Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : l une

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 >>

5084 dissertations trouvées

« Il n'y a rien de mieux au monde qu'une vie d'honnête homme; il n'y a rien de meilleur que le pain cuit des devoirs quotidiens. » Que pensez-vous de cette pensée formulée par Charles Péguy dans ses Cahiers de la quinzaine (VIIIe cahier, 7e série, p. 28)

||1. Le choix d'un idéal de vie a préoccupé les sages antiques; il préoccupe toujours les moralistes, les philosophes, les sociologues. Si bien que nous disposons aujourd'hui d'un riche échantillonnage de règles morales, dont tout bachelier pourrait établir la liste, en commençant par les morales stoïcienne, épicurienne et platonicienne pour aboutir à la ...

3 pages - 1,80 €

Certains penseurs nous incitent à croire que le bonheur se trouve dans la liberté. D'autres, au contraire, ne le voient que dans la soumission à une règle. Que pensez-vous de ces deux attitudes ?

|| Introduction. La liberté apparaît, le plus souvent, comme le droit de faire ce qui plaît, de suivre son caprice, d'agir à sa fantaisie, sans subir aucun joug. Vue ainsi, elle semble le bien le plus désirable. Au contraire, le devoir apparaît comme une contrainte, une obligation, une corvée, une punition. Il prend l'apparence concrète...

4 pages - 1,80 €

Avant toute chose, il y a d'abord le métier, disait Goethe, car bien faire « une seule chose » procure « un plus haut développement que d'en faire à demi une centaine ». Que pensez-vous de cette affirmation ?

|| Introduction. Goethe (1749-1832), homme de génie (don naturel) mais aussi de grand talent (apport du travail), pensait que le génie ne suffit pas s'il n'est cultivé. Dans les Années d'apprentissage de Wilhem Meister (qui seront suivies des Années de voyage), ouvrage écrit entre 1794 et 1820, il a montré la nécessité du métier, ...

2 pages - 1,80 €

Commentez ce mot de Pascal : « Nous avons une impuissance de prouver, invincible à tout le dogmatisme. Nous avons une idée de la vérité invincible à tout le Pyrrhonisme.» ?

||  INTRODUCTION «Ce que le désir engendre, remarquait Valéry, est toujours ce qu'il y a de plus clair». L'homme a tendance, en effet, à prendre ses désirs pour des réalités et c'est en ce sens qu'on peut dire que l'amour de la vérité est la cause de bien des erreurs. Parce qu'il aime la vérité, l'homme...

3 pages - 1,80 €

CONSTITUTION D'UNE SCIENCE DE L'HOMME : LA SOCIOLOGIE ?

Les sciences de l'homme sont celles qui se sont constituées le plus tardivement à cause des difficultés particulières que rencontrent en ce domaine l'observation et l'expérimentation et aussi parce que le déterminisme des phénomènes humains est plus douteux que celui des phénomènes naturels. La science, toutefois, considère que, selon un mot de Spinoza, «l'homme...

2 pages - 1,80 €

A la fin de son ouvrage, La Préciosité et les précieux, de Thibaut de Champagne à J. Giraudoux, René Bray, cherchant à définir une « éthique de la préciosité », note (page 395) : « Ne pourrait-on dire que, dans la préciosité, le poète, au fond, est toujo

||En général l'attitude littéraire exprime une volonté de communication avec les autres hommes: écrire, c'est avant tout, semble-t-il, proposer ses idées au jugement d'autrui, à son approbation. Telle  est essentiellement la position de l'écrivain classique, celui-ci allant même jusqu'à considérer qu'un ouvrage n'a de prix qu'après avoir été approuvé par de nombreuses générations...

4 pages - 1,80 €

Paul Valéry donne à l'écrivain ce conseil : « Entre deux mots, il faut choisir le moindre» (Tel Quel, Littérature, 1929). Vous rapprocherez cette boutade de la définition qu'André Gide propose du classicisme : « Le classicisme - et par là j'entends : le

|| Introduction    Tout artiste veut produire un certain effet au moyen d'un certain matériel concret (mots, couleurs, sons, pierres). Quel est le rapport entre les moyens et les effets? Solution classique ou du moins d'esprit classique : le minimum de moyens pour le maximum d'effets. Valéry, Gide, néo-classiques du XXe siècle, se rallient à...

3 pages - 1,80 €

Un critique contemporain définit l'esprit du XVIIIe siècle en ces termes: "Il fallait édifier une politique sans droit divin, une religion sans mystère, une morale sans dogme." Dans quelle mesure et avec quelles nuances ce jugement se trouve-t-il vérifié

|| Introduction Quand on considère l'œuvre du XVIIIe siècle dans son ensemble, elle apparaît comme diverse, contradictoire, voire chaotique. Il semble presque impossible de lui trouver une unité, autrement dit de définir l'esprit du « siècle philosophique ». N'y aurait-il pas moyen, en se plaçant à la source créatrice de ses exigences intellectuelles, de...

4 pages - 1,80 €

Madame de Staël écrit on 1800 dans De la Littérature (Première Partie, chap. 11 ) : « Ce que l'homme a fait de plus grand, il le doit au sentiment douloureux de l'incomplet de sa destinée. Les esprits médiocres sont, en général, assez satisfaits de la vi

||Pendant des siècles la civilisation occidentale avait offert à l'homme comme idéal l'accomplissement de sa propre nature. Ceci, qui est évident dans l'humanisme issu de l'Antiquité, est vrai aussi dans le christianisme traditionnel : même préoccupés de leur salut ni le chrétien médiéval ni le chrétien classique ne ressentent de profond malaise dans leur...

4 pages - 1,80 €

La passion romantique est habituellement présentée comme destruction, ravage, catastrophe. Vous vous demanderez dans quelle mesure le romantisme n'envisage pas tout autant, et même davantage, la passion comme une base pour édifier un monde nouveau. ?

|| 1) Plan très simple, suggéré par l'énoncé même du sujet, qui rappelle d'abord un lieu commun, celui suivant lequel le romantisme se caractériserait par de grandes passions malheureuses (Lamartine et Mme Charles, Musset et George Sand, Vigny et Marie Dorval, etc.) Il sera normal de commencer par rappeler ce lieu commun et d'en dégager...

3 pages - 1,80 €

Commenter ou discuter cette pensée de Paul Valéry : « J'estime philosophe tout homme de quelque degré de culture qu'il soit, qui essaie de temps à autre de se donner une vue d'ensemble, une vision ordonnée de tout ce qu'il sait, et surtout de ce qu'il sa

||  Introduction. — Le mot de philosophe a eu des significations différentes au cours de l'histoire. Le sens donné à ce terme dans l'antiquité n'est point celui que lui donne Auguste Comte, par exemple. Dans le débat classique, un écrivain-philosophe contemporain, Paul Valéry, intervient en disant... — Que penser de cette affirmation, ou plutôt...

1 page - 1,80 €

A quoi reconnait-on qu'une action est morale ?

|| Comment savoir si une action est bonne ou mauvaise ? Quels sont les critères d’une action morale ? De quels critères existent-ils universellement ? Il est aisé pour un homme vivant en société de penser qu’une action morale est celle qui obéit aux lois et aux règles sociales et politiques de son pays. Mais le devoir avant d'être social ,...

2 pages - 1,80 €

Peut-on parler d'une liberté intérieure ?

  On peut donc bien parler d'une liberté intérieure, si l'on entend par cette expression, non pas une volonté creuse et solitaire se repliant sur elle-même et ignorant toute intervention dans le monde ou dans l'espace public, mais le mouvement par lequel un sujet tente de se hausser au niveau d'une existence signifiante et comblée...

10 pages - 1,80 €

Réaliser tous ses désirs, est-ce une bonne règle de vie ?

||La complexité du désir réside dans le fait qu’il aspire à être assouvi mais aussi à ne pas l’être. En effet, le désir assouvi après une éphémère sensation de soulagement libère une place dans l’esprit de l’homme au profit d’un nouveau désir inassouvi. On peut alors se demander si réaliser tous ses désirs est...

4 pages - 1,80 €

Assouvir tous ses désirs est-ce une bonne règle de vie ?

Assouvir tous ses désirs serait une bonne règle de vie dans l'exacte mesure où ces désirs sont discernés par la raison, comme expression de l'ordre de la nature. L'accomplissement des désirs naturels reviendrait à accepter et à approuver cet ordre du monde que les Stoïciens nommaient Destin. Les désirs doivent être accomplis et non...

5 pages - 1,80 €

L'Homme vit-il sans cesse sous la menace et dans la crainte d'une mort imminente ?

- La mort, phénomène banal est aussi commune que la natalité. Et pourtant, comme l’affirme Jankélévitch (La Mort) : « Jamais la répétition du phénomène empirique n’effacera le drame des consciences individuelles ». Pourquoi ? La mort appartient à la fois au domaine de l’expérience et, en un sens, le transcende comme un miracle....

3 pages - 1,80 €

Le langage est-il une trahison de la pensée ?

||On dit souvent que nos paroles ont dépassée notre pensée, comme si les mots avaient spéculé plus vite que nous ou avaient conçu ce que nous ne voulions pas penser : c‘est par exemple le cas des lapsus, qui se représentent comme des paroles qui trahissent nos pensées, c’est-à-dire des paroles qui révèlent nos...

3 pages - 1,80 €

Y a-t-il une compatibilité possible entre entre travail et liberté ?

||Le mot travail vient du latin populaire « tripalium » qui signifie instrument de torture, l’étymologie de ce mot montre donc que le travail est associé à une action que l’on subit et qui est source de souffrances. Par la suite le travail désigne couramment l’ensemble des activités humaines dont le but est de...

6 pages - 1,80 €

La religion peut-elle n'être qu'une affaire privée ?

||La religion peut être définie de plusieurs façons : elle peut tout d’abord être perçue comme un sentiment intérieur du sacré, impliquant donc croyance et foi, ou bien comme un ensemble de pratiques et de rites relatifs à une réalité sacrée. La notion de sacré est prééminente dans ces deux définitions, ce qui s’explique...

3 pages - 1,80 €

Une société peut-elle se concevoir sans religion ?

|| La société désigne tout ensemble dans lequel on constate des rapports réglés et des services réciproques. Elle se caractérise par une culture et une histoire. La religion constitue une culture commune à chaque société. D'après son étymologie: Religare, qui signifie relier les Hommes, les souder, la religion a un aspect unificateur et...

6 pages - 1,80 €

Une culture peut-elle être objectivement jugée ?

Dans son célèbre ouvrage Race et Histoire, Claude Lévi-Strauss critique l’ethnocentrisme, c’est-à-dire le fait de considérer que sa culture est supérieure aux autres. Il relève que cette attitude est profondément enracinée dans la mentalité des hommes, quelle que soit leur civilisation. Les ethnies amérindiennes se traitent entre elles de « singes de terre »...

3 pages - 1,80 €

Une culture peut-elle se reclamer de l'universel ?

|| L'ethnographie et l'ethnologie ont prouvé, plus encore que les récits des anciens voyageurs, combien les solutions adoptées par les diverses cultures humaines pour régler les problèmes liés à la vie collective peuvent être différentes. Doit-on se contenter de constater cette diversité , pour en déduire par exemple que l'humanité elle-même ne se réalise que...

2 pages - 1,80 €

La philosophie a-t-elle encore une place dans un monde surtout dominé par la science ?

||Jusqu'au début du XIXème Siècle, la philosophie couronnait en quelque sorte l'édifice de toutes les connaissances et pouvait aussi être jugée abusivement comme un savoir regroupant précisément les sciences et l'ensemble des domaines qui s'appliquent à la nature et à l'homme.  Ainsi on a pu la considérer comme une forme de "programme" parfait et ...

1 page - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com