Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : person

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 >>

601 dissertations trouvées

Qu'est-ce qui fait de moi la même personne au travers du temps ?

C'est la continuité de la mémoire qui donne le sentiment d'être la même personne, c'est parce que ma conscience accompagne toutes mes pensées, et le souvenir de mes actions passées, que j'ai une permanence à travers le temps, et non parce que je serais une substance identique : on pourrait en effet imaginer que nous changions de substance matérielle,...

2 pages - 1,80 €

Est-ce que une personne qui tue est forcément un assassin ?

Selon Jean Rostand, celui qui tue tous les hommes est un dieu. Par exemple dans la religion du christianisme, Dieu est en-dessus de tout, il est l’être suprême. Il est le créateur et la source de tout ce qui existe. Dans cette religion, il est dit que Dieu a déjà voulu supprimer tous les...

2 pages - 1,80 €

L'opinion est-elle vraiment une pensée personnelle ?

L'opinion désigne une proposition ou un énoncé résultant du jugement d'un individu et qui peut se décliner sous les formes de l'opinion politique, religieuse, ou encore du jugement de goût. Puisque elle émane de ma propre pensée à l'exclusion de toutes les autres, il semble que j'en sois le seul et unique auteur. Ainsi par opposition à...

4 pages - 1,80 €

Cours sur la notion de personne ?

La personne ne signifierait-elle pas la découverte de la subjectivité ? Cette question organise ici la problématique : ·         Sous quelles facettes faut-il explorer la personne ? N'est-elle pas simultanément métaphysique, morale et juridique ? ·         Comment caractériser la notion de personne ? Ne doit-on pas, pour accéder à l'éthique, opérer une distinction fondamentale, celle de la chose, être inanimé ou vivant dépourvu de raison,...

5 pages - 1,80 €

« Tout le monde, dit un moraliste, se plaint de sa mémoire, et personne ne se plaint de son jugement. » Sur quoi se fonde cette préférence donnée au jugement ?

Descartes affirme au commencement de son Discours de la méthode que « chacun pense être si bien pourvu de bon sens ou de jugement que ceux mêmes qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils n'en ont ». C'est à cette présomptueuse confiance des hommes en leur sens...

2 pages - 1,80 €

Pourquoi dois-je respecter la personne ?

Le terme même de personne accueille en son sein une variation sémantique qui semble assez large. En effet, on parle, d'une part, de la persona comme d'un masque de théâtre, d'un rôle. En ce sens, on saisit ici qu'il s'opère une fusion: la personne, c'est tout bonnement le personnage, soit une construction qui...

5 pages - 1,80 €

Dans quelle mesure la société contribue-t-elle à la formation de la personnalité; dans quelle mesure risque-t-elle de l'entraver ?

||Chaque homme porte en lui certaines aptitudes, certaines virtualités qui sont le point de départ de sa personnalité future et qui peuvent être développées ou étouffées.  D'autre part aucun homme ne peut vivre en dehors d'une société à laquelle il se trouve intégré dès sa naissance et qu'il n'a pas lui-même choisie. Ainsi se...

2 pages - 1,80 €

Parlant de son roman les Misérables, Victor Hugo écrit : « ... Tant qu'il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles. » On sait que les intentions de l'auteur, quand il composa les Misérable

||1. a) Existence et but du livre engagé, chargé de porter un témoignage, plus ou moins accepté et souhaité selon les époques.  b) Victor Hugo au xixe siècle, à propos de son roman Les Misérables : « ... Tant qu'il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci...

2 pages - 1,80 €

« Rendre la vertu aimable, le vice odieux, le ridicule saillant. Voilà le projet de tout homme qui prend la plume, le pinceau et le ciseau. » En vous aidant en particulier de vos souvenirs personnels de lecteur vous direz dans quelle mesure vous partagez

||1. a) Problème de la vertu et du vice dans l'art : l'impératif moral et l'impératif esthétique présentés successivement par Diderot dans deux phrases contradictoires.  b) Diderot, philosophe de la deuxième moitié du xviiie siècle, sensible aux questions morales et aux réflexions esthétiques pour définir le rôle de l'artiste : « Rendre la vertu...

3 pages - 1,80 €

« Il y eut un temps où le voyage confrontait le voyageur à des civilisations radicalement différentes de la sienne et qui s'imposaient d'abord par leur étrangeté. Voilà quelques siècles que ces occasions deviennent de plus en plus rares. Que ce soit dans

||Un temps n'est plus ! Celui où le voyage comblait le goût de l'exotisme que nourrissait la fascination exercée par les pays lointains — l'appel de Tailleurs se traduisant sinon par un départ effectif, du moins par une curiosité avide pour les mœurs étrangères en même temps qu'étranges.  Ce temps est idéalement illustré, aux...

2 pages - 1,80 €

La lecture peut vous paraître un acte banal. En fait, c'est une activité complexe qui est tributaire des conditions physiques, des expériences personnelles et de la culture du lecteur, au point que l'on a pu dire : « Le lecteur [...] se définit par une p

||Que serait une littérature sans lecteurs ? Une histoire de la littérature ne peut être dissociée d'une histoire de la lecture.  L'évidence de cette remarque nous avertit, incidemment, que la lecture a connu une succession d'états et ne saurait être réduite au seul fait de prendre un livre.  « Le lecteur, a-t-on pu dire, se...

2 pages - 1,80 €

Quelles différences faites-vous entre un personnage de théâtre et un personnage de roman ?

||• Ce type de sujet est fréquent : opposition de genres littéraires, problème de l'adaptation filmique du théâtre ou du roman, mérites comparés du théâtre et du cinéma... La confrontation entre roman et théâtre est cependant plus originale.  • Se pose dans ces cas le problème du plan. Évitez absolument de consacrer des parties...

3 pages - 1,80 €

« Aujourd'hui nous recevons trois éducations différentes ou contraires : celle de nos pères, celle de nos maîtres, celle du monde. Ce qu'on nous dit dans la dernière renverse toutes les idées des premières. » Montesquieu, Esprit des lois, IV, 1748. Pense

||• Cette citation est extraite de la quatrième partie de L'Esprit des Lois, dont le titre est « Que les lois de l'éducation doivent être relatives aux principes du gouvernement ». Le paragraphe que commence notre phrase se termine par cette explication : « Cela vient, en quelque partie, du contraste qu'il y a...

3 pages - 1,80 €

Jean-Claude Grumbach, scénariste et dramaturge contemporain, confie à un journaliste qu'il observe le monde « avec un oeil sur le sordide, un oeil sur le sublime ». En vous appuyant sur les oeuvres que vous connaissez, sans vous limiter nécessairement au

|| • La phrase porte sur l'observation du monde, mais bien entendu elle concerne les œuvres puisque J.-C. Grumbach est un créateur. Vous pouvez analyser la présence du sublime et du sordide dans les arts, séparés ou mélangés, et vous interroger sur le sens de cette présence. • Soyez sensibles à l'opposition extrême entre les termes de...

3 pages - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com