Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : n ont

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 >>

4321 dissertations trouvées

Un critique contemporain définit comme il suit le XVIe siècle: "Grand siècle d'explosion et d'invention, d'efforts enthousiastes et de surprises émerveillées, le plus brûlant, le plus avide et tout ensemble le plus frais de notre histoire littéraire." Ex

||Les générations littéraires successives éprouvent souvent le curieux besoin de se donner un âge. C'est ainsi que les romantiques se pensent vieux ou du moins « venus trop tard dans un monde trop vieux », comme dit Musset. A partir de 1890, la littérature se juge elle-même « fin de siècle». Certaines époques se...

7 pages - 1,80 €

Paul Valéry donne à l'écrivain ce conseil : « Entre deux mots, il faut choisir le moindre» (Tel Quel, Littérature, 1929). Vous rapprocherez cette boutade de la définition qu'André Gide propose du classicisme : « Le classicisme - et par là j'entends : le

|| Introduction    Tout artiste veut produire un certain effet au moyen d'un certain matériel concret (mots, couleurs, sons, pierres). Quel est le rapport entre les moyens et les effets? Solution classique ou du moins d'esprit classique : le minimum de moyens pour le maximum d'effets. Valéry, Gide, néo-classiques du XXe siècle, se rallient à...

3 pages - 1,80 €

Commentez cette opinion d'André GIDE: "Il me semble que les qualités que nous nous plaisons à appeler classiques sont surtout des qualités morales et volontiers je considère le classicisme comme un harmonieux faisceau de vertus dont la première est la mo

|| Introduction Alors que le mot « classique » implique de façon usuelle une certaine froideur, bien éloignée de l'élan qui nous semble propre à la quête d'une morale, on a voulu voir parfois dans l'attitude du créateur classique, plus qu'une attitude esthétique et plus qu'une question d'École, une attitude devant la vie, bref une ...

3 pages - 1,80 €

Vie et oeuvre de MONTESQUIEU ?

Magistrat, écrivain, consacre ses analyses à l'histoire politique. Après une longue réflexion sur les causes de la grandeur et de la décadence de Rome, il tente une synthèse dans un livre lentement mûri : l'Esprit des lois. Ce texte, par des définitions (« les lois sont les rapports nécessaires qui dérivent de la nature des choses ») et...

3 pages - 1,80 €

Les sciences de la nature ont elle affaire à la nature ?

xxx ?||    Que sont les « sciences de la nature » ? C’est un groupe de sciences constitué par la physique, la biologie, la chimie, l’astronomie, etc., qui se distinguent aussi bien des sciences formelles (comme les mathématiques ou la logique) parce qu’elles font intervenir de l’expérience et portent sur un objet concret, que des sciences humaines ou...

4 pages - 1,80 €

Un critique contemporain définit l'esprit du XVIIIe siècle en ces termes: "Il fallait édifier une politique sans droit divin, une religion sans mystère, une morale sans dogme." Dans quelle mesure et avec quelles nuances ce jugement se trouve-t-il vérifié

|| Introduction Quand on considère l'œuvre du XVIIIe siècle dans son ensemble, elle apparaît comme diverse, contradictoire, voire chaotique. Il semble presque impossible de lui trouver une unité, autrement dit de définir l'esprit du « siècle philosophique ». N'y aurait-il pas moyen, en se plaçant à la source créatrice de ses exigences intellectuelles, de...

4 pages - 1,80 €

Vous examinerez ce jugement de Maine de Biran: "Les philosophes du XVIIIe siècle n'ont pas connu l'homme" ?

||On appelle volontiers le XVIIe siècle, le « siècle des philosophes », marquant par là que c'est un siècle d'idéologues plutôt qu'un siècle de fins connaisseurs de l'âme humaine. C'est, en fait, un siècle qui souffre de la comparaison avec le siècle qui le précède, siècle des moralistes, et avec le siècle qui le...

5 pages - 1,80 €

Madame de Staël écrit on 1800 dans De la Littérature (Première Partie, chap. 11 ) : « Ce que l'homme a fait de plus grand, il le doit au sentiment douloureux de l'incomplet de sa destinée. Les esprits médiocres sont, en général, assez satisfaits de la vi

||Pendant des siècles la civilisation occidentale avait offert à l'homme comme idéal l'accomplissement de sa propre nature. Ceci, qui est évident dans l'humanisme issu de l'Antiquité, est vrai aussi dans le christianisme traditionnel : même préoccupés de leur salut ni le chrétien médiéval ni le chrétien classique ne ressentent de profond malaise dans leur...

4 pages - 1,80 €

Quels sont les rapports du conscient et de l'inconscient ?

||Chaque individu humain possède le conscient et l'inconscient. Etymologiquement, la conscience désigne la connaissance de soi-même. La conscience spontanée relève de tout ce qui nous parvient et que nous apercevons. La conscience réflexive est propre à l'homme, elle est synonyme d'invention et de liberté comme le pensait Bergson. Elle permet de retourner la ...

2 pages - 1,80 €

La notion d'inconscient contredit-elle l'exigence morale ?

||On suppose ordinairement que seule une conscience, en tant que faculté de représentation est susceptible de donner un sens à un acte humain. Cependant, l'hypothèse d'un inconscient pose que toute action a un sens, y compris celles qui sont mises habituellement au compte du corps seul (ainsi le symptôme hystérique, le rêve, le lapsus...). Certes,...

3 pages - 1,80 €

Les relations humaines sont-elles nécessairement conflictuelles ?

||La question de savoir si les rapports avec les autres sont-ils nécessairement de l'ordre du conflit porte sur les relations humaines, dont on se demande si elles peuvent échapper au conflit - possibilité que pousse à examiner l'adverbe "nécessairement".    Les rapports avec les autres sont ceux que des sujets sont amenés à entretenir...

4 pages - 1,80 €

Science et technique sont-il toujours légitimes ?

||Au cours des étapes de l'évolution de l'homme, le stade de l'Homo habilis se caractérise par son habileté à pouvoir utiliser des outils qu'il a lui-même créés afin de pouvoir agir sur son environnement et y évoluer. Il a ainsi appris entre autres, à maîtriser le feu et à se doter des moyens pour ...

3 pages - 1,80 €

Les hommes ont-ils conscience de leur histoire ?

Même si les hommes se définissent par la conscience de leurs actes, ils ne peuvent savoir l'histoire qu'ils font du fait de leur liberté et de la combinaison complexe de ces libertés et aspirations. Toute tentative de promettre un savoir de ce type, au mieux est soumise à l'échec, au pire tombe dans l'idéologie....

4 pages - 1,80 €

La vérité relève-t-elle de ce qui est démontrable ?

||Celui qui recherche la vérité, et c’est là l’un des grands enjeux du philosophe, se trouve rapidement devant l’impossibilité de la reconnaître aisément lorsqu’il la rencontre : en effet, celle-ci se définit d’après Saint Thomas d’Aquin comme « adéquation entre l’intellect et la chose », entre l’objet et sa réalité. Or la réalité d’un...

4 pages - 1,80 €

Les lois ne sont-elles que l'expression d'un rapport de force ?

||Les lois sont un ensemble de règles, de normes, destinées à organiser une société, à y maintenir l'ordre, la justice et à favoriser les progrès. Les lois constituent le droit positif propre à un pays. Elles représentent une certaine contrainte pour les citoyens, puisqu'ils doivent les appliquer sous peine de sanctions.  Cette contrainte pourrait...

2 pages - 1,80 €

Ne rencontrer aucun obstacle est-ce être libre ?

La liberté ne peut donc pas se résumer à une absence d'obstacle qui la rendrait absolue. Cette liberté est rêvée de tous, faire ce que l'on veut quand on veut dans le meilleur des mondes est un fantasme, mais est malheureusement la pensée première que l'on a quand nous devons définir ce terme inclus...

3 pages - 1,80 €

La liberté est-elle en contradiction avec l'obéissance ?

Nous voyons ainsi comment celui qui se soumet à une obéissance pouvant durer infiniment longtemps a renoncé à la liberté. Cela ne veut cependant pas dire que ceux qui obéissent à une même autorité toute leur vie ne sont pas libres. Ils peuvent en effet renouveler à chaque instant leur obéissance temporaire, en ayant...

2 pages - 1,80 €

Nietzsche considère comme une tendance fondamentale la volonté de puissance. Définir cette tendance et en apprécier l'importance.

|| Introduction. — Ce terme un peu mystérieux, volonté de puissance, revient souvent dans les œuvres de Nietzsche.  Ces mots devaient servir de titre à l'ouvrage qu'il composait aux derniers mois de sa vie consciente. Que signifie exactement cette expression ? et quelle importance a la tendance ainsi désignée ?   1re partie — Définition. L'homme,...

2 pages - 1,80 €

Discutez cette pensée de Schopenhauer : « Tous sont aptes à raisonner, mais peu à juger. » ?

||  Introduction. — Les psychologues ont d'ordinaire rapproché jugement et raisonnement. Le grand pessimiste Schopenhauer distingue profondément ces deux opérations lorsqu'il écrit, avec son habituel mépris de l'humanité : « Tous sont aptes à raisonner, mais peu à juger. » 1re partie. — Au premier abord il paraît difficile d'accepter cette réflexion dans son ensemble...

1 page - 1,80 €

Commentez cette pensée d'Emile Boutroux : « L'esprit scientifique, c'est essentiellement le sens du fait, comme source, règle, mesure et contrôle de toutes connaissance. »

|| Introduction. — Le savant doit posséder de multiples qualités. Aucune peut-être n'est plus indispensable que l'esprit scientifique. Mais comment définir cet esprit ? Un grand philosophe presque contemporain, Emile Boutroux, propose la formule suivante : ... 1re partie. — Explication des mots sens du fait. L'expression doit être interprétée dans sa signification la...

1 page - 1,80 €

Commentez et discutez cette pensée d'Emile Boutroux : « Les mathématiques sont une adaptation volontaire et intelligente de la pensée aux choses ». ?

||  Introduction. — Définition des mathématiques. Problème de l'origine des premières notions mathématiques. A cette question traditionnelle Boutroux répond par cette formule saisissante : « Les mathématiques sont une adaptation volontaire et intelligente de la pensée aux choses ».   1e partie. — La pensée serait repoussée pour deux raisons différentes par :  A....

1 page - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com