Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : ont

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 >>

4321 dissertations trouvées

Quelles sont les limites de la démonstration rationelle d'après PASCAL ?

|| Pascal (1623-1662), mathématicien, physicien, philosophe et écrivain. Bien qu'il soit l'un des plus grands scientifiques de son temps, il considéra que les vérités révélées par la religion chrétienne et auxquelles on adhère par la FOI sont beaucoup plus importantes pour les hommes que les vérités établies par les sciences, par l'intelligence limitée des hommes....

4 pages - 1,80 €

Vous commenterez ce jugement de Sainte-Beuve sur Montaigne : « Ce n'est pas un système de philosophie, ni même avant tout un sceptique, mais la nature... la nature au complet sans la grâce » (Port-Royal). ?

||Première grande oeuvre de Sainte-Beuve, le Port-Royal se présente comme une évocation vivante du couvent janséniste et, à travers lui, du siècle entier : « Le cloître d'abord rétréci va jusqu'au bout du grand règne qu'il a devancé et l'éclairé de son désert par des jours profonds et imprévus. » Il est normal que...

3 pages - 1,80 €

PASCAL, lecteur de Montaigne

|| « La France éternellement, sera en état de dialogue », disait naguère encore un essayiste contemporain. Le Français est discuteur, c'est là son moindre défaut. C'est un lecteur acharné, c'est sa plus grande qualité. Ronsard a lu Pindare, Boileau a lu Horace, Pascal a lu Montaigne; mais lorsque Pascal entreprend un « exercice sur...

2 pages - 1,80 €

On présente ordinairement Leconte de Lisle comme le poète du pessimisme. Qu'en pensez-vous ?

|| Poète du pessimisme peut-être, poète intellectuel en tout cas : Leconte de Lisle, en effet, prétend nourrir d'idées sa poésie. « Toute vraie et haute poésie contient une philosophie, quelle qu'elle soit, aspiration, espérance, foi, certitude — ou renoncement réfléchi et définitif au sentiment de notre identité survivant à l'existence terrestre. »   I....

3 pages - 1,80 €

Vous tenterez de répondre à la question posée par La Bruyère : « D'où vient que l'on rit si librement au théâtre et que l'on a honte d'y pleurer ? » (La Bruyère, Caractères, Des Ouvrages de L'Esprit, 50). ?

|| On pourra dans l'introduction délimiter le problème en rejetant quelques explications faciles. On ne peut pas se contenter en effet de répondre à La Bruyère que ses contemporains hésitaient à pleurer au théâtre parce que les convenances mondaines le leur interdisaient ; c'est vrai, certes, mais cela n'explique pas grand chose. On pourrait dire...

2 pages - 1,80 €

Que pensez-vous de cette opinion d'Emile Faguet : « La littérature française n'est point populaire, parce qu'aucune littérature n'est populaire. Il faut en prendre son parti : la littérature et l'art ne sont populaires qu'à la condition d'être médiocres

|| Le succès de Jean Vilar a remis en vogue le principe même du théâtre populaire. Mais il n'y a pas que le théâtre qui puisse être populaire : toute la littérature peut s'élever à ce degré de vie, de concret, de réalité parfaitement accessible au grand public et donner ainsi l'impression d'être populaire....

4 pages - 1,80 €

Baudelaire affirmait en 1859 : « Je crois que l'art est et ne peut être que la reproduction exacte de la nature ». Au contraire, un critique de la Revue des Deux Mondes déclarait quelques années plus tard : « L'art est dans le choix, dans l'interprétatio

|| C'est traditionnellement à l'auteur de la Poétique et de l'Organon que l'on fait remonter la première mise en forme de cette idée simpliste : que l'art se bornerait à être une image du réel. Aristote aurait dit que l'art était la copie de la réalité, construite à la ressemblance de la vie, à l'instar du quotidien...

3 pages - 1,80 €

« Les choses absurdes sont les seules agréables, les seules belles, les seules qui donnent de la grâce à la vie et qui nous empêchent de mourir d'ennui. Un poème, une statue, un tableau raisonnable feraient bâiller tous les hommes, même les hommes raison

|| Plus que nulle autre, notre époque s'impose par son amour du nouveau, de l'inédit, voire de l'étrange ou de l'inaccoutumé. On peut trancher d'un mot en disant qu'elle a privilégié l'absurde au point de l'ériger en théorie littéraire, sinon en système philosophique. Albert Camus n'a-t-il pas fondé naguère avec le Mythe de Sisyphe, l'«...

2 pages - 1,80 €

« POETE. Synonyme (noble) de nigaud (rêveur). POESIE (La). Est tout à fait inutile : passée de mode. » Telles sont les définitions que Flaubert note avec ironie dans le Dictionnaire des idées reçues. Votre expérience de lecteur (ou de créateur) vous inci

||Lorsqu'on connaît les conceptions littéraires de Flaubert, son goût pour le réalisme et l'objectivité, ses opinions sur la poésie qui transparaissent parfaitement dans la satire qu'il a faite du romantisme, on est amené à considérer le caractère excessif et trop subjectif de son jugement. Ainsi, je ne partage pas sa pensée car je suis...

2 pages - 1,80 €

Henry Miller écrit : « A quoi servent les livres, s'ils ne nous ramènent pas vers la vie ?... Notre espoir à tous, en prenant un livre, est de rencontrer un homme selon notre coeur, de vivre des tragédies et des joies que nous n'avons pas le courage de p

||Henry Miller émet ici un jugement catégorique : « A quoi servent les livres, s'ils ne nous ramènent pas vers la vie ?» En effet, cette interrogation n'est qu'oratoire. Toutefois, il est incontestable qu'une partie importante de la littérature n'assume pas ce rôle ; et nous nous demanderons pour quelles raisons. D'autre part, si...

3 pages - 1,80 €

On voulait démontrer à Alain que les Fables de La Fontaine ne conviennent pas aux écoliers : « Ils ne peuvent en saisir tout la beauté. » «Je l'espère bien ! » répondit-il. Comment comprenez-vous ce paradoxe ? A un âge où vous êtes capable de lire de faç

||Qui n'a pas connu le bonheur du premier livre, qui n'était pas le premier lu — celui-là est oublié à jamais, disparu dans les oubliettes de la mémoire —, mais celui qui, le premier, nous a fait aimer la lecture ? Et si nous n'en gardons plus qu'un souvenir diffus, un parfum de féerie,...

2 pages - 1,80 €

Pensez-vous comme André Malraux que la vie privée des grands créateurs n'est qu'un « misérable tas de petits secrets » dont le lecteur n'a guère besoin, ou croyez-vous au contraire qu'une telle connaissance contribue précieusement à la bonne intelligence

||Les biographies, d'une utilité longtemps irréfutable, se sont vues quelque peu dépréciées depuis peu, notamment par les adeptes de la « nouvelle critique ». Beaucoup pourtant y restent attachés, et il n'est d'édition scolaire ou érudite qui ne présente de notice biographique, même succincte : un tel débat, qui remet en question les méthodes...

2 pages - 1,80 €

Pensez-vous comme André Malraux que la vie privée des grands créateurs n'est qu'un « misérable tas de petits secrets » dont le lecteur n'a guère besoin, ou croyez-vous au contraire qu'une telle connaissance contribue précieusement à la bonne intelligence

||La plupart des bonnes maisons d'édition, lorsqu'elles publient l'oeuvre intégrale d'un artiste, y adjoignent une biographie détaillée de l'auteur. Des gens intelligents, critiques et universitaires, travaillent thèses et mémoires.  Or, notoirement, la majorité du public ne consulte que très peu ces pages. Et André Malraux le justifie en écrivant : « La vie privée...

2 pages - 1,80 €

On a parlé des musées ou des bibliothèques en des termes très contradictoires. Pour les uns, ce sont des « cimetières de l'art», des «bazars neutres» ou des «asiles posthumes». Pour d'autres, ce sont des « sanctuaires », des « médiateurs indispensables e

xxx ?|| Les oeuvres d'art, peintures, sculptures ou manuscrits, qui sont vendues dans les grandes salles des ventes parisiennes à des prix exorbitants, sont pour la plupart destinées à être exposées dans les salles des musées ou dans les rayons des bibliothèques nationales. On peut alors se demander quels sont l'intérêt et le rôle de ces...

2 pages - 1,80 €

Que ce soit dans le domaine du roman, de l'autobiographie, du théâtre ou de la poésie, la littérature fait souvent de larges emprunts à l'Histoire : Corneille fait revivre dans ses pièces des héros romains, Mme de La Fayette nous dépeint dans La Princess

||Une oeuvre littéraire exige parfois un solide support historique. Le romancier comme l'auteur de théâtre créent ou animent des personnages divers. Ils doivent alors s'efforcer de les replacer dans leur époque. Ainsi Flaubert ne s'est-il pas transformé en archéologue pour faire revivre Salammbô ? Le poète, lui, veut parfois exalter un événement ou un...

2 pages - 1,80 €

Montaigne, dans un chapitre de son grand livre Les Essais, écrit au XVIe siècle : « La force, la violence peuvent quelque chose, mais non pas toujours tout. » Vous expliquerez cette formule et vous direz si, à votre avis, le spectacle du monde actuel jus

||Montaigne au XVIe siècle écrivait : « La force, la violence peuvent quelque chose, mais non pas toujours tout. » Il citait là deux formes d'intervention en vue de régler tout problème national ou international. De nos jours, cette affirmation se discute et s'explique encore car elle s'applique à de nombreux événements mondiaux, et...

2 pages - 1,80 €

Etes-vous d'accord pour dénoncer avec le philosophe Nietzsche « ceux pour qui l'art se réduit à un aimable à-côté de la vie, à un colifichet dont le sérieux de l'existence peut aisément se passer » ?

||Encore de nos jours, les avis sont partagés à propos de l'art. A ce sujet, le philosophe Nietzsche dénonce « ceux pour qui l'art se réduit à un aimable à-côté de la vie, à un colifichet dont le sérieux de l'existence peut aisément se passer». Nous nous attacherons d'abord à ceux qui considèrent l'art...

2 pages - 1,80 €

Depuis l'Antiquité, le couple occupe dans la littérature une place privilégiée. On le rencontre dans tous les genres au coeur même des intrigues. Sans céder à la tentation du catalogue, mais en vous référant à quelques exemples précis, vous étudierez le

|| Les jours où le ciel est bien trop gris, où l'âme rejoint son domaine pour y créer la réflexion, l'homme peut apercevoir une ligne. Il ne peut en concevoir la fin car elle touche l'Infini, mais il peut observer une silhouette qui par sa position verticale nuance le paysage horizontal. Le regard voit alors...

3 pages - 1,80 €

« La vérité de demain se nourrit de l'erreur d'hier [...] les contradictions à surmonter sont le terreau même de notre croissance. » Expliquez et commentez cette affirmation introduite par Saint-Exupéry dans sa Lettre à un otage. ?

||Erreur et vérité : les deux termes s'opposent, dans le langage ordinaire. Ils forment même une antithèse absolue, qu'on ne saurait réduire sans paraître une sorte de Tartuffe, à tout le moins un coupeur de cheveux en quatre, un sophiste qui se plaît aux arguments spécieux. Mais que de concepts Saint-Exupéry revisa, depuis l'adolescence!...

3 pages - 1,80 €

« Un art s'affirme contre le goût des multitudes et non dans une infinie complaisance aux désirs des multitudes. » Expliquez et discutez cette pensée. ?

I. En fait, il y a trois sortes d'artistes : a) Ceux qui répondent aux désirs de la génération attachée au bon vieux temps. Ainsi les néo-classiques de la fin du XVIIIe et des débuts du XIXe siècle : l'abbé Delille, par exemple. b) Ceux qui expriment très exactement ce que souhaite la «...

1 page - 1,80 €

Certains penseurs nous incitent à croire que le bonheur se trouve dans la liberté. D'autres, au contraire, ne le voient que dans la soumission à une règle. Que pensez-vous de ces deux attitudes ?

|| Introduction. La liberté apparaît, le plus souvent, comme le droit de faire ce qui plaît, de suivre son caprice, d'agir à sa fantaisie, sans subir aucun joug. Vue ainsi, elle semble le bien le plus désirable. Au contraire, le devoir apparaît comme une contrainte, une obligation, une corvée, une punition. Il prend l'apparence concrète...

4 pages - 1,80 €

Devant la multitude des ouvrages qui vulgarisent la science et en font un objet de rêveries romanesques, certains penseurs regrettent le temps où elle n'était accessible qu'à un petit nombre de savants et de gens informés. Que pensez-vous de cette attitu

||Depuis quelques décades, on observe une augmentation régulière du nombre des livres consacrés à la science, des articles de revues, de magazines ou de journaux, des chroniques radiophoniques, des documentaires cinématographiques qui vantent ou expliquent une invention, une découverte. Sans doute le grand public exige-t-il cette vulgarisation devenue une véritable industrie. Au lieu...

4 pages - 1,80 €

«L'histoire humaine peut bien dans ses passions, dans ses préjugés, dans tout ce qui relève de ses impulsions immédiates être un éternel recommencement, mais il y a des pensées qui ne recommencent pas, ce sont les pensées qui ont été rectifiées, élargies

||  «La colère d'Achille, illustre entre toutes et depuis trois mille ans célébrée, enferme toutes les colères. Toutes les passions comparaissent en cette scène sublime où la tente du héros étant entr'ouverte on le voit qui se dompte lui-même par le chant et la cithare, gagnant une heure après l'autre sur la colère infatigable». Ainsi...

5 pages - 1,80 €

Bonté, Bon sens, Bonne volonté.

xxx ?||La vertu est ce qui fait la qualité morale d'un homme. Le Vocabulaire philosophique de Lalande la définit comme une « disposition permanente à vouloir accomplir une sorte déterminée d'actes moraux» (une vertu) ou encore comme «disposition permanente à vouloir le bien; habitude de le faire» (la vertu). Etant admis qu'une vie morale est...

3 pages - 1,80 €

LA VOLONTÉ (cours de philosophie)

La volonté est la puissance qu'a l'homme de se déterminer lui-même. 11 s'agit de savoir en quoi consiste cette puissance et si elle est autre chose qu'une illusion.   I. L'ACTE VOLONTAIRE - A - Conscience et volonté. La psychologie classique distingue dans l'acte volontaire quatre moments : la conception, la délibération, la décision et l'exécution. ...

2 pages - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com