Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : bruyere

15 dissertations trouvées

LE BONHEUR ET LA SOCIÉTÉ - LA BRUYERE

LE BONHEUR ET LA SOCIÉTÉ "Il y a une espèce de honte d'être heureux à la vue de certaines misères." La Bruyère, Les Caractères, 1688-1696. ...

1 page - 1,80 €

LE DOGMATISME ET L'IGNORANCE

LE DOGMATISME ET L'IGNORANCE "C'est la profonde ignorance qui inspire le ton dogmatique." La Bruyère, Les Caractères, 1688-1696. ...

1 page - 1,80 €

LA JUSTICE ET LES JUGES

LA JUSTICE ET LES JUGES "Le devoir des juges est de rendre la justice ; leur métier, de la différer. Quelques-uns savent leur devoir, et font leur métier." La Bruyère, Les Caractères, 1688-1696. ...

1 page - 1,80 €

LE TEMPS ET LA LIBERTÉ - LA BRUYERE

LE TEMPS ET LA LIBERTÉ "La liberté n'est pas oisiveté ; c'est un usage libre du temps." La Bruyère, Les Caractères, 1688. ...

1 page - 1,80 €

Un historien de la littérature française écrit : « La Bruyère, dans ses Caractères, imite bien les grands moralistes classiques, mais il innove par les raffinements et les nouveautés de son style, par le souci du détail concret, par les portraits et la p

||« La Bruyère, remarque Taine, n'apporte aucune vue d'ensemble, ni en morale, ni en psychologie. » Si on le compare aux grands moralistes qui l'ont précédé, on voit que Montaigne, La Rochefoucauld, Pascal ont eu une manière originale de juger la vie; chacun d'eux voit les actions humaines dans une face qu'on n'avait pas...

2 pages - 1,80 €

La Bruyère et l'éducation des femmes ?

||Que pensez-vous de cette opinion de La Bruyère sur l'éducation des femmes ?  Pourquoi s'en prendre aux hommes de ce que les femmes ne sont pas savantes ? Par quelles lois, par quels édits, leur a-t-on défendu d'ouvrir les yeux et de lire, de retenir ce qu'elles ont lu et d'en rendre compte ou dans...

3 pages - 1,80 €

Étudiez et comparez les trois grands moralistes du XVIIe siècle : La Rochefoucauld, Pascal, La Bruyère. ?

||||  Début. — Le XVII8 siècle est, par excellence, le siècle des moralistes : toute la littérature est une immense enquête sur l'homme. Dans le sens plus précis du terme, nous avons : La Rochefoucauld, Pascal, La Bruyère. 1. Qu'ont-ils de commun? Une vue réaliste de la nature humaine : ils l'ont considérée sous un jour...

2 pages - 1,80 €

Sainte-Beuve a dit de La Bruyère : « Son talent regarde deux siècles, on dirait qu'il termine l'un et introduit l'autre. » Ne pourrait-on appliquer le même jugement à Fénelon ?

|||| Début. — L'observation si juste de Sainte-Beuve sur La Bruyère serait applicable à Fénelon. A la limite des deux époques il participe des deux esprits. 1° En philosophie, il n'est pas cartésien et ne se plaît pas dans les abstractions. Il est surtout sensible aux raisons du cœur, mais son christianisme est solide, tout...

2 pages - 1,80 €

Comparez La Bruyère auteur des Caractères à Montesquieu auteur des Lettres persanes. ?

|||| Début. — Suivant de peu La Bruyère, Montesquieu songe naturellement à exploiter la même veine et sera le peintre satirique de l'époque de la Régence. Son ouvrage, qui doit beaucoup à celui de son prédécesseur, en diffère pourtant sur de nombreux points.  1. L'observation. Chez l'un et chez l'autre, une part d'observation pittoresque qui...

2 pages - 1,80 €

Vous tenterez de répondre à la question posée par La Bruyère : « D'où vient que l'on rit si librement au théâtre et que l'on a honte d'y pleurer ? » (La Bruyère, Caractères, Des Ouvrages de L'Esprit, 50). ?

|| On pourra dans l'introduction délimiter le problème en rejetant quelques explications faciles. On ne peut pas se contenter en effet de répondre à La Bruyère que ses contemporains hésitaient à pleurer au théâtre parce que les convenances mondaines le leur interdisaient ; c'est vrai, certes, mais cela n'explique pas grand chose. On pourrait dire...

2 pages - 1,80 €

Discuter cette opinion de Jules Lemaître : « Si, parmi les hommes morts depuis deux siècles, vous cherchez celui qui, revenu parmi nous, aurait le moins l'air d'un étranger, celui qui nous comprendrait le plus vite », ce ne serait ni Pascal, ni Bossuet,

||Sujet assez difficile parce que le sens du jugement de Jules Lemaître n'est pas évident à première lecture. Il faut donc commencer par le bien comprendre. Jules Lemaître ne veut évidemment pas dire que Molière serait moins surpris que Pascal, Bossuet, etc., par le cinématographe, le téléphone ou les automobiles; ni même peut-être qu'il...

2 pages - 1,80 €

La Bruyère écrit dans la Préface des Caractères : « Je rends au public ce qu'il m'a prêté; j'ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage. » En concluriez-vous que l'ouvrage de La Bruyère est un livre d'observation rigoureusement impersonnel et que rien

||La manière même dont le sujet est formulé vous montre qu'il ne peut pas être question de voir dans les Caractères des sortes de confessions où La Bruyère exposerait ouvertement ses opinions et ses goûts. Ces lignes que La Bruyère met en tête de son ouvrage montrent bien que ses intentions sont conformes à...

1 page - 1,80 €

Commentez cette phrase de La Bruyère : « L'esclave n'a qu'un maître; l'ambitieux en a autant qu'il y a de gens utiles à sa fortune. » ?

|| La Bruyère était bien placé pour constater que l'homme qui  aspire à une   fonction élevée  doit  supporter le caractère et les exigences de ceux qui peuvent contribuer à la satisfaction de son ambition; et c'est réellement subir un pénible esclavage. Mettre cette vérité en lumière par des observations faites dans la vie courante; ...

1 page - 1,80 €

Expliquer cette pensée de La Bruyère (Caractères, chap. v) : « Il me semble que l'esprit de politesse est une certaine attention à faire que, par nos paroles et par nos manières, les autres soient contents de nous et d'eux-mêmes. » ?

||Notre siècle affairé et besogneux tend à laisser tomber en désuétude les usages établis par des générations moins pressées et à ne conserver que les pratiques utiles et productives. A quoi bon cette étiquette plus gênante encore pour celui qu'elle prétend honorer que pour ceux à qui elle s'impose ? Pourquoi ces artifices de langage qui trompent...

3 pages - 1,80 €

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com