Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : partagez vous

24 dissertations trouvées

Hume et la politique

Dans toutes les créatures qui ne font pas des autres leurs proies et que de violentes passions n'agitent pas, se manifeste un remarquable désir de compagnie, qui les associe les unes les autres. Ce désir est encore plus manifeste chez l'homme : celui-ci est la créature de l'univers qui a le désir le plus ardent d'une société, et...

2 pages - 1,80 €

Comte: Le sujet peut-il être transparent à lui-même ?

L'esprit humain peut observer directement tous les phénomènes, excepté les siens propres. Car par qui serait faite l'observation ? On conçoit, relativement aux phénomènes moraux, que l'homme puisse s'observer lui-même sous le rapport des passions qui l'animent, par cette raison anatomique, que les organes qui en sont le siège sont distincts de ceux destinés aux fonctions observatrices. Encore...

2 pages - 1,80 €

LEIBNIZ: Le point de vue d'autrui dans le jugement.

Mettez-vous à la place d'autrui, et vous serez dans le vrai point de vue pour juger ce qui est juste ou non. On a fait quelques objections contre cette grande règle, mais elles viennent de ce qu'on ne l'applique point partout. On objecte par exemple qu'un criminel peut prétendre, en vertu de cette maxime, d'être pardonné par le...

5 pages - 1,80 €

Blaise PASCAL: Raison & passions

Guerre intestine de l'homme entre la raison et les passions. S'il n'avait que la rai-son sans passions... S'il n'avait que les passions sans raison... Mais, ayant l'un et l'autre, il ne peut être sans guerre, ne pouvant avoir paix avec l'un qu'ayant guerre avec l'autre : ainsi, il est toujours divisé, et contraire à lui-même. Cette guerre intérieure...

4 pages - 1,80 €

David HUME: De la sociabilité humaine

Dans toutes les créatures qui ne font pas des autres leurs proies et que de violentes passions n'agitent pas, se manifeste un remarquable désir de compagnie, qui les associe les unes aux autres. Ce désir est encore plus manifeste chez l'homme ; celui-ci est la créature de l'univers qui a le désir le plus ardent d'une société, et...

3 pages - 1,80 €

ROUSSEAU: Souverain et la loi

J'aurais voulu naître dans un pays où le souverain et le peuple puissent avoir qu'un seul et même intérêt, afin que tous les mouvements de la machine ne tendissent jamais qu'au bonheur commun ; ce qui ne pouvant se faire à moins que le peuple et le souverain ne soient une même personne, il s'ensuit que j'aurais voulu...

3 pages - 1,80 €

SPINOZA: L'ignorance des causes qui nous déterminent

J'en conviens, les affaires humaines iraient beaucoup mieux s'il était également au pouvoir de l'homme de se taire ou de parler. Mais l'expérience montre assez - et au-delà - que les hommes n'ont rien moins en leur pouvoir que leur langue, et qu'ils ne peuvent rien moins que de régler leurs désirs ; d'où vient que la plupart croient...

3 pages - 1,80 €

Spinoza: Religion, culte et superstition

«Les préjugés dont je veux parler ici dépendent tous de cet unique point, que les hommes supposent communément que tous les êtres de la nature agissent comme eux pour une fin ; bien plus, ils tiennent pour certain que Dieu même conduit toutes choses vers une certaine fin déterminée. Dieu, disent-ils, a tout fait pour l'homme, et il...

3 pages - 1,80 €

Sénèque, De la brièveté de la vie

« Quand tous les génies qui ont jamais brillé se réuniraient pour méditer sur cet objet, ils ne pourraient s'étonner assez de cet aveuglement de l'esprit humain. Aucun homme ne souffre qu'on s'empare de ses propriétés; et, pour le plus léger différend sur les limites, on a recours aux pierres et aux armes. Et pourtant la plupart permettent...

2 pages - 1,80 €

Rousseau: Le bonheur n'est pas le plaisir ; il ne consiste pas dans une modification passagère de l'âme

"Où est l'homme heureux, s'il existe ? Qui le sait ? Le bonheur n'est pas le plaisir ; il ne consiste pas dans une modification passagère de l'âme, mais dans un sentiment permanent et intérieur dont nul de peut juger que celui qui l'éprouve ; nul ne peur donc décider avec certitude qu'un autre est heureux ni par...

3 pages - 1,80 €

« Penser, c'est dire non. » Partagez-vous ce jugement d'Alain ?

||HTML clipboard• Devant ce sujet, que faire ? Il faut, tout d'abord, cerner la signification du terme «penser»: penser, c'est appliquer l'activité de son esprit aux éléments de la connaissance ; c'est exercer, avec justesse, une activité consciente, de manière à élucider le sens des choses et du réel.  Il est nécessaire, d'autre part,...

4 pages - 1,80 €

« Rendre la vertu aimable, le vice odieux, le ridicule saillant. Voilà le projet de tout homme qui prend la plume, le pinceau et le ciseau. » En vous aidant en particulier de vos souvenirs personnels de lecteur vous direz dans quelle mesure vous partagez

||1. a) Problème de la vertu et du vice dans l'art : l'impératif moral et l'impératif esthétique présentés successivement par Diderot dans deux phrases contradictoires.  b) Diderot, philosophe de la deuxième moitié du xviiie siècle, sensible aux questions morales et aux réflexions esthétiques pour définir le rôle de l'artiste : « Rendre la vertu...

3 pages - 1,80 €

« Toute oeuvre d'art est un beau mensonge », écrit Stendhal. S'agissant de romans ou de poèmes que vous aimez, dites dans quelle mesure vous partagez cette opinion.

||1. a) Problème de la vérité dans l'oeuvre d'art : grand sujet souvent débattu, qui touche la question du réalisme.  b) Stendhal, romancier de la première partie du xixe siècle : « Toute oeuvre d'art est un beau mensonge. » Phrase apparemment paradoxale et provocatrice, qui s'étend chez Stendhal à l'ensemble de l'art, mais qui est...

2 pages - 1,80 €

« POETE. Synonyme (noble) de nigaud (rêveur). POESIE (La). Est tout à fait inutile : passée de mode. » Telles sont les définitions que Flaubert note avec ironie dans le Dictionnaire des idées reçues. Votre expérience de lecteur (ou de créateur) vous inci

||Lorsqu'on connaît les conceptions littéraires de Flaubert, son goût pour le réalisme et l'objectivité, ses opinions sur la poésie qui transparaissent parfaitement dans la satire qu'il a faite du romantisme, on est amené à considérer le caractère excessif et trop subjectif de son jugement. Ainsi, je ne partage pas sa pensée car je suis...

2 pages - 1,80 €

Un écrivain contemporain déclare : « C'est une profonde erreur de porter un roman à l'écran. » Partagez-vous ce sentiment ?

|| Remarques sur le sujet    1. Est posé ici le problème de l'adaptation d'une œuvre littéraire au cinéma; le sujet ne porte cependant que sur le roman. On laissera donc de côté le problème très différent de l'adaptation d'une pièce de théâtre. Par contre on pourra, en considérant qu'elle fait partie du genre romanesque, parler...

3 pages - 1,80 €

« La fable pour La Fontaine n'a été le plus souvent qu'un prétexte au récit, au conte, à la rêverie; la moralité s'y ajuste à la fin comme elle peut,», écrit le critique Sainte-Beuve (Lundis, VII). A la lumière des fables que vous avez étudiées, vous dir

||Par cette affirmation, Sainte-Beuve prend le contre-pied de la définition tradi­tionnelle de la fable qui veut, depuis Ésope, que le récit soit exclusivement orienté vers la morale. La Fontaine ne serait-il donc pas le fabuliste que l'on se plaît à reconnaître? En réalité, si la prédominance du récit l'emporte ici et là, ses fables...

2 pages - 1,80 €

« En toute société, l'artiste, l'écrivain demeure un étranger », affirme Simone de Beauvoir dans La Force de l'âge. Partagez-vous cette opinion sur la place et la fonction de l'artiste dans la société ?

|| Plan adopté dans le devoir I. Étrangeté de l'artiste a) La figure du paria b) La figure du révolté c) Une évolution sociologique II. L'art est dangereux a) Situation des intellectuels b) Art et révolution c) Art et pouvoir III. Mythe et réalité a) L'art est nécessairement démocratique b) Le mythe du révolté c) Une étrangeté...

4 pages - 1,80 €

Réagissant à la création d'Électre, le critique de théâtre Robert Kemp écrivait à propos de Giraudoux : « Ce merveilleux improvisateur s'est aussi peu soucié que possible de mesurer, d'équilibrer sa pièce.» Partagez-vous cette opinion ?

||La citation contient un reproche à peine voilé de désinvolture et de dilettantisme. En apparence l'accusation est fondée, mais elle ne résiste pas à l'examen. I. Une accusation en apparence fondée... Que l'on analyse la structure de la pièce, le texte des scènes ou la dramaturgie d'ensemble, tout semble marqué par le déséquilibre,...

2 pages - 1,80 €

Que pensez-vous de ce mot de Mme de Lambert : « L'admiration est le partage des sots » ?

||Introduction. — La maxime est un genre littéraire dangereux. Elle doit avoir une portée générale et, en même temps, une forme concise: aussi est-il bien difficile d'y introduire les distinctions nécessaires. Elle doit frapper par son air de nouveauté et sonner comme un paradoxe : ce n'est pas le meilleur moyen d'arriver à l'exacte...

1 page - 1,80 €

De nombreux jeunes gens risquent leur vie dans des tentatives dangereuses, téméraires, pour battre des records ou réaliser des exploits inédits. Pensez à l'alpinisme, aux courses automobiles, aux tentatives pour traverser les mers ou explorer des régions

||CONSEILS    Le goût du risque chez les jeunes est un thème éternel et l'actualité est riche d'informations qui en montrent les conséquences dramatiques.  Il sera bon d'expliquer ce goût par des raisons psychologiques et de souligner ce que l'humanité doit aux audacieux.  Le candidat exposera ensuite son sentiment sur le sujet et définira les ...

2 pages - 1,80 €

Dans une page demeurée célèbre du Manifeste du surréalisme, André Breton écrit à propos des romanciers et de leurs oeuvres : « Le caractère circonstanciel, inutilement particulier, de chacune de leurs notations, me donne à penser qu'ils s'amusent à mes d

||« Le seul mot de liberté est tout ce qui m'exalte encore », l'aveu flotte en étendard dès les premières pages du Manifeste du surréalisme. Car « liberté », tel est bien le maître-mot de cette « révolution surréaliste » dont André Breton va être le plus zélé promoteur. Il s'agit bien de rendre...

3 pages - 1,80 €

Un écrivain contemporain déclare : « C'est une profonde erreur de porter un roman à l'écran ». Partagez-vous ce sentiment ?

||Depuis l'invention par les frères Lumière du procédé de projection cinématographique, les critiques adressées aux films n'ont pas cessé de pleuvoir, à mesure — notons-le — que le flot des spectateurs s'amplifiait : Les uns n'ont pas hésité à traiter jadis le « septième art » de « sous-crotte de bique » (Léon Moussinac...

2 pages - 1,80 €

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com