Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : son

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 >>

4847 dissertations trouvées

Au mois d'octobre 1750, paraissait le prospectus de l'Encyclopédie, Vous supposerez que Diderot, quelques semaines auparavant, écrit à Voltaire pour lui demander sa collaboration. Il lui montre la grandeur et l'utilité de ce dictionnaire raisonné des sci

|| 1° CIRCONSTANCES : tout d'abord, il convient de se reporter à l'histoire de l'Encyclopédie et de ses vicissitudes. A l'origine, l'Encyclopédie, devait être une simple traduction française de l'Encyclopédie des Arts et des Sciences (1727) de l'Anglais Chambers, Le libraire Le Breton, après la mort de Sellius et l'abandon de Mills, ses deux premiers...

1 page - 1,80 €

Expliquer et commenter ce vers où André Chénier a résumé sa théorie poétique : "Sur des pensers nouveaux faisons des vers antiques".

||Ce vers est extrait du poème l'Invention, qui devait servir de préface à l'Hermès, épopée de la pensée moderne. Il contient à la fois la deuxième manière de concevoir l'imitation des Anciens et le problème de la poésie scientifique.    L'antithèse entre pensers nouveaux et vers antiques est expliquée par le contexte :  Tous...

1 page - 1,80 €

Corneille a écrit de la tragédie : « Sa dignité demande quelque grand intérêt d'Etat ou quelque passion plus noble et plus mâle que l'amour, telles que sont l'ambition ou la vengeance, et veut donner à craindre des malheurs plus grands que la perte d'une

||Les deux parties de cette dissertation sont indiquées par le texte même : expliquer — discuter. L'explication est donnée par les sujets précédents, par la doctrine de la tragédie grande. Le texte de Corneille vous dirige cependant ici vers les exemples qui devront nourrir votre développement; montrez comment dans les tragédies de Corneille, lorsque...

1 page - 1,80 €

Saint-Evremond écrivait de Corneille : « Il fait mieux parler les Grecs que les Grecs, les Humains que les Romains, les Carthaginois que les citoyens de Carthage ne parlaient eux-mêmes. » Dans sa pensée c'est un éloge. Seriez-vous de son avis ?

||Il faut d'abord bien comprendre le sujet, préciser le sens de « fait mieux parler ». Saint-Evremond ne veut évidemment pas dire qu'il leur prête un langage plus correct, de qualité littéraire supérieure. C'est la convention de presque toutes les pièces de théâtre (sauf celles qui visent au réalisme) ; même des gens cultivés...

1 page - 1,80 €

L'expression du jugement personnel de Montaigne dans les Essais fait-elle de cet auteur un critique sévère de la société de son temps ?

||Michel Eyquem de Montaigne a entrepris de dicter les Essais autour de 1572. Les Essais se nourrissent autant de son expérience d'homme dévoué à la communauté (Montaigne fut Maire de Bordeaux) autant que de son expérience des lecture de l'humanisme dans la « retraite » de sa « librairie ». Montaigne publie les livres I et II à...

4 pages - 1,80 €

La thèse de HUME sur l'identité personnelle et sur le problème de la conscience ?

||Ou donc trouver l’identité du sujet ? A cette question, David Hume répond de manière très claire dans cet extrait : l’identité n’est pas cette chose simple et uniforme que l’on pourrait saisir par delà les variations incessantes de la perception : l’identité du sujet n’est pas constituée d’autres choses que le flux multiforme de...

3 pages - 1,80 €

Les ennemis de Boileau : Cotin, Boursault, Pradon, etc., lui ont souvent reproché sa grossièreté, son ignorance des « bienséances », des règles du « bon goût». Que pensez-vous de ce reproche ?

||Pour traiter ce sujet, il faut d'abord bien comprendre le sujet, le sens des reproches de Cotin et des autres. De pareilles critiques n'auraient aucun sens aujourd'hui. Mais il faut se souvenir des exigences du bon ton et du bon goût à l'époque classique ; on en retrouve les échos dans les Précieuses ridicules...

1 page - 1,80 €

Parmi les héroïnes de Racine, quelle est celle qui vous semble la plus humaine, la plus proche de vous, la plus facile à transporter, sans rien changer à son caractère, dans une pièce moderne ?

||Dans presque toutes les œuvres d'un passé assez lointain, la différence des temps entraîne des conceptions d'art plus ou moins différentes; pour dégager l'intérêt humain actuel, il faut transposer, ne pas tenir compte de certaines conventions. La convention de la tragédie est qu'elle doit mettre à la scène des événements historiques (ou de légende...

1 page - 1,80 €

Racine écrit dans la Préface de Bérénice : « Il n'y a que le vraisemblable qui touche dans la tragédie. » Définissait-il ainsi le caractère essentiel de son oeuvre dramatique ?

||Il est fort utile, pour traiter ce sujet, de connaître les discussions poursuivies par les théoriciens pendant tout le XVIIe siècle sur le sens du « vraisemblable ». Comme on voulait se conformer à la raison et à la nature, on était bien obligé de condamner les sujets qui transportaient, dans le monde du...

1 page - 1,80 €

Taine a dit du théâtre de Racine : « Dans ce théâtre, qui ne parle ni de son temps ni de sa vie, je trouve l'histoire de sa vie et de son temps. » Expliquer et discuter ce jugement. ?

   ||Deux parties évidemment dans cette opinion : l'histoire de la vie de Racine, l'histoire de son temps. Vous pouvez écarter rapidement la première, car nous ne savons presque rien de l'histoire de Racine à l'époque où il a écrit ses tragédies. Il est évident que s'il a si bien peint les passions de l'amour,...

1 page - 1,80 €

La Fontaine avait beaucoup de goût pour les lectures et discussions philosophiques. Il lisait, s'il faut l'en croire, Platon; il discutait le système de Descartes; il s'engouait, grâce à son ami Bernier, de la philosophie de Gassendi, etc. Dans quelle me

||Il y a lieu, tout d'abord, d'éviter une méprise. Ne pas confondre philosophie et morale. La nature de la morale de La Fontaine n'en fait pas un philosophe. On n'est pas nécessairement un philosophe parce qu'on dit : « La raison du plus fort est toujours la meilleure — Ne forçons pas notre talent...

2 pages - 1,80 €

Dans le Misanthrope, dans l'Avare, dans le Tartuffe, dans les Femmes savantes, « il y a une comédie de caractère et une comédie de moeurs intimement associées. Chacune est comédie de caractère par le personnage principal : Alceste, Harpagon, Tartuffe, Ph

||Pour bien traiter ce sujet, il faut concevoir nettement la différence entre la comédie de caractère et celle de mœurs. La comédie de caractère étudie en principe les formes de caractère qui sont de tous les temps et de tous les pays; celle de mœurs s'attache à certaines façons de penser et de vivre...

1 page - 1,80 €

La Bruyère écrit dans la Préface des Caractères : « Je rends au public ce qu'il m'a prêté; j'ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage. » En concluriez-vous que l'ouvrage de La Bruyère est un livre d'observation rigoureusement impersonnel et que rien

||La manière même dont le sujet est formulé vous montre qu'il ne peut pas être question de voir dans les Caractères des sortes de confessions où La Bruyère exposerait ouvertement ses opinions et ses goûts. Ces lignes que La Bruyère met en tête de son ouvrage montrent bien que ses intentions sont conformes à...

1 page - 1,80 €

Dans quelle mesure peut-on se sentir maître de son futur ?

|| L'homme moderne vit dans le présent, mais tout lui dicte de préparer son avenir : l'école, la société, l'évolution technique. Mais « dans quelle mesure peut-on se sentir maître de son futur » ? La donnée de base est qu'effectivement l'être humain éprouve le besoin et le désir viscéral de cette maîtrise, et qu'il...

2 pages - 1,80 €

Définissez l'égoïsme. Montrez que l'égoïste, en s'abandonnant à son penchant, agit à l'encontre de son intérêt. ?

|| Ce qu'est l'égoïsme, pourquoi il est déplaisant; ses effets funestes sur le coeur et l'intelligence de l'homme qui est atteint de ce défaut grave. Si l'on en croit La Rochefoucauld, nous sommes tous égoïstes. Montrer ce qu'il y a d'excessif dans son assertion: nombreux sont les actes d'altruisme dont nous sommes les témoins...

1 page - 1,80 €

Vous développerez, autant que possible à l'aide de souvenirs personnels et précis, ces lignes de George Sand : « Oh ! Quel est celui de nous qui ne se rappelle avec amour les premiers ouvrages qu'il a dévorés ou savourés ? La couverture d'un bouquin poud

||La vie cultive, façonne les dispositions innées de l'enfant pour en faire un homme dans le coeur duquel subsisteront néanmoins les premiers sentiments, les premières impressions. Aussi est-ce avec ferveur que vous revoyez, devenu grand, les témoins et les confidents de votre enfance, jouets, livres, livres surtout. Leur consultation vous rappelle de chers souvenirs: citer comme exemple des...

2 pages - 1,80 €

Des relations politiques sans domination ni pouvoir sont-elles possibles ?

||La politique est l’art de conduire les affaires de l’État,  et les relations politiques, ce sont les rapports qui unissent les hommes ou les groupes d’homme dans le cadre de la gestion d’un État. Les relations politiques peuvent donc désigner le rapport des citoyens et des hommes chargés de mener la marche d’un ...

6 pages - 1,80 €

Quelles sont les deux ou trois qualités morales auxquelles vous attachez le plus d'importance ?

|| A chacun d'indiquer les qualités morales qu'il apprécie le plus. On peut choisir, notamment, la loyauté, la gratitude, la bonté. Dire ce que sont les qualités qu'on préconise, en faire ressortir les heureux effets et, de cette façon, justifier son choix. Au premier rang de toutes les vertus, je place la loyauté, cette belle...

1 page - 1,80 €

Expliquez cette pensée de Voltaire : « Il n'est point ici-bas de moisson sans culture. » ?

|| Exactitude de la pensée, au point de vue matériel, nu point de vue du développement de l'individu, physique, intellectuel et moral; en vue aussi de la préparation d'une vieillesse heureuse, fruit du labeur et de l'épargne. En d'autres mots, on n'a rien sans effort. Quand nous admirons un magnifique champ fie blé, dont les...

1 page - 1,80 €

Le dévouement. Est-ce un devoir ? Quelles sont ses formes les plus brillantes et les plus humbles? Quelles sont les plus méritoires ?

|| Définition du dévouement. Il est inspiré par quelque noble sentiment. Ce n'est pas une obligation stricte, mais la résultante de nos sentiments humains. Il y a des actes de dévouement brillants, qu'en général la foule connaît; il y en a d'obscurs aussi, ce sont peut-être les plus méritoires.   Le dévouement est le don de...

1 page - 1,80 €

On dit de certaines personnes qu'elles sont les « mouches du coche ». Que signifie ce mot ? D'où vient-il ? Montrez à l'oeuvre une « mouche du coche ». ?

||Rappeler, en la résumant, la fable: le Coche et la Mouche. Montrer que, dans la vie courante, maintes interventions inopportunes, indésirables (dire pourquoi) font comparer leurs auteurs avec la mouche du coche. Ces officieux sont souvent des indiscrets. Terminer par un éloge de la discrétion. Il y a, dans l'oeuvre admirable de La Fontaine, une fable tout particulièrement jolie...

1 page - 1,80 €

On a souvent comparé les âges de la vie aux quatre saisons de l'année. Dites en quoi cette comparaison vous parait juste et quelles réflexions elle vous suggère. ?

|| Parler des saisons, en établissant pour chacune d'elles un parallèle entre les phénomènes de la nature (phénomènes atmosphériques, végétation, etc.) et la vie de l'homme (enfance, âge adulte, maturité, vieillesse). L'hiver, c'est le déclin. Faisons eu sorte de laisser après nous un exemple salutaire, une survivance. C'est le printemps; le soleil brille dans un...

1 page - 1,80 €

Un homme qui refuse de s'adapter à la réalité est ordinairement jugé déraisonnable. Mais l'adaptation à la réalité est-elle nécessairement un indice de raison ?

||CONSEILS PRÉLIMINAIRES La façon dont est libellé le sujet indique sinon le détail du plan à suivre, du moins le sens général de la démarche de la réflexion. Nous suggérons de ne pas étudier d'une façon séparée les deux phrases. Les principaux concepts devront faire l'objet d'une analyse préliminaire afin de ne pas éparpiller...

6 pages - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com