Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : unes

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 >>

5084 dissertations trouvées

D'où vient, à votre avis, que la mémoire et le souvenir tiennent une grande place dans la littérature, autobiographique ou non ? Vous pourrez, si vous le jugez bon, étendre votre réflexion aux oeuvres cinématographiques. ?

||Cette remarque, en vérité, ne vaut que pour la littérature romantique. Celle-ci, délaissant l'étude du monde extérieur, se tourne vers le monde intérieur qui est le domaine de l'âme. Or l'âme a pour dimension principale le temps, qui en constitue également le contenu et la substance. C'est la mémoire qui, en liant le passé...

1 page - 1,80 €

La métaphysique n'est-elle qu'une spéculation abstraite sans rapport avec la vie ?

Le rôle et l'objet de la métaphysique sont les principes universels de la réalité qu'elle cherche à découvrir sans faire appel à l'expérience. Cette discipline n'avance donc que par la logique de la pensée de ceux qui la cultivent, et n'étudie pas la réalité concrète mais l'être en général, c'est-à-dire ce qu'il y a de commun à tout...

3 pages - 1,80 €

Que pensez-vous de cette définition de BERGSON : « La philosophie ne mérite pas d'être louée ou critiquée comme une construction personnelle. Elle n'est que la résolution une fois prise de regarder naïvement en soi et autour de soi. » ?

||Bergson, dans cette citation de La Pensée et le Mouvant, nous donne une définition de la philosophie. A première vue, elle semble paradoxale dans la mesure où elle refuse le blâme ou la critique d’une définition de la philosophie comme production personnelle. Pourquoi ? Si elle est philosophie véritable alors est le fait d’une résolution, c’est-à-dire d’une prise de...

4 pages - 1,80 €

Examinez cette définition de SCHOPENHAUER: « Par métaphysique j'entends tout ce qui a la prétention d'être une connaissance dépassant l'expérience, c'est-à-dire les phénomènes donnés, et qui tend à expliquer par quoi la nature est conditionnée dans un se

||Nouvelle page 1 Le terme de métaphysique est apparu très tôt dans l’histoire pour désigner notamment les livres d’Aristote. Schopenhauer insiste d’ailleurs de manière classique sur ce fait : on a nommé en effet métaphysique les quatorze livres qui suivent la physique d’Aristote. L’étymologie de ce mot peut alors nous donner deux significations différentes...

5 pages - 1,80 €

A quoi reconnaissons-nous qu'une action est moralement bonne ?

Les philosophes de l'Antiquité répondent que l'action morale est celle qui vise le bien au sens de bonheur. Alain dit : « C'est un devoir d'être heureux.» Aristote, qui faisait partie des eudémonistes, fait de la recherche du bonheur le but que doit rechercher tout homme.  La valeur morale d'une action se mesurerait à son aptitude à...

2 pages - 1,80 €

Quelles réflexions vous suggère cette idée de J.-F. Herschel : « Pour bien observer, il faut une grande étendue de connaissances » ?

||Le sujet ne présente aucune obscurité : l'idée, très nette, affirme la nécessité d'une grande information pour que l'on puisse convenablement observer ; l'auteur ne songe pas à dire qu'on ne saurait observer, sans information préalable, mais il écrit : « bien observer». Il faudra donc déterminer ce que peut signifier cette expression. La...

2 pages - 1,80 €

Discuter cette réflexion de J. Stuart Mill : « L'Univers est ainsi constitué que ce qui est vrai dans un cas quelconque, est vrai aussi dans tous les cas d'une certaine nature. La seule difficulté est de savoir quelle est cette nature. ». ?

||Les formules de Mill rappellent l'idée populaire comme l'idée philosophique traditionnelle de genres ou de types de faits. Il est intéressant de le rappeler; car, si l'esprit de l'empirisme (et spécialement de l'empirisme de Mill) est par certains aspects l'opposé de l'esprit populaire, il en est en fait une transposition, qui explique ses affirmations...

3 pages - 1,80 €

Une théorème mathématique et une loi physique sont-ils de même nature ?

||La première idée qui se présente est certainement que le théorème nous frappe surtout par sa place dans l'ensemble d'une science mathématique, et par ses caractères logiques (ceci, par comparaison avec un problème ou une définition, ou un postulat), tandis que la loi nous paraît valoir par son énoncé même, par la traduction qu'elle...

1 page - 1,80 €

Qu'est-ce que les mathématiciens entendent par hypothèse ? En ce sens, à quoi sert l'hypothèse ? Peut-on établir une analogie entre l'hypothèse ainsi comprise, et l'hypothèse telle que la comprennent les physiciens ?

||Le plan s'impose pour ainsi dire de lui-même : 1. Définition; 2. Usage; 3. Recherche, pour appuyer la comparaison, des formes de pensée qui en mathématiques rappellent l'hypothèse physique et examen des différents emplois de l'hypothèse mathématique pour en donner le caractère définitif. Le premier point est donné par les habitudes constantes du langage...

2 pages - 1,80 €

Commenter et discuter cette idée de Kant : « Assurer son propre bonheur est un devoir (au moins indirect); car le fait de ne pas être content de son état, de vivre pressé de nombreux soucis et au milieu de besoins non satisfaits pourrait devenir aisément

||Le texte proposé ne répond pas au problème classique : le bonheur est-il la fin générale de la conduite (problème résolu affirmativement par les eudémonistes et les utilitaristes). Kant prend pour base l'idée qu'il y a une notion de devoir, entièrement originale, et en laquelle se résume toute la morale. Mais il demande si...

2 pages - 1,80 €

Sens et portée générale de cette idée de Descartes « C'est une plus grande perfection de connaître que de douter. » ?

||Nouvelle page 1 Ce sujet comporte : une interprétation historique: un commentaire d'ordre théorique pour en tirer la signification générale. D'abord, fixer le sens des mots : perfection, qui pour Descartes traduit l'idée d'un achèvement, ou réalisation (per-ficere); connaître, qui ne signifie pas seulement l'acte de préhension intellectuelle, mais sous-entend la valeur effective d'un savoir....

1 page - 1,80 €

Discuter cette opinion de Montaigne que le doute est un mol oreiller pour une tête bien faite. ?

||La formule cartésienne précédemment discutée répond à des intentions nettement métaphysiques : fixer la valeur de connaissance et la valeur de réalité du doute et de l'affirmation. La formule présente, par laquelle on transcrit habituellement l'opinion de Montaigne pourrait, superficiellement prise, être considérée comme symétriquement opposée, puisqu'elle fait du doute l'expression de la...

2 pages - 1,80 €

La formation des habitudes est-elle, pour notre liberté, une aide ou un obstacle ?

||Introduction. — Contrairement à l'opinion commune qui fait de l'acquisition de bonnes habitudes, l'essentiel de l'éducation, Jean-Jacques Rousseau déclare : « La seule habitude qu'on doit laisser prendre à l'enfant est de n'en contracter aucune ». Et, quelques lignes plus loin, il continue : « Préparez de loin le règne de sa liberté et l'usage...

3 pages - 1,80 €

Un philosophe a écrit: «Tout état psychologique, par cela seul qu'il appartient à une personne, reflète l'ensemble de la personnalité.» Expliquez et dites ce que vous en pensez. ?

||Introduction. — Les tristes pensées qui défilent dans notre esprit pendant que nous suivons le cortège funèbre d'un être aimé contrastent souvent avec le spectacle qui s'offre à nos yeux long de la route. Sans doute, par sympathie pour notre douleur, les inconnus que nous rencontrons suspendent leurs jeux ou leurs rires; mais, nous...

2 pages - 1,80 €

Étudiant le grave problème de la main-d'oeuvre qualifiée, un sociologue contemporain distingue plusieurs conceptions de l'apprentissage. Voici comment il caractérise l'une d'elles : « L'esprit techniciste (c'est-à-dire celui qui envisage les problèmes de

||introduction. — La remise en train de l'industrie, à la suite d'une guerre qui causa tant de bouleversements, tant de destructions et qui suspendit la formation d'un personnel qualifié, puis l'organisation du Marché Commun, posent de graves problèmes. Il faut produire, produire rapidement et abondamment. Or, les hommes compétents manquent autant que les machines...

2 pages - 1,80 €

Alors que la plupart des moralistes recommandent à l'homme de limiter ses besoins, économistes et sociologues s'accordent assez communément pour voir, dans la multiplication des besoins, le signe d'une civilisation plus avancée. S'agit-il là, à votre avi

||Introduction. — Nous sommes les témoins, et les victimes, de mouvements revendicatifs dont l'arme essentielle est la grève. Or que demandent généralement ces grévistes ? Une augmentation de salaire, à cause de besoins nouveaux dont nos aïeux n'avaient même pas l'idée.Faut-il se réjouir de cette multiplication des besoins ou devons-nous, au contraire, la déplorer...

3 pages - 1,80 €

On dit communément que l'art épistolaire se perd. Montrez, en comparant les moeurs actuelles à celles du passé, quels changements peuvent expliquer la différence du rôle de la correspondance aujourd'hui et autrefois. ?

||INTRODUCTION. - On ne saurait nier les progrès de la science et de l'industrie depuis un siècle : quelle différence entre la vie des contemporains de LOUIS-PHILIPPE, qui en étaient encore à la diligence, et celle des Français de 1940, qui se plaignent, par suite du manque d'essence, d'en être réduits à prendre le train ! Mais il ne...

3 pages - 1,80 €

Expliquez et discutez cette pensée de Montesquieu : « Il n'est pas de chagrin qu'une heure de lecture ne m'aît ôté. » ?

||INTRODUCTION. - Il y a un mois, sous la pression d'un ennemi supérieur en nombre et surtout en matériel, l'armée française se repliait devant l'envahisseur. L'armistice était demandé et nos représentants se rendaient dans cette forêt de Compiègne où, vingt-deux ans auparavant, avait été consacrée la victoire de la France, pour reconnaître sa défaite et accepter les conditions...

3 pages - 1,80 €

L'esprit critique et l'admiration. Cherchez en quoi consistent ces deux dispositions; indiquez les avantages et les inconvénients de chacune d'elles. ?

||INTRODUCTION. - On répète, à la suite d'ARISTOTE, que la vertu est dans un juste milieu. Si, sous cette forme générale, cette proposition est fort discutable, elle répond néanmoins à un grand nombre de cas : bien des défauts ne sont que l'excès d'une qualité, et il suffirait fréquemment de corriger les travers de l'un par les travers...

3 pages - 1,80 €

Expliquer cette pensée de La Bruyère (Caractères, chap. v) : « Il me semble que l'esprit de politesse est une certaine attention à faire que, par nos paroles et par nos manières, les autres soient contents de nous et d'eux-mêmes. » ?

||Notre siècle affairé et besogneux tend à laisser tomber en désuétude les usages établis par des générations moins pressées et à ne conserver que les pratiques utiles et productives. A quoi bon cette étiquette plus gênante encore pour celui qu'elle prétend honorer que pour ceux à qui elle s'impose ? Pourquoi ces artifices de langage qui trompent...

3 pages - 1,80 €

En décrivant un travail qui suppose une attention soutenue, essayer de montrer l'intervention des divers sentiments qui favorisent le maintien de l'attitude attentive. ?

||INTRODUCTION. — L'homme n'est peut-être pas naturellement paresseux, mais il répugne à tout travail imposé et ne s'y livre qu'à contre-coeur. Nous savons quelle énergie l'élève sait déployer pour se dispenser de fournir l'effort d'esprit qu'on exige de lui. Cependant le travail s'effectue. Quand, à la fin de l'année, on fait le bilan des pages rédigées, des connaissances acquises,...

2 pages - 1,80 €

Expliquez et discutez l'une des trois assertions suivantes : 1° la perception est une hallucination vraie (TAINE); 2° les enfants, n'étant pas capables de jugement, n'ont pas de véritable mémoire (ROUSSEAU); 3° en réalité, la conscience est une conséquen

||Cette unique question englobant les trois sujets entre lesquels les candidats avaient à choisir nous invite à proposer un exercice de réflexion sur le travail si important du choix préliminaire à tout travail de composition. Je lis d'abord les premiers mots qui me signifient ce qui est demandé de moi : expliquez et discutez. Indications précieuses : s'il faut...

3 pages - 1,80 €

Le langage ne traduit-il qu'une faible partie de notre pensée, ou faut-il dire avec un philosophe contemporain « Toute pensée est inséparable de son expression et ne vaut que ce que vaut cette expression elle-même. » ?

||Pour DESCARTES et au sens large, la pensée englobe toute la vie intérieure. Dans ce sens, le langage ne traduit qu'une faible partie de notre pensée : la vie affective est inexprimable avec ses nuances propres et sa complexité. Dans la vie intellectuelle elle-même, précisément dans la mesure où elle se mêle d'éléments extra-intellectuels, en particulier de sentiments, il...

1 page - 1,80 €

On admet généralement que la raison est susceptible, au moins dans certains cas, de triompher des passions. Comment cela est-il psychologiquement explicable et quel genre de réalité psychologique faut-il, pour le comprendre, attribuer, d'une part à la ra

||INTRODUCTION. - Il arrive parfois d'entendre dire : « C'est un joueur ou un fumeur incorrigible ! » Et cependant, certains joueurs ou fumeurs invétérés parviennent à triompher de leur passion et à se corriger, soit d'un seul coup, soit par des efforts répétés. On attribue cette guérison à la raison ou à la volonté guidée par la...

2 pages - 1,80 €

Commenter et apprécier cette pensée de Bergson : « La vraie connaissance a moins de rapports avec une information superficiellement encyclopédique qu'avec une ignorance consciente d'elle-même et accompagnée de la résolution de savoir. » ?

||Commenter et apprécier cette pen INTRODUCTION. - Grâce aux progrès de l'imprimerie et à la diffusion de la presse, il ne se passe rien d'important dans le monde qui, d'une façon ou d'une autre, ne parvienne aux oreilles d'un homme moyennement cultivé. Des ouvrages, des revues et des conférences de vulgarisation mettent à sa portée...

3 pages - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com