Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : action

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 >>

701 dissertations trouvées

Le droit peut-il faire abstraction de la morale ?

|| Analyse du sujet   ® « Dans un bois aussi courbe que celui dont est fait l’homme, on ne peut rien tailler tout à fait droit » : cette formule de Kant (Idée d’une histoire au point de vue cosmopolitique) dit bien ce qu’est le droit en son premier sen, à savoir l’effort pour redresser l’homme dans le...

5 pages - 1,80 €

Sagesse et action morale ?

Sagesse et action morale ?|| Sagesse Science des premiers principes. • La sagesse dans la philosophie désigne le plus haut degré du savoir. Elle désigne, jusqu'à Descartes, l'activité philosophique : « Ce mot de philosophie signifie l'étude de la sagesse, et [ ..] par sagesse on n'entend pas seulement la prudence dans les affaires, mais une parfaite connaissance de toutes les choses...

1 page - 1,80 €

Abstraction et généralisation / Abstraire et généraliser ?

L'ABSTRACTION est l'opération par laquelle on passe du concret au concept en isolant par la pensée ce qui, dans la réalité, n'est pas donné séparément. Le concept de maison conserve des traits qui pourront s'appliquer à toutes les maisons possibles (fondations, façade, fenêtres, toit, etc.), mais qui laissent en dehors d'eux beaucoup de particularités concrètes comme : la...

2 pages - 1,80 €

Peut-on comprendre la signification de nos actions ?

Nous pourrions définir « nos actions » comme l'ensemble des opérations que nous effectuons en tant qu'agent, mais aussi comme les résultats de ces opérations. Nos actions couvrent donc le champ de tout ce que nous entreprenons. Mais, pour autant qu'elles sont nôtres, cela signifie-t-il que nous en comprenions la signification ? Savons-nous toujours pourquoi nous avons agi de telle ou...

3 pages - 1,80 €

Que pensez-vous de cette définition de Stendhal : « J'honore du nom de vertu l'habitude de faire des actions pénibles et utiles aux autres » ?

||La notion de vertu est intimement liée à la notion de morale. En leur sens le plus général, en effet, les vertus sont les qualités qui font d'un homme un être moral. Aussi n'est-il pas étonnant que l'on trouve autant de conceptions de la vertu que de conceptions de la moralité. Par exemple, la...

3 pages - 1,80 €

L'action politique doit-elle être guidée par la connaissance de l'histoire ?

L'action politique doit-elle être guidée par la connaissance de l'histoire ?|| Bien définir les termes du sujet :   - « L’action politique » : est une action bien spécifique car réfléchie. L’action politique n’est pas une seule action accomplie au coup par cou, mais désigne un ensemble d’actions qui visent toutes le même but. Autrement dit,...

6 pages - 1,80 €

Une action désintéressée est-elle possible ?

Une action désintéressée est-elle possible ?|| Il s'agira de montrer dans un premier temps qu'une action désintéressée est en opposition totale  avec l’essence même de toute action. humaine qui nécessite une finalité et une orientation volontaires. Cette condamnation du désintérêt ne fait toutefois pas la part des motivations morales et immorales de l’individu. Il semble en effet possible...

6 pages - 1,80 €

L'action politique doit-elle être guidée par la connaissance ?

    La vie politique est devenue telle qu’aucun gouvernant, si éminent soit-il, ne pourrait admettre que, pour diriger son action, il lui suffit de s’inspirer du passé. Et même l’invoquer, ou prétendre y trouver quelque leçon engageant la conduite de ses concitoyens, risque de se révéler une arme à double tranchant. C’est que le ...

3 pages - 1,80 €

L'action peut-elle échapper au tragique ?

L'action est la réalisation d'une intention d'un individu. Elle peut se diviser en deux parties : l'action morale et l'action déraisonnée. 
En supposant que l'action n'aboutisse pas toujours au tragique, on a pu déterminer quels sont les cas dans lesquels cet accomplissement ne dépend pas de l'aspect de la fatalité. 
En conclusion, il...

4 pages - 1,80 €

Enthousiasmé par une de ses premières lectures, Albert Camus écrit : « Nanti d'une étrange et neuve liberté, j'avançais hésitant, sur une terre inconnue. Je venais d'apprendre que les livres ne versaient pas seulement l'oubli et la distraction. » En appu

||• Les sujets sur la lecture sont fréquents. Ne reproduisez pas sans réflexion un cours : il faut toujours vous adapter à l'intitulé exact. La citation de Camus peut vous aider à trouver des idées ou un plan, mais pensez aussi à l'analyser lors du développement. L'idée de liberté devra être commentée.  • Le...

3 pages - 1,80 €

Un critique a dit : « On a raison de mettre Le siècle de Louis XIV aux mains de la jeunesse. Tant qu'il sera un livre d'enseignement, je n'ai pas peur que les Français aiment médiocrement leur pays. C'est le meilleur ouvrage et peut-être la meilleure act

|||| Début. — Le jugement de Nisard n'est guère contestable : l'œuvre historique de Voltaire, si mêlée, nous offre dans le Siècle de Louis XIV ce qu'il y a de plus solide, de plus juste et de plus bienfaisant. 1. C'est le meilleur ouvrage de Voltaire. a) Mérites : Intérêt et nouveauté du sujet. Documentation large...

2 pages - 1,80 €

Madame de Staël écrit on 1800 dans De la Littérature (Première Partie, chap. 11 ) : « Ce que l'homme a fait de plus grand, il le doit au sentiment douloureux de l'incomplet de sa destinée. Les esprits médiocres sont, en général, assez satisfaits de la vi

||Pendant des siècles la civilisation occidentale avait offert à l'homme comme idéal l'accomplissement de sa propre nature. Ceci, qui est évident dans l'humanisme issu de l'Antiquité, est vrai aussi dans le christianisme traditionnel : même préoccupés de leur salut ni le chrétien médiéval ni le chrétien classique ne ressentent de profond malaise dans leur...

4 pages - 1,80 €

A quoi reconnait-on qu'une action est morale ?

|| Comment savoir si une action est bonne ou mauvaise ? Quels sont les critères d’une action morale ? De quels critères existent-ils universellement ? Il est aisé pour un homme vivant en société de penser qu’une action morale est celle qui obéit aux lois et aux règles sociales et politiques de son pays. Mais le devoir avant d'être social ,...

2 pages - 1,80 €

L'expression des émotions est-elle un commencement d'action utile ?

||Considérant, en général, l'émotion comme un état tout interne, les physiologistes et les psychologues se sont demandé pourquoi elle amène toujours les mêmes changements dans le corps. L'une des premières thèses proposées, c'est que l'expression de l'émotion est un commencement d'action utile, L'exposé et la discussion de cette thèse amène à passer en ...

1 page - 1,80 €

Que pensez vous de cette condamnation portée par Marcel Aymé contre le romantisme et mise dans la bouche de M. Lepage, bourgeois imaginaire, d'opinion classique et réactionnaire : « La grande habileté du romantisme, qui est aussi son crime et son abjecti

||Le romantisme est accusé par beaucoup d'être un art trop sensible, trop affectif, un art des nerfs et de la faiblesse. Cette vision banale, un peu scolaire, M. Aymé la renouvelle en soutenant que ce qui est particulièrement grave dans le romantisme, ce n'est pas de peindre la faiblesse de l'homme, mais de la...

4 pages - 1,80 €

Philippe Audoin écrit dans son ouvrage sur Breton (1970) : «Breton assignait au surréalisme l'objectif - suspect aux politiques comme aux philosophes - de contribuer à la formation d'un nouveau mythe. Il ne s'agissait certes pas d'agencer de toutes pièce

|| Après avoir rappelé qu'il faut démolir les églises, Breton, dans une Dédicace à Armand Hoog. écrivait: « Vive le mythe nouveau ! ». se révélant ainsi parfaitement conscient de l'aspect mythique de son œuvre, de sa volonté de retour aux grandes sources collectives de l'humain. Rompant avec la pensée classique, trop abstraitement universaliste ...

3 pages - 1,80 €

Discuter ce jugement de G. Lanson : « Le reproche qu'on pourrait faire à Corneille, ce serait plutôt, tout au contraire de ce qu'on a dit, d'avoir trop exclusivement tiré l'action des caractères : à tel point que sa tragédie a parfois quelque chose de fa

||Sujet difficile en ce sens qu'il faut comprendre : « Tout au contraire de ce qu'on a dit ». Lanson fait allusion à cette idée, en effet courante, que la volonté du héros cornélien est telle qu'elle surmonte l'obstacle dès qu'il se présente; d'où la nécessité d'imaginer un second, un troisième obstacle et de...

1 page - 1,80 €

Les lecteurs de roman ne cherchent-ils qu'une distraction, un rafraîchissement, un repos de la vie courante ?

|| Thibaudet déclare, dans ses Réflexions sur le roman : « Ceux que nous avons appelés les lecteurs de romans ne demandent au roman qu'une distraction, un rafraîchissement, un repos de la vie courante. » Cette assertion pose le problème du rôle et de la signification de l'art, de la manière dont ils sont perçus par le...

2 pages - 1,80 €

Un contemporain présente les livres comme de : « curieux parallélépipèdes de papier imprimé qui, pourtant, sont capables de nous donner les plus grandes joies, les émotions les plus fortes, ou aussi bien, de susciter notre colère ou notre mépris, notre h

||Plan adopté dans le devoir I. Le rapport à l'objet a) La bibliophilie b) Le beau livre c) L'objet sacralisé II. Le message a) Émotion dans la narration b) L'émotion vient de l'investissement affectif c) Réaction par rapport au contenu III. Le style a) Émotion esthétique b) Le matériau-mot c) Nouveau rapport...

4 pages - 1,80 €

La Liberté comme postulat de l'action morale (Kant) ?

||L'homme est-il libre (au sens traditionnel) ou déterminé ? Pour y répondre, il paraît nécessaire, ou au moins souhaitable, de démontrer soit l'existence réelle, soit l'impossibilité de la liberté. Mais une telle démonstration est-elle possible ? C'est ce qui a été contesté par Kant.a) Démontrer une vérité, c'est en effet l'établir rationnellement. Or...

1 page - 1,80 €

Commenter les réflexions suivantes de Schopenhauer, et en définir la portée : « Les animaux vivent uniquement dans le présent. L'homme vit de plus, et en même temps, dans l'avenir et le passé... Leur sort, à eux, c'est d'être entièrement sous l'impressio

||Schopenhauer, contrairement à l'esprit de la philosophie traditionnelle, a nettement aperçu qu'il ne fallait pas lier la notion d'intelligence et celle de généralisation : il insiste sur la réalité d'un exercice de l'intelligence et du jugement dans le concret; et même il voudrait définir l'opposition des ternies Verstand (entendement) et Vernunft (raison) par celle...

2 pages - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com