Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : mon

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 >>

1928 dissertations trouvées

Karl Marx, Proudhon et Saint-Simon

Le 2 septembre 1841, Moses Hess qui n'a pas trente ans écrit à l'un de ses amis après avoir rencontré Karl Marx : " Le docteur Marx, c'est le nom de mon idole, est un homme encore tout jeune (il a tout au plus 24 ans) qui donnera le coup de grâce à la religion et à...

1 page - 1,80 €

"Quand on veut gouverner les hommes, il ne faut pas les chasser devant soi. Il faut les faire suivre". Montesquieu. Commentez.

La question centrale est ici celle de la gouvernance ou plus exactement de la manière de bien conduire les hommes ce qui n'est rien de moins que l'interrogation principale de la politique en vue de constituer un pouvoir sûr et durable. C'est donc à la croisée de ces concepts que l'on doit saisir cette pensée de Montesquieu, l'auteur...

1 page - 1,80 €

Discutez cette formule : « Ce ne sont pas nos sens qui nous trompent; ce sont les jugements que nous formons d'après les idées qu'ils ne nous donnent pas ».

DÉVELOPPEMENT Dans son sens le plus large, le terme « erreur des sens » désigne toutes les erreurs de perception, en y comprenant les illusions et les hallucinations ; mais ici, il faut le prendre dans son acception la plus restreinte et entendre par là l'erreur commise quand nous nous trompons sur un caractère de l'objet, par exemple sur...

1 page - 1,80 €

COMMENTEZ: « Si on ne voulait être qu'heureux, cela serait bientôt fait. Mais on veut être plus heureux que les autres, et cela est presque toujours difficile, parce que nous croyons les autres plus heureux qu'ils ne sont ». Mes Pensées. Montesquieu, Char

Le bonheur se définit simplement comme un état de plénitude et de satisfaction complet et durable. Or le paradoxe de cette réside en plusieurs point. Premièrement, Montesquieu affirme que le bonheur est un recherche simple ce qui revient à répondre à la question qu'est-ce qui fait notre bonheur et de pouvoir y trouver une réponse simple ce qui...

1 page - 1,80 €

L'oeuvre d'art nous montre-t-elle l'artiste ?

L'oeuvre d'art, c'est l'objet qui s'offre à nous, achevé, massif, durable ; même à l'état de ruine ou de fragment, cet objet est encore une oeuvre, et la patine du temps, la sédimentation sur lui des regards et des lectures lui donnent André Malraux l'a bien montré une présence encore plus impérieuse, plus émouvante, plus vénérable. Mais cette première...

4 pages - 1,80 €

L'artiste nous montre-t-il la réalité ?

La plupart des oeuvres d'art dégagent une certaine vision du monde, propre à l'artiste qui lui donne tout son style, sa marque. Aussi, tout artiste cherche à s'exprimer car il pense que sa vision des choses est différente, et qu'elle peut apporter une nouvelle perception du monde, une nouvelle conception de la réalité. Ou a-t-il simplement pour but...

3 pages - 1,80 €

Descartes a-t-il eu raison de dire que le bon sens est la chose du monde la mieux partagée ?

Deux acceptions du mot bon sens : I. - Un homme de bon sens est un esprit droit, bien équilibré, qui juge sainement et qui a une certaine intelligence pratique. Ce n'est pas de ce bon sens-là qu'il est question dans la pensée de Descartes. II. - Le bon sens pour Descartes est la faculté de discerner le vrai d'avec...

1 page - 1,80 €

Le vrai peut-il ne pas être démontrable ?

La démonstration est la manifestation de la vérité d'une proposition, elle consiste à établir la vérité d'une proposition en la déduisant de propositions déjà démontrées ou admises comme vraies, en se conformant aux règles de la déduction. On la dira rigoureuse, au sens où l'enchainement logique des propositions sera certain et où aucun saut logique ne sera fait,...

8 pages - 1,80 €

La technique implique-t-elle une vision du monde ?

Dans la Préface de la Contribution, Marx avait résumé « le résultat général qui, une fois acquis, servit de fil conducteur à [ses] études ». Ces formulations allaient constituer plus tard l'exposé « canonique » des principes du matérialisme historique : « Dans la production sociale de leur existence, les hommes entrent en des rapports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté, rapports de production...

4 pages - 1,80 €

Le monde romanesque d'après Albert Camus.

Assurément, le roman a pour privilège de rendre la médiocrité, et la banalité uniques et certains médiocres sont devenus de véritables mythes. Toujours dans l'œuvre de Flaubert Madame Bovary, le drame d'Emma c'est de se faire toujours illusion sur elle-même, soit en niant ou en reniant les sentiments vrais qu'elle éprouve ou a éprouvés, soit en croyant vivre...

5 pages - 1,80 €

Rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion. Hegel

? La Raison dans l'Histoire est l'un des ouvrages les plus abordables du philosophe allemand Hegel (1770 - 1831). 11 s'agit en fait d'une oeuvre posthume dont le contenu a été reconstitué à partir des cours professés par Hegel dans les tous derniers moments de sa vie. S'y trouve présenté de manière particulièrement pédagogique l'essentiel du système philosophique...

1 page - 1,80 €

Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. Montesquieu

? Cette formule de Montesquieu figure dans L'Esprit des lois (1748), un ouvrage intitulé exactement De l'esprit des lois ou du rapport que les lois doivent avoir avec la constitution de chaque gouvernement, les moeurs, le climat, la religion, le commerce, etc. à quoi l'auteur a ajouté des recherches nouvelles sur les lois romaines touchant les successions, sur...

1 page - 1,80 €

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée. Descartes

? Par cette phrase débute la première partie du Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences (1637) du philosophe français René Descartes (1596-1650). ? Ce que Descartes entend entreprendre dans son Discours de la méthode, il en donne le sens dans la première partie de son ouvrage. Comme il l'écrit,...

1 page - 1,80 €

Une tête bien faite plutôt qu'une tête bien pleine. Montaigne

? Cette formule se réfère au chapitre XXVI du Livre I des Essais de Montaigne (1533-1592). Dans ce chapitre intitulé «De l'institution des enfants » (c'est-à-dire « De l'éducation des enfants »), Montaigne s'adresse à la comtesse Diane de Foix. Celle-ci qui était enceinte avait demandé à Montaigne des conseils pour l'éducation de l'enfant à venir. Montaigne utilisa...

1 page - 1,80 €

Mon droit dépend-il de ma force ? Ai-je autant de droit que j'ai de force ?

            Le droit semble pouvoir se définir comme l'ensemble des lois positives et des règlements régissant la liberté des membres d'une cité. Le droit développe une nécessité d'obéissance, un devoir que l'on pourrait qualifier d'obligation morale. Ou plus exactement : l'ensemble des principes qui régissent les rapports des hommes entre eux et servent à établir des règles juridiques. La...

4 pages - 1,80 €

Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde. Bertolt Brecht

Dans des Notes, rédigées quelque treize années après l'écriture de la pièce, Brecht identifie celle-ci à une « parabole dramatique» : « Ui est une parabole dramatique écrite avec le dessein de détruire le traditionnel et néfaste respect qu'inspirent les grands tueurs.» Cette expression est révélatrice de la fonction que Brecht assigne à son théâtre. Il suffit de...

4 pages - 1,80 €

Le monde de demain dépendra de la vision qu'en auront nos enfants.

Notre futur ce sont nos enfants, car tout a une fin comme notre vie. Tous ceux qu'on fais restera pour eux. Du même notre éducation et notre savoir faire. Apres nous ce sont nos enfants qui dirigeront le monde avec leur point de vue et opinions. Pour qu'ils fassent la bonne décision, c'est indirectement les parents qui jouent...

1 page - 1,80 €

Vous montrerez comment nous confondons très souvent avec la vérité des opinions qui n'ont aucun des caractères que doit avoir la vérité. Quelles sont les raisons de cette confusion ?

Si on examine avec soin ce qui attache ordinairement les hommes plutôt à une opinion qu'à une autre, on trouvera que ce n'est pas la pénétration de la vérité et la force des raisons, mais quelque lien d'amour-propre, d'intérêt ou de passion. C'est le poids qui emporte la balance et qui nous détermine dans la plupart de nos...

2 pages - 1,80 €

L'argent peut-il faire mon bonheur ?

Si l’argent devient une fin et si l’avoir se confond avec l’être, l’homme ne sombre-t-il pas alors dans l’aliénation et par là-même dans le malheur ?  [Argument 1 : aliénation par le travail] Tout d’abord, l’inquiétude permanente liée à l’insatisfaction de l’homme est cause de souffrance. En effet, si vivre heureux, c’est consommer sans cesse, alors...

4 pages - 1,80 €

Le désir - le bonheur : texte de Schopenhauer extrait du Monde comme volonté et comme représentation

Introduction Si l'un de nos désirs les plus fondamentaux est celui d'être heureux, nous avons tendance à penser spontanément que le bonheur réside dans la satisfaction du plus grand nombre de nos désirs, sinon de tous. Pourtant cela ne nous conduit-il pas à vouloir satisfaire sans cesse de nouveaux désirs et à éloigner par là toute perspective de bonheur...

5 pages - 1,80 €

Le philosophe doit-il se tenir à l'écart du monde ?

Pour être philosophe, l'individu doit être en mesure de se départir des opinions communes, des idées préconçues, des attitudes standardisées dans le monde. Il a besoin de prendre ses distances par rapport à tout ce l'on admet dans sans aucune critique. C'est peut-être pour cette raison que le philosophe a besoin de s'écarter de ce que Martin Heidegger...

2 pages - 1,80 €

Réformer ses désirs ou l'ordre du monde ?

L'Homme est un être particulier étant muni ou même dominé par des désirs qu'il veut satisfaire et réaliser, même si ces désirs sont souvent une réalité qui échappe à l'Homme et qui lui est supérieure. La plus part du temps, les désirs s'opposent à l'ordre du monde, à la réalité structurée d'une certaine façon qui est « un...

3 pages - 1,80 €

« De quoi est constitué, logiquement, le monde ? »

Les héraclitéens considéraient que le monde est en perpétuel mouvement, si bien que nous ne pouvons rien dire de lui, a fortiori, rien dire de vrai. En effet, pour pouvoir dire quelque chose de lui, il faudrait déjà pouvoir dire de quoi il est fait, ce qui implique de pouvoir saisir les choses qui le constitue. C'est, dans...

5 pages - 1,80 €

Un monde sans religion est-il possible ?

Comme Marx le dit et Freud également, mais dans une moindre mesure, la critique de la religion ne peut aboutir à une élimination de la religion que si le besoin de croire, provoqué par le désir de voir la justice triompher de l'injustice du monde est lui-même éliminé. Et c'est là que les analyses de Freud, de Nietzsche...

1 page - 1,80 €

Peut-on démontrer tout et le contraire de tout ?

Pascal, un grand philosophe, explique que nous atteignons le fondement du vrai par le cœur, sur le quel doit s’appuyer la raison. Ainsi la vérité ne réside pas totalement dans la raison et elle est déjà fondée sur le cœur car « quelques impuissance où nous soyons de le prouver par la raison, cette impuissance...

2 pages - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com