Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : prenez

1 2 >>

27 dissertations trouvées

Hume: conscience et morale

Prenez une action reconnue comme vicieuse : un meurtre prémédité, par exemple. Examinez-la sous tous les aspects et voyez si vous pouvez découvrir ce point de fait, cette existence réelle que vous appelez vice. De quelque manière que vous la preniez, vous trouvez seulement certaines passions, certains motifs, certaines volitions et certaines pensées. Il n'y a pas d'autre...

3 pages - 1,80 €

Sartre: La conscience est-elle d'abord conscience de soi ?

La conscience et le monde sont donnés d'un même coup : extérieur par essence à la conscience, le monde est, par essence, contraire à elle. [...] Connaître, c'est s'éclater vers », s'arracher à la moite intimité gastrique pour filer, là-bas, par-delà soi, vers ce qui n'est pas soi, là-bas, près de l'arbre et cependant hors de lui, car...

4 pages - 1,80 €

Jean-Paul SARTRE: Liberté, invention et morale

Kant déclare que la liberté veut elle-même et la liberté des autres. D'accord, mais il estime que le formel et l'universel suffisent pour constituer une morale. Nous pensons, au contraire, que des principes trop abstraits échouent pour définir l'action. Encore une fois, prenez le cas de cet élève ; au nom de quoi, au nom de quelle grande...

1 page - 1,80 €

David HUME: Prenez une action reconnue comme vicieuse

Prenez une action reconnue comme vicieuse : un meurtre prémédité, par exemple. Examinez-la sous tous les aspects et voyez si vous pouvez découvrir ce point de fait, cette existence réelle que vous appelez vice. De quelque manière que vous la preniez, vous trouvez seulement certaines passions, certains motifs, certaines volitions et certaines pensées. Il n'y a pas d'autre...

2 pages - 1,80 €

Nietzsche: la mort de Dieu, l'égalité des hommes et la démocratie

Hommes supérieurs, apprenez de moi ceci : sur la place publique personne ne croit à l'homme supérieur. Et si vous voulez parler sur la place publique, à votre guise ! Mais la populace cligne de l'oeil : « Nous sommes tous égaux. » « Hommes supérieurs, - ainsi cligne de l'oeil la populace, - il n'y a pas...

2 pages - 1,80 €

Comment comprenez-vous la différence que Pline établit entre un «prince» et un «maître» et Qu'est-ce qui permet, selon vous, à un peuple d'éviter que le prince ne devienne maître ?

Solution de Rousseau: ■ Le peuple devrait pouvoir «établir et destituer quand il lui plaît» les dépositaires du pouvoir exécutif. ■ Pour cela, il faudrait que le peuple souverain s'assemble périodiquement, ce qui suppose de petites Cités, et que soit clairement posée et respectée la règle suivante : «À l'instant que le peuple est légitimement assemblé en corps souverain, toute...

2 pages - 1,80 €

Quel objet étudiez-vous quand vous apprenez les mathématiques ?

Le mathématicien construit, sans autre instrument que sa pensée, une science dont les objets n'ont de réalité que dans sa pensée. » INDICATIONS DE LECTURE ? Essai sur les notions de structures et d'existence en mathématiques, II, Les schémas en genèse de Lautman Albert. ? Méthode axiomatique et formalisme de Cavaillès. Citation, p. 177 : «II n'y a pas de définition...

2 pages - 1,80 €

« Nous avons une impuissance de prouver, invincible à tout dogmatisme. Nous avons une idée de la vérité, invincible à tout le pyrrhonisme ». Comment comprenez-vous cette phrase de Pascal ?

Pascal, dans Les Pensées, essaie de convaincre les libertins que la raison humaine a des limites et que la foi nous donne sous forme de mystères des réponses aux questions métaphysiques. Le pyrrhonisme est une forme de scepticisme qui affirme que la vérité est une illusion et que tout n'est qu'apparence. Mais à bon droit, Pascal fait remarquer...

2 pages - 1,80 €

L'intérêt que vous prenez à des oeuvres littéraires ou cinématographiques se limite-t-il à la découverte des personnages qu'elles mettent en scène ?

||Au moment où l'on ouvre un livre, où le film que l'on est allé voir va commencer, notre esprit est imbibé du monde réel dans lequel on évolue. Et c'est avec une vision particulière de ce monde, la nôtre, que l'on s'apprête à découvrir celle de l'écrivain ou du réalisateur.  Pour passer de l'une à...

2 pages - 1,80 €

On voulait démontrer à Alain que les Fables de La Fontaine ne conviennent pas aux écoliers : « Ils ne peuvent en saisir tout la beauté. » «Je l'espère bien ! » répondit-il. Comment comprenez-vous ce paradoxe ? A un âge où vous êtes capable de lire de faç

||Qui n'a pas connu le bonheur du premier livre, qui n'était pas le premier lu — celui-là est oublié à jamais, disparu dans les oubliettes de la mémoire —, mais celui qui, le premier, nous a fait aimer la lecture ? Et si nous n'en gardons plus qu'un souvenir diffus, un parfum de féerie,...

2 pages - 1,80 €

Bergson, dans un article publié en 1923, estime la France "prénétrée de classicisme, d'un classicisme qui a fait la netteté de son romantisme". Vous semble-t-il que la littérature française ait en effet toujours préservé l'essentiel de l'apport classique

xxx ?|| Introduction   Bergson, préoccupé de retrouver par la souplesse de l'intuition les mouvements divers de la vie, constatait en 1923 le caractère volontiers systématique et un peu rigide de l'art français : notre littérature, lui semblait-il, loin de se disperser dans le réel, préfère soumettre celui-ci à l'unité; en un mot, elle est «...

3 pages - 1,80 €

Vigny, et bien d'autres après lui, ont accusé la technique d'enlever au monde sa beauté. Montrez que vous comprenez cette position et expliquez la vôtre ?

|| Introduction    La révolution industrielle et ses conséquences : chemins de fer, usines, barrages, lignes électriques qui nuisent à la beauté des paysages. D'où une levée de boucliers contre la technique : Vigny et tout le courant d'opinion qui se situe dans le prolongement de cette réaction.   Première partie : la technique contre la...

1 page - 1,80 €

« Il n'y a que le premier pas qui coûte », dit-on souvent. Comment comprenez-vous cette parole ?

|| Les premiers pas de l'enfant sont pour lui les plus difficiles. Les primes efforts coûtent toujours, aussi bien dans les choses de l'esprit ou dans le domaine moral que lorsqu'il s'agit d'un travail manuel. Mais, en avançant courageusement, la route s'éclaire et le chemin devient plus facile. Ceci est vrai dans toutes les voies...

1 page - 1,80 €

« Mon imitation n'est point un esclavage », écrit La Fontaine. A la lumière des fables que vous avez étudiées, vous expliquerez comment vous comprenez cette affirmation. ?

|| L'affirmation de La Fontaine ne peut se comprendre qu'en fonction de l'idéal classique, auquel il adhère pleinement. Celui-ci stipulait et d'imiter et d'innover dans un même mouvement, qui n'est contradictoire qu'en apparence.   I.                   Une imitation évidente   La doctrine classique de l'« imitation» repose sur deux grands principes : le culte des Anciens, pris pour modèles,...

2 pages - 1,80 €

Comment comprenez-vous ce mot de Vauvenargues : « Les choses qu'on sait le mieux sont celles qu'on n'a jamais apprises », et qu'en pensez-vous ?

||INTRODUCTION. - Les maximes sont un genre bien artificiel. Elles doivent frapper l'attention ou même choquer afin de pouvoir vaincre l'inertie de l'esprit et provoquer une réaction. C'est pourquoi elles sont souvent paradoxales, quand elles ne paraissent pas à première lecture un défi au bon sens. Néanmoins, le lecteur cultivé, n'osant pas rejeter sans réserve l'affirmation d'un penseur...

2 pages - 1,80 €

Comment comprenez-vous cette affirmation que l'imagination est la plus personnelle de nos facultés intellectuelles ?

||Comment comprenez-vous cette aff INTRODUCTION. - S'il est une idée devenue banale dans la psychologie, c'est que tout se tient chez l'homme et même chez le vivant en général. Par suite, une analyse exhaustive nous trouverait tout entiers dans chacun de nos actes.Il n'en est pas moins vrai qu'il en est de plus révélateurs. Parmi...

2 pages - 1,80 €

L'un des personnages d'Électre, le Président Théocathoclès, définit l'héroïne comme une « femme à histoires ». Comment comprenez-vous cette formule ?

||Volontairement familière pour être bien comprise du Jardinier à qui le Président s'adresse, la formule fait d'Électre une cause de désordres. En ce sens, elle est bien une « femme à histoires ». Mais ces désordres relatent aussi une histoire qui oppose des femmes entre elles et qui finit par devenir une « femme...

2 pages - 1,80 €

Dans Jean Giraudoux (1955), V. H. Debidour affirme qu' « Électre est le soleil de la fatalité ». Comment comprenez-vous cette formule ?

||La citation, qui fait image, impute la catastrophe sur laquelle s'achève la pièce au seul personnage d'Électre. La formule « soleil de la fatalité » est paradoxale. I. Une formule paradoxale Une apparente absence de fatalité Étymologiquement, la fatalité résulte d'une malédiction divine ou de l'action d'une puissance supérieure, qui détermine la...

2 pages - 1,80 €

Dans un entretien accordé au Figaro le 11 mai 1937, Giraudoux déclarait : « J'ai épousseté le buste d'Électre.» Comment comprenez-vous cette formule et qu'en pensez-vous ?

||Par cette formule, Giraudoux suggère que, tout en respectant les grandes lignes de la légende, il a rénové le mythe. Son Électre est en effet recréée et placée dans une situation inédite qui conduit à un renouvellement du tragique. I. Un personnage recréé... Giraudoux confie à son héroïne une mission nouvelle et il...

2 pages - 1,80 €

1 2 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com