il le doit au sentiment douloureux de l'incomplet de sa destinée. Les esprits médiocres sont, en général, assez satisfaits de la vi

||Pendant des siècles la civilisation occidentale avait offert à l'homme comme idéal l'accomplissement de sa propre nature. Ceci, qui est évident dans l'humanisme issu de l'Antiquité, est vrai aussi dans le christianisme traditionnel : même préoccupés de leur salut ni le chrétien médiéval ni le chrétien classique ne ressentent de profond malaise dans leur...

4 pages - 1,80 €

Qu'appelle-t-on un philosophe au XVIIIe siècle ? Buffon paraît-il devoir être rangé parmi les philosophes à côté de Diderot et de d'Alembert ?

|| Rappelez la définition du « philosophe » au XVIIIe siècle et les caractères de la philosophie (irréligieuse, agressive, révolutionnaire, éprise de progrès scientifique) a) Différences : Buffon se distingue des «philosophes » par ses convictions religieuses, son respect de la monarchie et de l'ordre social, par l'ampleur et l'unité de ses travaux. Par ses ...

1 page - 1,80 €

Loin d'être un initiateur, André Chénier est la dernière expression d'un art expirant. C'est à lui qu'aboutissent le goût, l'idéal, la pensée du XVIIIe siècle. Il résume le style Louis XVI et l'esprit encyclopédique. Il est la fin d'un monde. Ce jugement

||Depuis Sainte-Beuve, Chénier est considéré comme le premier en date des poètes romantiques. Au contraire, ce jugement le reporte dans le passé et le rattache étroitement au règne de Louis XVI. Il se rapproche de ce mot d'Anatole France : Novateur, personne ne le fut moins. Il est étranger à tout ce que l'avenir...

2 pages - 1,80 €

La Fontaine est un des rares écrivains du XVIIe siècle qui aient accordé une véritable place à la campagne et à la vie rustique. ?

|| I.                   Un décor de l'action     La nature constitue un décor, non sous forme de vastes panoramas, mais de brèves notations qui sont autant d'échappées sur une campagne harmonieuse. L'eau est toute limpidité : «L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours» (Le Héron, VII, 4, v. 4), «Un vivier vous attend plus clair que fin...

1 page - 1,80 €

Dans Les Confessions, Jean-Jacques Rousseau ne cesse de se montrer comme un être doté d'une sensibilité hors du commun. Dans les quatre premiers livres, oublie-t-on pour autant qu'il a été un des plus grands penseurs du XVIIIe siècle ?

||Rousseau a été l'un des plus grands penseurs du XVIIIe siècle. Si l'on veut découvrir sa pensée, on ne va pas lire d'abord Les Confessions. Pourtant, cet ouvrage nous ouvre des perspectives sur le système d'éducation exposé dans l'Émile. Par ailleurs, toute éducation étant à la base de la vie sociale, on aperçoit aussi...

2 pages - 1,80 €

Un critique contemporain, M. André Thérive, écrit : « La littérature dans son ensemble sert à faire mieux connaître l'homme. Au temps des classiques, la vérité générale, l'homme abstrait, suffisait encore. L'homme concret est une conquête de l'époque mod

||INTRODUCTIONPour tout Français, penser au XVIIIe siècle, c'est penser à la Révolution. Et sans doute n'est-il pas illusoire de retrouver presque partout dans la civilisation ou les événements de ce temps, l'aspiration aux libertés, la montée du Tiers-État, la culture de l'irrespect. Mais quand il s'agit seulement de littérature, cette perspective n'est peut-être pas...

3 pages - 1,80 €

Épicure, les mécanisfes du XVIIe siècle, Ribot : la mémoire comme trace dans le corps ?

||Pour Epicure (IIIe siècle av. J.-C), la sensation est la garantie unique et fondamentale de la réalité des étants ; celle-ci se ramène toujours à quelque transfert d'atomes et, par conséquent, à un contact entre diverses substances matérielles.||...

1 page - 1,80 €

Pourquoi l'Astrée fut-elle le roman le plus lu pendant le XVIIe siècle ?

||L'Astrée ouvre le XVIIe siècle : la première partie du roman paraît en 1607, la deuxième en 1610, la troisième en 1619. Or, en 1608, Mme de Rambouillet commence à recevoir et sa ruelle sera dans tout son éclat en 1618. L'Introduction à la Vie dévote est publiée en 1608. Ainsi le même public...

1 page - 1,80 €

Les philosophes du XVIIIe siècle

||«Ecrasons l'infâme...». Le mouvement philosophique apparaît comme un phénomène de contestation générale visant les institutions politiques et religieuses et remettant parfois même en cause des bases de la société. Les signes avant-coureurs se font jour à la fin du XVIIe siècle avec Bayle, Vauban, Fénelon. Mais le mouvement débute surtout avec Montesquieu qui...

1 page - 1,80 €

Dans l'article "Philosophe" de l'Encyclopédie, DUMARSAIS propose cette définition: L'esprit philosophique est donc un esprit d'observation et de justesse, qui rapporte tout à ses véritables principes; mais ce n'est pas l'esprit seul que le philosophe cul

xxx ?||Le mot « philosophe » est un de ces vocables dont il serait certainement passionnant d'étudier de près les différentes significations. Le philosophe, étymologiquement, c'est l'ami de la sagesse. Chaque fois qu'une époque applique ce terme à certains de ses penseurs, elle révèle par là même sa conception de la sagesse : connaissance des...

3 pages - 1,80 €

SCIENCE ET MÉTHODE (XVIIe SIÈCLE)

||Au XVIIe siècle, dans toute l'Europe, les sciences réalisent des progrès considérables. Dans cet effort, les Français ne semblent jouer que les seconds rôles. C'est pour remédier à une éclipse provoquée en partie par les troubles de la Fronde que Colbert intervient par l'octroi de pensions, par la fondation de l'Académie des sciences en...

1 page - 1,80 €

LE MOUVEMENT PHILOSOPHIQUE (XVIIIe siècle)

||Le mouvement philosophique apparaît comme un phénomène de contestation générale visant les institutions politiques et religieuses et remettant parfois même en cause les bases de la société. Les signes avant-coureurs se font jour à la fin du XVIIe siècle avec Bayle, Vauban, Fénelon. Mais le mouvement débute surtout avec Montesquieu, qui publie en 1721...

1 page - 1,80 €

Le rationalisme du XVIIIe siècle

Ils se sont donné le nom de Philosophes. Ils ont considéré leur époque comme l'âge de la raison triomphante : " Il semble en général qu'on se soit donné le mot pour penser plus solidement qu'on n'avait fait pendant des milliers de siècles. " (Voltaire.) Mais faut-il croire que la philosophie naisse avec eux ? Certes non. Et...

5 pages - 1,80 €

1 2 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com