Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : l ecrit

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 >>

359 dissertations trouvées

Parlant de son roman les Misérables, Victor Hugo écrit : « ... Tant qu'il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles. » On sait que les intentions de l'auteur, quand il composa les Misérable

||1. a) Existence et but du livre engagé, chargé de porter un témoignage, plus ou moins accepté et souhaité selon les époques.  b) Victor Hugo au xixe siècle, à propos de son roman Les Misérables : « ... Tant qu'il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci...

2 pages - 1,80 €

« Toute oeuvre d'art est un beau mensonge », écrit Stendhal. S'agissant de romans ou de poèmes que vous aimez, dites dans quelle mesure vous partagez cette opinion.

||1. a) Problème de la vérité dans l'oeuvre d'art : grand sujet souvent débattu, qui touche la question du réalisme.  b) Stendhal, romancier de la première partie du xixe siècle : « Toute oeuvre d'art est un beau mensonge. » Phrase apparemment paradoxale et provocatrice, qui s'étend chez Stendhal à l'ensemble de l'art, mais qui est...

2 pages - 1,80 €

Pensez-vous que l'information, qu'elle soit écrite, radoi-diffusée ou télévisée, consiste seulement à faire du neuf avec du répétitif ?

||L'information prend une importance de plus en plus grande aujourd'hui, elle touche les gens de tous âges, de toutes catégories sociales et de tous niveaux intellectuels, elle exerce une grande influence sur les esprits, que ce soit par la presse, la radio, et la télévision. Et cependant, Joël de Rosnay, journaliste lui-même, écrit dans...

2 pages - 1,80 €

André Maurois écrit que "les hommes ont toujours vécu au-dessus d'un abîme" et que cette situation ne les a pas empêchés " d'aimer, de travailler et de créer". Que pensez-vous d'une telle affirmation ?

||Bien que le trait le plus effrayant de notre condition soit, sans conteste, le fait d'être mortels, André Maurois propose, dans sa Lettre ouverte à un jeune homme, la possibilité d'une existence riche d'espoirs et de réalisations. Il écrit en effet que « les hommes ont toujours vécu au-dessus d'un abîme » et que...

1 page - 1,80 €

Alors qu'on pouvait lire dans la Revue « Le Réalisme », publiée vers 1860 : « Le Réalisme conclut à la reproduction exacte, complète, sincère du milieu social, de l'époque où l'on vit... », Montherlant a écrit : « Il ne faut pas qu'un écrivain s'intéress

||En présentant comme contradictoires la conclusion publiée dans la revue Le Réalisme (« Le Réalisme conclut à la reproduction exacte, complète, sincère du milieu social, de l'époque où l'on vit... ») et l'objection formulée par Montherlant (« Il ne faut pas qu'un écrivain s'intéresse trop à son époque, sous peine de faire des œuvres...

2 pages - 1,80 €

A la fin du xixe siècle, Oscar Wilde écrivait dans la préface au Portrait de Dorian Gray : « L'appellation de livre moral ou immoral ne répond à rien. Un livre est bien écrit ou mal écrit. Et c'est tout. [...] L'artiste peut tout exprimer. » le Portrait

||• Soyez attentif à l'intitulé : il ne s'agit pas de tous les livres, car le terme « artiste » désigne la littérature. D'autre part vous êtes invité à élargir le débat aux autres arts : peinture, sculpture, cinéma, théâtre...  « L'opinion d'Oscar Wilde s'insère dans les mouvements artistiques du xixe siècle. Il faut...

3 pages - 1,80 €

Enthousiasmé par une de ses premières lectures, Albert Camus écrit : « Nanti d'une étrange et neuve liberté, j'avançais hésitant, sur une terre inconnue. Je venais d'apprendre que les livres ne versaient pas seulement l'oubli et la distraction. » En appu

||• Les sujets sur la lecture sont fréquents. Ne reproduisez pas sans réflexion un cours : il faut toujours vous adapter à l'intitulé exact. La citation de Camus peut vous aider à trouver des idées ou un plan, mais pensez aussi à l'analyser lors du développement. L'idée de liberté devra être commentée.  • Le...

3 pages - 1,80 €

Le poète Max Jacob écrivait, dans Conseils à un étudiant : « La vraie culture, celle qui compte, c'est la réflexion individuelle, sur les faits, les gens et sur soi-même surtout. » Que pensez-vous de ce jugement ?

|| • Ce sujet est classique et n'offre pas de difficulté d'analyse. Vous devez veiller à l'expression « vraie culture » qui en présuppose une fausse, restant à définir. • Que la citation soit d'un poète ne doit pas limiter votre réflexion. Vous n'avez même pas besoin de connaître Max Jacob pour traiter le problème. Sachez ...

2 pages - 1,80 €

Croyez-vous que la romancière Colette ait raison d'écrire ceci : « Connaître ce qui lui était caché, c'est la griserie, l'honneur et la perte de l'homme » ?

||Vous pouvez consacrer un paragraphe d'introduction à la romancière Colette (1873-1954), si vous la connaissez suffisamment.  Colette est née en 1873 à Saint-Sauveur-en-Puisaye (la « Bourgogne pauvre... »), et décédée à Paris en 1954.  Si li' jury vous avait indiqué la date de la citation, cela aurait évidemment justifié quelques remarques spécifiques en introduction ou...

1 page - 1,80 €

Un historien de la littérature française écrit : « La Bruyère, dans ses Caractères, imite bien les grands moralistes classiques, mais il innove par les raffinements et les nouveautés de son style, par le souci du détail concret, par les portraits et la p

||« La Bruyère, remarque Taine, n'apporte aucune vue d'ensemble, ni en morale, ni en psychologie. » Si on le compare aux grands moralistes qui l'ont précédé, on voit que Montaigne, La Rochefoucauld, Pascal ont eu une manière originale de juger la vie; chacun d'eux voit les actions humaines dans une face qu'on n'avait pas...

2 pages - 1,80 €

André Chénier a dit : « De toutes les nations de l'Europe, les Français sont ceux qui aiment le moins la poésie et qui s'y connaissent le moins. » Renchérissant sur ce jugement, Baudelaire écrivait : « La France éprouve une horreur congénitale de la poés

||||Début. — Trois jugements qui étonnent par leur sévérité. Essayons de voir ce qui a pu les motiver aux yeux de leurs auteurs et de déterminer la nature de la poésie en France, d'après quelques exemples. 1. André Chénier, à une époque de décadence de la poésie, essaie de la renouveler (« sur des pensers...

2 pages - 1,80 €

On parle beaucoup actuellement de littérature « engagée », c'est-à-dire de cette littérature qui prend parti, soit pour les défendre, soit pour les attaquer, pour ou contre certaines tendances politiques, sociales ou religieuses de l'époque. Certains pen

|| Introduction. — Le temps du dilettantisme semble bien passé. L'homme moderne ne peut guère se contenter d'assister en spectateur indifférent ou amusé aux luttes qui se livrent autour de lui. On le somme de prendre parti et d'entrer dans la bataille. Le littérateur ne fait pas exception. Il se voit refuser le droit de...

3 pages - 1,80 €

Roger Mathé écrivait en 1972: "Notre époque semble impropre à l'aventure." Le besoin d'aventure vous paraît-il vif, aujourd'hui ? Sous quelles formes peut-on le satisfaire ?

||Une enquête effectuée en 1970 révélait que les romans d'aventure avaient eu deux millions de lecteurs en France cette année-là. Ce chiffre dit combien l'aventure fait partie intégrante de l'imaginaire des hommes contemporains. Pourtant, R. Mathé estime que « notre époque est impropre à l'aventure ». Il semble qu'il y ait un décalage entre...

2 pages - 1,80 €

Albert Jacquard écrit: "S'affronter, c'est être front à front, c'est-à-dire intelligence à intelligence, et non force contre force." Cette conception vous paraît-elle un bon moyen pour "inventer la paix" ?

||Le monde contemporain semble pris entre les guerres toujours renaissantes et les conférences sur le désarmement ; cette cohabitation paradoxale de la violence et d'une sincère aspiration à la paix est peut-être ce par quoi se définit l'homme moderne. Albert Jacquard, scientifique moderne, soucieux d'éthique, souligne ce paradoxe en proposant que l'on fasse ...

2 pages - 1,80 €

Comment décrire le fait d'être conscient ?

||La Biologie familiarise l'homme actuel avec un modèle de description. Nous répertorions les étapes par lesquelles la cellule vivante assimile, transforme, conserve, élimine et reproduit ce qu'elle reçoit de son environnement. Aussi, quand nous analysons la conscience et que nous cherchons à la définir en sa vie propre, nous empruntons les mots et les...

2 pages - 1,80 €

George Sand écrit incidemment dans son roman Mauprat (1830) : «L'étude des lettres... n'est autre que l'étude des hommes. » Commentez et si vous le jugez à propos discutez cette opinion, en vous fondant sur des exemples tirés de vos lectures. ?

||A travers l'ensemble de la littérature, si diversifiée, si multiple dans ses aspects, le lecteur découvre un point commun à tous les ouvrages littéraires : l'analyse qui y est faite de la personnalité de l'homme en général ou de quelques caractères auxquels l'auteur s'est particulièrement attaché. La motivation fondamentale de presque tous les ...

3 pages - 1,80 €

Parlant du métier de romancier, François Mauriac écrit : « Les personnages fictifs et irréels nous aident à nous mieux connaître et à prendre conscience de nous-mêmes... Et c'est sans doute notre raison d'être, c'est ce qui légitime notre absurde et étra

||  Parlant du métier de romancier, François Mauriac écrit : « Les personnages fictifs et irréels nous aident à nous mieux connaître et à prendre conscience de nous-mêmes... Et c'est sans doute notre raison d'être, c'est ce qui légitime notre absurde et étrange métier que cette création d'un monde irréel grâce auquel les hommes...

2 pages - 1,80 €

Henry Miller écrit : « A quoi servent les livres, s'ils ne nous ramènent pas vers la vie ?... Notre espoir à tous, en prenant un livre, est de rencontrer un homme selon notre coeur, de vivre des tragédies et des joies que nous n'avons pas le courage de p

||Henry Miller émet ici un jugement catégorique : « A quoi servent les livres, s'ils ne nous ramènent pas vers la vie ?» En effet, cette interrogation n'est qu'oratoire. Toutefois, il est incontestable qu'une partie importante de la littérature n'assume pas ce rôle ; et nous nous demanderons pour quelles raisons. D'autre part, si...

3 pages - 1,80 €

Montaigne, dans un chapitre de son grand livre Les Essais, écrit au XVIe siècle : « La force, la violence peuvent quelque chose, mais non pas toujours tout. » Vous expliquerez cette formule et vous direz si, à votre avis, le spectacle du monde actuel jus

||Montaigne au XVIe siècle écrivait : « La force, la violence peuvent quelque chose, mais non pas toujours tout. » Il citait là deux formes d'intervention en vue de régler tout problème national ou international. De nos jours, cette affirmation se discute et s'explique encore car elle s'applique à de nombreux événements mondiaux, et...

2 pages - 1,80 €

Au terme de l'Avant-propos placé en tête de son livre Matière et Lumière, Louis de Broglie écrit : « On peut légitimement aimer la science pour ses applications, pour les soulagements et les commodités qu'elle a apportés à la vie humaine, sans oublier to

||L'amour de la science ne date pas d'hier. Sans qu'on puisse appuyer sa conviction sur des documents historiques bien anciens, il suffit de penser aux alchimistes du moyen âge pour se représenter des hommes qui, en dépit de la méfiance publique, des persécutions, voire des procès de sorcellerie qui s'achevaient souvent sur un bûcher,...

3 pages - 1,80 €

Bernard Shaw écrit : « Un spécialiste est un homme qui en sait de plus en plus sur de moins en moins de choses, tant et si bien qu'à la limite, il sait tout sur rien. » Cette boutade vous paraît-elle fondée, et dans quelle mesure ?

||George-Bernard Shaw (1856-1950) fut un romancier et un auteur dramatique dont la vogue s'étendit de Grande-Bretagne dans le monde entier. Si grande était sa réputation d'homme d'esprit que tous les journaux répandaient ses moindres boutades. De tendances socialistes, il attaqua violemment le cant britannique, cultiva l'ironie et le paradoxe et fonda son pessimisme...

1 page - 1,80 €

Racine, dans sa Préface de Phèdre, écrit que le caractère de son héroïne est peut-être ce qu'il a "mis de plus raisonnable sur le théâtre". Commentez d'après ce que vous savez de Phèdre, de Racine et de l'idéal classique. ?

||Poser tout de suite le paradoxe de la formule : le jour où Racine crée l'héroïne la plus« osée » de son théâtre, la plus moderne et la plus troublante (on Ta souvent rapprochée des héroïnes de Mauriac), ce jour-là Racine se défend en disant que cette héroïne est peut-être ce qu'il a mis...

3 pages - 1,80 €

Paul Valéry donne à l'écrivain ce conseil : « Entre deux mots, il faut choisir le moindre» (Tel Quel, Littérature, 1929). Vous rapprocherez cette boutade de la définition qu'André Gide propose du classicisme : « Le classicisme - et par là j'entends : le

|| Introduction    Tout artiste veut produire un certain effet au moyen d'un certain matériel concret (mots, couleurs, sons, pierres). Quel est le rapport entre les moyens et les effets? Solution classique ou du moins d'esprit classique : le minimum de moyens pour le maximum d'effets. Valéry, Gide, néo-classiques du XXe siècle, se rallient à...

3 pages - 1,80 €

La littérature touche par ses mots, c'est un "cadeau". Vous vous demanderez comment un écrivain peut atteindre son lecteur et dans quels buts. ?

||  La littérature est une forme d’art qui comprend un tres grand nombre de genres, tels que la poesie, le theatre, le roman ou les memoires. En depit de la multiplicite de ses actualisations d’une meme forme d’art, il demeure une caracteristique commune, qui est l’usage des mots, du langage. En effet, la littérature...

3 pages - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com