Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : une

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 >>

5084 dissertations trouvées

La conscience que j'ai de moi est-elle une connaissance de moi-même ?

||INTRO. -- A l'origine de la psychologie et même de l'ensemble de la philosophie occidentale, nous trouvons le « Connais-toi toi-même » de SOCRATE. Or, si, pour nous faire une idée juste de nous-mêmes, il est indispensable de recourir à d'autres moyens d'information, il est indiscutable aussi que la conscience est l'instrument essentiel de cette connaissance. S'ensuit-il...

4 pages - 1,80 €

On a défini l'attention comme une « active disponibilité ». Apprécier cette définition à la lumière d'une description précise de la conscience attentive. ?

||INTRO. — Les psychologues insistent sur le caractère unificateur de l'attention. Leurs définitions diffèrent, mais on y trouve ordinairement quelque mot qui exprime cette idée : concentration, fixation, direction, orientation... Rien de tel au contraire dans le ternie d'« active disponibilité « par lequel on a voulu définir l'attention. Examinons d'abord ce que disent ces mots, puis nous...

4 pages - 1,80 €

L'émotion est-elle un phénomène purement mécanique ou, au contraire, a-t-elle un sens et une finalité ?

||INTRO. ---- Par réaction contre l'intellectualisme ou le spiritualisme désincarné des psychologues d'autrefois, la psychologie du début de ce siècle a mis en relief le rôle de l'organisme dans la vie psychique et tout spécialement dans la vie affective. Mais les phénomènes organiques sont - soumis aux lois physico-chimiques, et par là s'introduit dans l'activité psychique quelque chose...

2 pages - 1,80 €

Expliquez cette affirmation de Jules Lagneau : « La sensation n'est réellement qu'une abstraction, le pur sentir ne se présente jamais ». ?

||INTRODUCTION. - Il n'est rien, semble-t-il, d'aussi indiscutable que la sensation : aucune preuve ne vaut contre celui qui a, comme on dit, « entendu de ses oreilles », « vu de ses yeux », ou « touché du doigt ». Aussi peut-il paraître étonnant de voir Jules LAGNEAU porter ce jugement : « La sensation n'est réellement...

2 pages - 1,80 €

Commentez et discutez cette formule de J.-P. Sartre : « Il n'y a pas, il ne saurait y avoir d'images dans la conscience, mais l'image est un certain type de conscience. L'image est un acte et non une chose. » ?

||INTRODUCTION. — Au siècle dernier, les images mentales jouaient un rôle capital en psychologie. Pour tous, elles expliquaient la plupart des souvenirs et l'activité automatique de l'esprit plus connue sous le nom d'association des idées. Pour les empiristes, toutes nos connaissances se réduisaient à des images et s'ils parlaient d'idées, ce mot était pris comme synonyme d'images, comme...

4 pages - 1,80 €

Qu'est-ce qui distingue psychologiquement, selon vous, la croyance qui n'est que crédulité et la croyance qui est une loi féconde ?

||INTRODUCTION. — Il y a cinquante ou cent ans, sous l'influence du scientisme positiviste, la croyance était dépréciée au profit de la science qui tôt ou tard, on l'espérait bien, dispenserait l'homme instruit de croire. De nos jours, les appréciations des savants et des philosophes sont plus nuancées. S'il est généralement admis que le savoir est une forme...

3 pages - 1,80 €

Expliquez et commentez cette pensée de J.-J. Rousseau : « On ne laissera prendre à Émile aucune habitude si ce n'est de n'en avoir aucune. » ?

||Introduction. — Raisonnable et libre, l'homme conscient de sa dignité rêve souvent d'une activité rigoureusement rationnelle, c'est-à-dire déterminée dans tous ses détails par des actes de volonté réfléchie. Aussi éprouve-t-il une certaine mésestime pour l'habitude qui dispense de la réflexion et substitue l'automatisme à la décision volontaire; parfois même il prononce contre elle une...

3 pages - 1,80 €

L'imagination n'est-elle qu'une maîtresse d'erreur ?

||Les diatribes éloquentes de Pascal contre l'imagination sont dans toutes les mémoires. Il faut dire aussi qu'il n'en a pas le monopole. On trouverait des propos analogues sous la plume de Malebranche. D'une manière générale, l'imagination n'a pas très bonne presse, si l'on peut dire, auprès des penseurs et des moralistes du XVIIe siècle,...

3 pages - 1,80 €

Peut-il y avoir une pensée sans images ?

||Introduction. — « Toute notre dignité consiste, dit Pascal, en la pensée. » Mais en quoi consiste cette pensée qui fait la grandeur et la puissance de l'homme ? Dans l'esprit de celui qui pense, on observe ordinairement une foule d'images. Ces images sont-elles essentielles à la pensée ou peut-on penser sans images? I....

3 pages - 1,80 €

Comment comprenez-vous cette pensée de Joubert : « Pour bien écrire, il faut une facilité naturelle et une difficulté acquise » ?

||Introduction. — Le philosophe novice qui se trouve pour la première fois devant le sujet de dissertation se sent tout dépaysé : les pensées lui semblent lointaines, les mots n'ont pas de sens bien net. Aussi ne parvient-il qu'à grand peine à rédiger quelques pages qu'il juge — et qu'on juge — bien médiocres....

1 page - 1,80 €

Vous examinerez sur quelques exemples comment une habitude se forme et comment elle se défait ?

||« L'habitude, dit-on parfois, est une seconde nature ! » On veut dire par là qu'elle nous permet d'agir avec la promptitude, la facilité, la sûreté, l'habileté de l'instinct.Mais cet automatisme est acquis; cette « nature » est « seconde » : elle peut s'acquérir et réciproquement se perdre.En étudiant cette formation et cette...

2 pages - 1,80 €

Un philosophe a écrit : « Tout état psychologique, par cela seul qu'il appartient à une personne, reflète l'ensemble de la personnalité. » Expliquez et dites ce que vous en pensez. ?

||Introduction. — Les tristes pensées qui défilent dans notre esprit pendant que nous suivons le cortège funèbre d'un être aimé contrastent souvent avec le spectacle qui s'offre à nos yeux le long de la route. Sans doute, par sympathie pour notre douleur, les inconnus que nous rencontrons suspendent leurs jeux ou leurs rires; mais,...

2 pages - 1,80 €

La psychologie du caractère apporte-t-elle une confirmation ou un démenti à cette pensée d'Amiel : « L'homme n'est que ce qu'il devient, vérité profonde; l'homme ne devient que ce qu'il est, vérité plus profonde encore » ?

||Il est classique de distinguer dans le caractère des éléments naturels ou innés et des éléments acquis. On naît sanguin ou lymphatique, vif ou mou; mais les traite essentiels du tempérament peuvent être modifiés par des influences diverses : le climat, le métier, l'éducation et le milieu social, enfin l'effort volontaire.Cette distinction claire, et...

3 pages - 1,80 €

Maine de Biran écrit dans son journal, en 1822 : « Une personne que je croyais spirituelle me niait aujourd'hui qu'il y ait énergie sans passion et elle paraît avoir lié étroitement ces deux idées. J'ai soutenu fortement que là où il y avait passion entr

||Introduction. — Analyse d'une passion : celle d'Harpagon par exemple : elle apparaît surtout avec deux caractères :— une grande ardeur et une énergie formidable dans une direction unique;— un assujettissement du sujet, sans ce§se harcelé par sa tendance, et qui la suit;C'est sans doute ce qui aura donné lieu à la double opinion...

2 pages - 1,80 €

Vous définirez l'intuition et la pensée discursive et vous montrerez le rôle de l'une et de l'autre dans les sciences mathématiques, dans les sciences expérimentales et dans la métaphysique. ?

  Réflexion : opération intellectuelle par laquelle la pensée, s'abstrayant de toute adhésion au concret, fait retour sur elle-même et sur ses actes. Implique un processus temporel. ||Toute une connaissance humaine s'énonce sous forme de jugement, affirmation d'un rapport entre deux idées. La phrase de Kant est bien connue : « Penser, c'est juger. »Mais, suivant la façon dont ce...

2 pages - 1,80 €

Découvrir et vérifier une loi scientifique, est-ce la même chose ? (Découverte et vérification des lois en science) ?

||Introduction. — Bacon, suivi par Stuart Mill, avait donné de la méthode expérimentale une théorie restée longtemps classique. D'après lui, le savant en quête de l'explication des phénomènes naturels commencerait par faire des observations aussi nombreuses et surtout aussi variées que possible; puis il chercherait entre quels phénomènes il y a « coïncidence constante...

3 pages - 1,80 €

Quelle différence y a-t-il, dans les sciences physiques, entre une loi, un principe et une théorie ?

||Il arrive parfois à des esprits insuffisamment avertis ou pas assez soigneux de confondre ces termes : théories ou systèmes, principes et lois scientifiques.Cependant, à rigoureusement parler, ces trois termes sont loin d'être synonymes pour tous ceux qui ont quelque expérience des sciences physiques.Pour procéder avec plus d'ordre et de sûreté, comme il s'agit...

2 pages - 1,80 €

La science et la morale. Peut-il y avoir une morale scientifique ?

||Introduction. — Pendant des siècles, l'activité humaine â été dirigée par des recettes d'origine mystérieuse, transmises religieusement de génération en génération. Mais, peu à peu, à cette conception plus ou moins magique de l'action se substitue la conception scientifique, fondée sur la connaissance expérimentale des choses. On a même tenté d'introduire la méthode ...

1 page - 1,80 €

Connaissez-vous des auteurs qui aient voulu tirer une morale de la science ? Comment s'y sont-ils pris ? Peut-on soutenir crue l'inverse serait mieux justifié. ?

||Autrefois, les philosophes fondaient la morale sur la métaphysique. Ils précisaient d'abord la nature propre de l'homme, être raisonnable et libre, ayant un principe spirituel et par conséquent immortel... Ensuite, ayant prouvé l'existence d'un Dieu créateur et souverainement parfait? ils montraient que ce Dieu, ne pouvant pas se désintéresser de l'homme, lui imposait de...

4 pages - 1,80 €

La politesse est-elle une création artificielle de la vie sociale ou correspond-elle à certains besoins de la nature humaine ?

||Introduction. — « La politesse s'en va », constatent tristement nos grands-parents, choqués de la liberté d'allure des jeunes. Ont-ils raison; d'être tristes ? I. Il faut reconnaître dans la politesse une part d'artifice et une part de naturel.A. Artifice ou convention : a) D'abord les diverses façons de traiter avec les autres, en...

1 page - 1,80 €

« Savoir, c'est pouvoir », a dît François Bacon. « Pour pouvoir, il faut croire et vouloir », a dit un sage. Vous vous efforcerez de déterminer dans quelle mesure savoir, croire et vouloir sont nécessaires à l'homme pour pouvoir, et vous chercherez si l'

||Introduction. —: « Au commencement était l'action », a écrit Gœthe. Le besoin d'agir est le plus essentiel à l'homme. Cependant, notre action effective ou productrice est bien réduite. Qu'est-ce qui nous manque ? De savoir, répond Bacon; de croire et de vouloir, réplique un sage. Qui des deux a raison ? I. Les conditions...

1 page - 1,80 €

Que pensez-vous de cette définition de Bergson : « La philosophie ne mérite pas d'être louée ou critiquée comme une construction personnelle. Elle n'est que la résolution une fois prise de regarder naïvement en soi et autour de soi. » ?

||Introduction. — Les philosophes du passé — grâce sans doute au recul du temps et aux simplifications de l'enseignement — se groupent aisément en grandes écoles auxquelles un chef donne l'inspiration fondamentale et les thèses essentielles. On n'éprouve pas la même aisance avec les philosophes contemporains : ils paraissent tous différents les uns des...

2 pages - 1,80 €

Y a-t-il des questions auxquelles aucune science ne répond ?

||Introduction Y a-t-il des questions auxquelles aucune science ne répond ? La question telle qu’elle nous est posée suppose qu’il y ait plusieurs sciences, et suppose donc que l’on délimite le champ des sciences. La science est définie comme un ensemble structuré de connaissances qui se rapportent à des faits obéissant à des lois, ...

3 pages - 1,80 €

Claude Bernard a dit en parlant des rapports de la science et de la philosophie : « L'union solide de la science et de la philosophie est utile aux deux : elle élève rune et soutient l'autre ». Expliquez et appréciez cette pensée. ?

||||I. — La philosophie élève la science. Sans la philosophie la science serait trop terre à terre. Sans doute elle ne tomberait pas complètement clans l'empirisme, mais elle y confinerait. Elle s'interdirait les grandes hypothèses, les vues d'ensemble. Elle aurait « des semelles de plomb ».II. — La science soutient la philosophie. Sans la...

1 page - 1,80 €

Conscience et valeur morale d'une action ?

||Être conscient, ce n'est pas seulement constater que j'existe, ce n'est pas uniquement me reconnaître dans les modifications apportées à l'environnement, c'est aussi être capable de juger la valeur morale d'une action.La conscience, le bien et le malRemords, secours aux victimes, révolte contre l'injustice, ... l'homme est capable d'évaluer ce qu'il doit ou...

1 page - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com