Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : preface

18 dissertations trouvées

LA PHILOSOPHIE SELON HEGEL

LA PHILOSOPHIE SELON HEGEL Au sujet de cette prétention d'enseigner comment doit être le monde, nous faisons observer que, de toute façon la philosophie vient toujours trop tard. Comme pensée du monde la philosophie surgit seulement lorsque la réalité a opéré et achevé son processus d'évolution. Ce que le concept démontre, l'histoire le montre avec la même nécessité...

3 pages - 1,80 €

Victor Hugo écrit dans la Préface de Cromwell : « La vérité de l'art ne saurait être la réalité absolue ». Que pensez-vous de cette opinion ?

Il a un idéal, un tempérament, des expériences, une technique, qui lui sont propres. Aussi ne voit-il pas les choses comme tout le monde, et de ce qu'il voit retient-il seulement ce qui s'accorde avec sa conception du beau. C'est ensuite à sa manière qu'il exprime ce qu'il a retenu : il a ses couleurs préférées, des tons...

3 pages - 1,80 €

A la fin du xixe siècle, Oscar Wilde écrivait dans la préface au Portrait de Dorian Gray : « L'appellation de livre moral ou immoral ne répond à rien. Un livre est bien écrit ou mal écrit. Et c'est tout. [...] L'artiste peut tout exprimer. » le Portrait

||• Soyez attentif à l'intitulé : il ne s'agit pas de tous les livres, car le terme « artiste » désigne la littérature. D'autre part vous êtes invité à élargir le débat aux autres arts : peinture, sculpture, cinéma, théâtre...  « L'opinion d'Oscar Wilde s'insère dans les mouvements artistiques du xixe siècle. Il faut...

3 pages - 1,80 €

Racine, dans sa Préface de Phèdre, écrit que le caractère de son héroïne est peut-être ce qu'il a "mis de plus raisonnable sur le théâtre". Commentez d'après ce que vous savez de Phèdre, de Racine et de l'idéal classique. ?

||Poser tout de suite le paradoxe de la formule : le jour où Racine crée l'héroïne la plus« osée » de son théâtre, la plus moderne et la plus troublante (on Ta souvent rapprochée des héroïnes de Mauriac), ce jour-là Racine se défend en disant que cette héroïne est peut-être ce qu'il a mis...

3 pages - 1,80 €

Racine écrit dans la Préface de Phèdre: "Je n'ose encore assurer que cette pièce soit la meilleure de mes tragédies. Je laisse et aux lecteurs et au temps à décider de son véritable prix." Plus que des formules conventionnelles de modestie, ne faut-il pa

|| Introduction    Qui est le mieux placé pour juger d'une oeuvre? Qui peut assigner aux productions de l'esprit leur rang dans la hiérarchie des valeurs? Est-ce Fauteur, mais n'est-il pas trop près de son œuvre? Sont-ce quelques Doctes? Sont-ce les contemporains? la postérité? etc. Les classiques (Molière: Boileau, Réflexions sur Longin; Racine) considèrent en...

4 pages - 1,80 €

Racine écrit dans la Préface de Bérénice : « Il n'y a que le vraisemblable qui touche dans la tragédie. » Définissait-il ainsi le caractère essentiel de son oeuvre dramatique ?

||Il est fort utile, pour traiter ce sujet, de connaître les discussions poursuivies par les théoriciens pendant tout le XVIIe siècle sur le sens du « vraisemblable ». Comme on voulait se conformer à la raison et à la nature, on était bien obligé de condamner les sujets qui transportaient, dans le monde du...

1 page - 1,80 €

Racine, dans les Préfaces d'Andromaque et de Britannicus, allègue le jugement d'Aristote sur « le héros d'une tragédie » : « Bien loin d'être parfait, il faut toujours qu'il ait quelque imperfection. » Dans quelle mesure Racine opposait-il ainsi ses trag

||Cette discussion sur le héros de la tragédie est une de celles qui reviennent le plus souvent chez ceux qui cherchent à établir les règles du théâtre. Le principe d'Aristote est d'ailleurs universellement accepté. Mais, comme pour le « vraisemblable », il y a bien des façons de l'interpréter. Corneille pensait que Rodrigue avait...

1 page - 1,80 €

La Bruyère écrit dans la Préface des Caractères : « Je rends au public ce qu'il m'a prêté; j'ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage. » En concluriez-vous que l'ouvrage de La Bruyère est un livre d'observation rigoureusement impersonnel et que rien

||La manière même dont le sujet est formulé vous montre qu'il ne peut pas être question de voir dans les Caractères des sortes de confessions où La Bruyère exposerait ouvertement ses opinions et ses goûts. Ces lignes que La Bruyère met en tête de son ouvrage montrent bien que ses intentions sont conformes à...

1 page - 1,80 €

« Les propriétés des animaux et leurs divers caractères y sont exprimés ; par conséquent les nôtres aussi, puisque nous sommes l'abrégé de ce qu'il y a de bon et de mauvais dans les créatures irraisonnables », écrit La Fontaine dans sa Préface au premier

||  La citation expose une conviction du fabuliste, fortement argumentée («par conséquent»). Bien dépeindre les animaux équivaut à bien dépeindre les hommes. De fait les fables illustrent en permanence le «passage de l'animal à l'homme». C'est à la fois un artifice poétique et une conviction philosophique.   I.                   De l'animal à l'homme   La Fontaine peint les animaux...

2 pages - 1,80 €

« Les Fables de La Fontaine sont plutôt la philosophie dure, froide et égoïste du vieillard, que la philosophie aimante, généreuse, naïve et bonne d'un enfant », écrit, en 1849, Lamartine dans la préface à la réédition de ses Premières méditations. Vous

||  Lamartine se place sur un plan éducatif. Quoi de plus normal en apparence quand il s'agit d'apprécier des fables dont la vocation était, par définition, didactique? La sévérité de son jugement paraît dès lors fondée. Comment nier que La Fontaine dispense une morale pessimiste? Mais comment ne pas objecter à Lamartine que cette...

2 pages - 1,80 €

Dans la préface de Cromwell Hugo affirme: « On répète néanmoins, et quelque temps encore sans doute on ira répétant : "Suivez les règles ! Imitez les modèles ! Ce sont les règles qui ont formé les modèles !" Un moment ! Il y a en ce cas deux espèces de 

|| Dans le cadre de la production artistique et littéraire, la mimesis, héritière de la Poétique d'Aristote, s'inscrit à l'intérieur d'un réseau sémantique complexe qui révèle qu'imiter ne signifie pas copier mais bel et bien remanier et reprendre, refaire et renouveler. Avec la préface  de Cromwell, en avançant que : «  On répète néanmoins, et quelque temps encore...

3 pages - 1,80 €

Expliquez, puis jugez cette phrase de Georges Duhamel : « Je tiens que le romancier est un historien du présent, alors que l'historien est le romancier du passé. » (Nuit de la Saint-Jean, Préface, p. 10.) ?

||Introduction. — « L'histoire n'est pas un art, elle est une science », écrivait Fustel de Coulanges. Pour Spengler, à l'opposé, « la nature est objet de science, l'histoire objet de poésie ». Généralement, les historiens sont moins absolus : tout en refusant de ranger l'histoire au nombre des arts, ils refusent d'exclure tout...

3 pages - 1,80 €

Dans la préface de « Pierre et Jean », Maupassant s'en prend aux romanciers d'analyse qui s'attachent « à indiquer les moindres évolutions d'un esprit, les mobiles les plus secrets qui déterminent nos actions ». Il leur oppose la manière des « écrivains

|| Un écrivain objectif s'attache à nous donner des êtres une image aussi proche que possible de celle qu'ils nous offriraient dans la vie. Aussi s'interdit-il le plus souvent de les peindre de l'intérieur, en analysant dans toutes ses nuances leur personnalité. Il les fait seulement vivre devant nous. Ainsi Flaubert, dans Madame Bovary, décrit...

2 pages - 1,80 €

En 1865, dans la préface à son roman Une vieille maîtresse, Barbey d'Aurevilly écrit : « La moralité de l'artiste est dans la force et dans la vérité de sa peinture. En peignant la réalité, en lui infiltrant, en lui insufflant la vie, il a été assez mora

||« J'ai fait un peu de bien : c'est mon meilleur ouvrage ». C'est en ces termes que Voltaire s'exprimait mettant ainsi au-dessus de toute son œuvre l'action qu'il avait pu mener pour la justice et pour la charité. L'auteur de l'Immoraliste, André Gide, déclare au rebours « mais qu 'est-ce donc pour vous...

3 pages - 1,80 €

Texte de Leibniz sur les petites perceptions, Préface aux "Nouveaux Essais sur l'entendement humain".

||Gottfried Wilhelm Leibniz est un penseur allemand né en 1646 et mort en 1716. Esprit remarquable, il était à la fois philosophe, mathématicien, juriste et diplomate. Il a laissé de nombreux écrits importants comme le Discours de métaphysique en 1686 et les Essais de théodicée en 1710. Le texte que nous devons commenter est précisément extrait des Nouveaux...

4 pages - 1,80 €

Kant : Préface à la seconde édition de la Critique de la raison pure

Je ne saurais donc admettre Dieu, la liberté et l'immortalité selon le besoin qu'en a ma raison dans son usage pratique nécessaire, sans repousser en même temps les prétentions de la raison pure à des vues transcendantes, car, pour atteindre à ces vues, il lui faut se servir de principes qui ne s'étendent en réalité qu'à des objets...

4 pages - 1,80 €

LEIBNIZ: Préface aux Nouveaux Essais sur l'entendement humain

« les sens, quoique nécessaires pour toutes nos connaissances actuelles, ne sont point suffisants pour nous les donner toutes, puisque les sens ne donnent jamais que des exemples, c'est-à-dire des vérités particulières ou individuelles. Or tous les exemples qui confirment une vérité générale, de quelque nombre qu'il soient, ne suffisent pas pour établir la nécessité universelle de cette même...

1 page - 1,80 €

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com