Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : dit

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 >>

1378 dissertations trouvées

Que pensez-vous de cette opinion d'Emile Faguet : « La littérature française n'est point populaire, parce qu'aucune littérature n'est populaire. Il faut en prendre son parti : la littérature et l'art ne sont populaires qu'à la condition d'être médiocres

|| Le succès de Jean Vilar a remis en vogue le principe même du théâtre populaire. Mais il n'y a pas que le théâtre qui puisse être populaire : toute la littérature peut s'élever à ce degré de vie, de concret, de réalité parfaitement accessible au grand public et donner ainsi l'impression d'être populaire....

4 pages - 1,80 €

On voulait démontrer à Alain que les Fables de La Fontaine ne conviennent pas aux écoliers : « Ils ne peuvent en saisir tout la beauté. » «Je l'espère bien ! » répondit-il. Comment comprenez-vous ce paradoxe ? A un âge où vous êtes capable de lire de faç

||Qui n'a pas connu le bonheur du premier livre, qui n'était pas le premier lu — celui-là est oublié à jamais, disparu dans les oubliettes de la mémoire —, mais celui qui, le premier, nous a fait aimer la lecture ? Et si nous n'en gardons plus qu'un souvenir diffus, un parfum de féerie,...

2 pages - 1,80 €

Au terme de l'Avant-propos placé en tête de son livre Matière et Lumière, Louis de Broglie écrit : « On peut légitimement aimer la science pour ses applications, pour les soulagements et les commodités qu'elle a apportés à la vie humaine, sans oublier to

||L'amour de la science ne date pas d'hier. Sans qu'on puisse appuyer sa conviction sur des documents historiques bien anciens, il suffit de penser aux alchimistes du moyen âge pour se représenter des hommes qui, en dépit de la méfiance publique, des persécutions, voire des procès de sorcellerie qui s'achevaient souvent sur un bûcher,...

3 pages - 1,80 €

La notion d'inconscient contredit-elle l'exigence morale ?

||On suppose ordinairement que seule une conscience, en tant que faculté de représentation est susceptible de donner un sens à un acte humain. Cependant, l'hypothèse d'un inconscient pose que toute action a un sens, y compris celles qui sont mises habituellement au compte du corps seul (ainsi le symptôme hystérique, le rêve, le lapsus...). Certes,...

3 pages - 1,80 €

Peut-on dire de la publicité ce qu'Esope a dit de la langue : « Elle est la pire et la meilleure des choses » ?

||La publicité a connu un grand essor depuis quelques années. Aujourd’hui elle occupe une très grande place dans notre vie de tous les jours. Mais on ne saurait dire si cette occupation est une bonne ou une mauvaise chose. Que peut-on dire de la publicité en se rapportant à une citation du philosophe Esope...

1 page - 1,80 €

On parle beaucoup aujourd'hui de « littérature engagée », dans laquelle l'écrivain oeuvre pour expliquer et ensuite améliorer la condition humaine. Pensez-vous que ce soit l'unique vocation de la littérature ?

||1. Il s'agit d'un sujet facile parce que posant le problème avec netteté et se rapportant à un domaine connu des élèves.    2. Le sujet explique déjà en partie ce qu'est la littérature engagée.  Il est cependant nécessaire de préciser la définition de l'engagement pour éviter que les expressions « expliquer » et « améliorer...

2 pages - 1,80 €

Paul Valéry a dit : « L'enthousiasme n'est pas un état d'âme d'écrivain. » De son côté Julien Benda écrit : « C'est pour moi un des grands signes de l'impuissance moderne de dire : j'écris mes livres sans ordre parce que si j'ordonnais mon émotion je la

Dans les sociétés encore imprégnées de sacré, le poète, le sorcier, le prophète sont proches l'un de l'autre; ils ont en commun la faculté d'être en communication avec l'au-delà, et d'être le médium par lequel s'exprime le surnaturel. Par la suite, d'autres théories, tout en supprimant la référence au divin, continuent d'attribuer l'inspiration à...

3 pages - 1,80 €

Voltaire écrit dans ses Lettres philosophiques : « Il me paraît qu'en général l'esprit dans lequel Pascal écrivit ces Pensées était de montrer l'homme sous un jour odieux. Il s'acharne à nous peindre tous méchants et malheureux. Il écrit contre la natur

||Le sujet vous demande une dissertation explicative et une dissertation polémique. Mais il ne faut pas vous tromper sur cette explication et cette discussion. Il ne s'agit pas d'expliquer, en les analysant, des expressions ou phrases complexes; Voltaire dit nettement ce qu'il veut dire. Mais il faut expliquer comment ce jugement se rapporte, bien...

1 page - 1,80 €

Pascal a dit : « Ceux à qui Dieu a donné la religion par sentiment du coeur sont bien heureux et bien légitimement persuadés. Mais ceux qui ne l'ont pas, nous ne pouvons la leur donner que par raisonnement en attendant que Dieu la leur donne par sentimen

||Cette dissertation est de même nature que la précédente. Il s'agit de comparer cette phrase, conçue comme une sorte de programme, avec ce que nous trouvons dans les Pensées. D'autre part, bien qu'on vous dise de « montrer comment » et non pas « dans quelle mesure », il est évident qu'on ne vous...

2 pages - 1,80 €

Discuter ce jugement de G. Lanson : « Le reproche qu'on pourrait faire à Corneille, ce serait plutôt, tout au contraire de ce qu'on a dit, d'avoir trop exclusivement tiré l'action des caractères : à tel point que sa tragédie a parfois quelque chose de fa

||Sujet difficile en ce sens qu'il faut comprendre : « Tout au contraire de ce qu'on a dit ». Lanson fait allusion à cette idée, en effet courante, que la volonté du héros cornélien est telle qu'elle surmonte l'obstacle dès qu'il se présente; d'où la nécessité d'imaginer un second, un troisième obstacle et de...

1 page - 1,80 €

Expliquez, discutez et commentez cette opinion de Diderot : C'est la condition, ses devoirs, ses avantages, ses embarras, qui doivent servir de base à l'ouvrage. Il me semble que cette source est plus féconde, plus étendue et plus utile que celle des car

||Diderot a exposé ses conceptions dramatiques dans ses Entretiens sur le Fils naturel : Dorval et moi ( I757) et dans son Discours sur la poésie dramatique (1758). Il cherche à renouveler le théâtre en créant le genre sérieux, intermédiaire entre la comédie et la tragédie. Toutefois, ce n'est pas en mélangeant le comique...

2 pages - 1,80 €

LA SINCÉRITÉ DE ROUSSEAU: Que faut-il penser de l'affirmation de Rousseau au début des Confessions : "J'ai dit le bien et le mal, avec la même franchise" ?

Depuis les Confessions de saint Augustin et les Essais de Montaigne, le débat sur la littérature autobiographique reste ouvert. Peut-on parler de soi ? A-t-on, en parlant de soi, la même objectivité qu'en parlant d'un arbre comme le soutient Montaigne ? Toute confession ne tourne-t-elle pas à l'apologie?    Les ennemis de Rousseau (Grimm,...

1 page - 1,80 €

Il est facile, comme on l'a souvent fait, de dégager des tragédies de Corneille un idéal moral « cornélien ». Définissez brièvement cet idéal et dites dans quelle mesure il serait, selon vous, applicable non pas seulement à des êtres d'exception, mais à

||Ici la méthode la plus sûre pour être exact et complet est celle de la revue. Passez en revue toutes les pièces de Corneille en notant successivement et l'idéal moral que chacune nous propose et la mesure dans laquelle cet idéal est applicable à la vie commune :  Le Cid : l'idéal est qu'il faut...

1 page - 1,80 €

L'interdit est-il destructeur du désir ?

||  Introduction : Si on interdit quelque chose, il est peu probable que l'interdit détruise le désir : si il est interdit de fumer dans un café, cela ne détruit pas le désir de fumer. Pourtant, à long terme, les désagréments qui accompagnent l'interdiction de fumer détruiront probablement le désir de fumer. Ou au contraire,...

2 pages - 1,80 €

Sainte-Beuve a dit (en 1829) que la littérature et la poétique de Boileau étaient « un mélange de sens droit et d'insuffisance, de vues provisoirement justes, mais peu, décisives ». Approuvez-vous ce jugement ?

||Les sujets précédents nous ont permis d'exposer la nature et l'origine de la doctrine de Boileau. Celui-ci nous demande de la juger. Le texte de Sainte-Beuve nous conduit à diviser ce jugement. Est-il vrai qu'il y ait dans la littérature (entendons : l'ensemble de ses œuvres) et dans la poétique de Boileau un sens...

1 page - 1,80 €

Taine a dit du théâtre de Racine : « Dans ce théâtre, qui ne parle ni de son temps ni de sa vie, je trouve l'histoire de sa vie et de son temps. » Expliquer et discuter ce jugement. ?

   ||Deux parties évidemment dans cette opinion : l'histoire de la vie de Racine, l'histoire de son temps. Vous pouvez écarter rapidement la première, car nous ne savons presque rien de l'histoire de Racine à l'époque où il a écrit ses tragédies. Il est évident que s'il a si bien peint les passions de l'amour,...

1 page - 1,80 €

Anatole France a dit de Racine qu'il a révélé au monde « la poésie des passions, le romantisme des sentiments ». Que pensez-vous de ce jugement ?

||Nous pouvons écarter d'abord une expression d'Anatole France. Racine n'a certainement pas révélé au monde ni la poésie des passions, ni le romantisme des sentiments, car il faudrait écarter Shakespeare ou même d'autres dramaturges anglais, des poètes italiens, sans parler de Sophocle, d'Euripide, etc. Le jugement ne peut être vrai qu'en parlant de la...

1 page - 1,80 €

ANALYSE DES « MÉDITATIONS METAPHYSIQUES » DE DESCARTES ?

|| Les Méditations parurent en latin, en Mil, sous ce titre : Meditationes de prima philosophia, ubi de Dei existentia et anima immortalitate. En 1617, elles furent traduites en français par le duc de Luynes, et Descartes approuva cette traduction.   PREMIÈRE MÉDITATION. — Des choses que l’on peut révoquer en doute.   Sous ce ...

25 pages - 1,80 €

Diderot a dit : « Le travail abrège les journées et allonge la vie. » Appréciez cette pensée. ?

|| Le temps paraît long ou court, suivant l'usage qu'on en fait: court pour le travailleur, long pour le paresseux. Un homme utile à l'humanité semble n'avoir pas vécu assez longtemps, en raison de tout ce qu'il a fait de bien au cours de sa toujours trop brève existence. La pensée de Diderot nous apparaît...

1 page - 1,80 €

Expliquez et justifiez cette pensée de Pascal : « Voulez-vous qu'on croie du bien de vous ? N'en dites point. » ?

|| Nous aimons à être estimés et il est bon qu'il eu soit ainsi. Mais comme notre prépondérance risque de gêner celle des autres, nous devons être discrets, ne point parler trop avantageusement de nous et savoir à l'occasion louer les gens qui nous entourent et nous concilier leur sympathie. Mais n'exagérons rien: si le...

1 page - 1,80 €

« Deux sûretés valent mieux qu'une », dit-on souvent. Expliquez le sens de ce proverbe et donnez votre opinion. ?

|| Nous devons nous prémunir contre une erreur ou un oubli toujours possibles, nous méfier des apparences, de nos jugements et, d'une façon générale, prendre des précautions contre l'enthousiasme et la légèreté. Ceci s'applique non seulement aux actes de la vie, mais aux appréciations que nous portons sur les autres. Nous sommes si incertains dans...

1 page - 1,80 €

Expliquez cette maxime populaire : « Il ne faut pas jeter le manche après la cognée. » Dites comment chacun de nous peut la mettre en pratique dans la conduite de sa vie. ?

|| Signification du précepte. Rappeler qu'en toutes choses les débuts sont pénibles, que tout progrès est lent, qu'il ne faut donc pas se décourager devant les difficultés si on veut aboutir à un heureux achèvement. Noblesse  de l'effort. « Jeter le manche après la cognée », c'est abandonner une œuvre avant son achèvement, soit parce...

1 page - 1,80 €

La Fontaine a dit : « Ne t'attends qu'à toi seul. » Montrez, par des exemples, qu'il est sage de ne pas trop compter sur les autres. Faites voir aussi qu'on ne doit pas se dispenser de venir en aide à autrui quand on le peut. ?

|| Raconter très brièvement la fable: l'Alouette et ses petits. Il est plus digne et plus sage de se suffire que de compter sur autrui. Et puis, le prochain ne saurait comprendre ni soutenir nos affaires aussi bien que nous-mêmes. Enfin, il faut être capable d'accomplir sa mission par soi-même pour pouvoir s'offrir la douceur...

1 page - 1,80 €

Montrez que c'est une condition essentielle pour être heureux de savoir exiger plus de soi-même que des autres. ?

|| Nous souhaitons d'être heureux; mais qu'est-ce qui fait le bonheur? Dans une large mesure, savoir s'adapter aux conditions de la vie, aux relations avec ceux qui nous entourent ou que nous sommes tenus de fréquenter. Cet effort, nous le devons à la société, à laquelle nous sommes redevables de tant de choses. Nous avons le...

1 page - 1,80 €

« Fais ce que dois, advienne que pourra. » Expliquez le sens de ce conseil et dites ce que vous en pensez. ?

||Nous devons faire notre devoir, quoi qu'il en coûte. Au reste, l'habitude rend cette' obligation moins pénible. Evoquer divers cas: éducateurs, soldats, etc. Le devoir prime notre intérêt: c'est le devoir. C'est ce qu'a magistralement exposé Victor Hugo dans les Misérables : Jean Valjean se livre à la justice pour ne pas laisser frapper un innocent. Il est une obligation...

1 page - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com