Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : amis

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>

416 dissertations trouvées

L'Etat est-il l'ami ou l'ennemi de l'individu ?

INDICATIONS DE LECTURE• Méditer ce texte de Marx et Engels."C'est justement cette contradiction entre l'intérêt particulier et l'intérêt collectif qui amène l'intérêt collectif à prendre, en qualité d''État, une forme indépendante, séparée des intérêts réels de l'individu et de l'ensemble et à faire en même temps figure de commui auté illusoire, mais toujours sur la base concrète des...

9 pages - 1,80 €

La philosophie est-elle l'amie de l'homme ?

« Si tu désires la philosophie, prépare-toi à être ridiculisé et raillé par la foule, et à l'entendre dire : "II nous est revenu tout à coup philosophe », et : « D'où lui vient cet air hautain? » Épictète, Manuel.   Deuxième partie : l?amitié exigeante.   Si la philosophie c?est le savoir de tous et pour tous, si elle n?est au...

2 pages - 1,80 €

En quoi l'amitié est-elle l'échange ?

Or, l?intérêt se distingue de la passions en ce que, pour parvenir à ses fins, il doit se soumettre à une règle qui consiste à éliminer de l?échange tous les éléments qui ne sont pas porteurs d?une valeur négociable sur un marché. Ainsi, pour Benjamin Franklin (homme politique et essayiste américain) : un ami me laisse négligemment son argent...

3 pages - 1,80 €

Le philosophe est-il l'ami de l'homme ?

Bien définir les termes du sujet : - « Philosophe » : le terme peut avoir un sens plus ou moins restreint selon la perspective dans laquelle on l'aborde. Au sens étroit, c'est un métaphysicien qui cherche les raisons premières des choses et le moyen de parvenir au plus haut degré de sagesse. Au sens large, et qui nous intéresse plus,...

5 pages - 1,80 €

Sommes-nous comme le pensait Zola déterminés par nos gênes et notre héritage familial ou sommes-nous maître de notre destinée ? ?

Sommes-nous comme le pensait Zola déterminés par nos gênes et notre héritage familial ou sommes-nous maître de notre destinée ? ?...

2 pages - 1,80 €

« Nous n'avons pas besoin de connaître l'auteur pour comprendre et aimer son oeuvre. On peut légitimement se passer de tout recours à ce que l'on sait de l'auteur en dehors de l'oeuvre pour examiner celle-ci. » Françoise Van Rossum-Guyon, Critique du Rom

||Toute réflexion sur la littérature s'efforce de prendre en compte deux réalités : le texte écrit, et celui qui est à son origine, l'écrivain.  Pourtant, dans sa critique du roman, F. van Rossum-Guyon écrit : « Nous n'avons pas besoin de connaître l'auteur pour comprendre et aimer son œuvre. On peut légitimement se passer...

3 pages - 1,80 €

Commentez cette opinion d'Henry de Montherlant : « Aucune preuve d'intelligence ne surpasse celle de voir le monde tel qu'il est, et de le trouver bon, c'est-à-dire en termes familiers, de se sentir bien dans sa peau ». ?

|| Définition - définir les termes du sujet, - situer l'auteur, si vous le connaissez. Conception générale Vous pouvez approuver purement et simplement cette opinion de Montherlant et montrer comment vous l'appliquez dans votre vie personnelle. Vous avez aussi le droit (ou peut-être même le devoir) de la discuter ou de la condamner. C'est ce que nous...

1 page - 1,80 €

« Les choses absurdes sont les seules agréables, les seules belles, les seules qui donnent de la grâce à la vie et qui nous empêchent de mourir d'ennui. Un poème, une statue, un tableau raisonnable feraient bâiller tous les hommes, même les hommes raison

|| Plus que nulle autre, notre époque s'impose par son amour du nouveau, de l'inédit, voire de l'étrange ou de l'inaccoutumé. On peut trancher d'un mot en disant qu'elle a privilégié l'absurde au point de l'ériger en théorie littéraire, sinon en système philosophique. Albert Camus n'a-t-il pas fondé naguère avec le Mythe de Sisyphe, l'«...

2 pages - 1,80 €

Commentez ce mot d'AMIEL : «L'homme n'est que ce qu'il devient, vérité profonde; l'homme ne devient que ce qu'il est, vérité plus profonde encore.» ?

|| INTRODUCTION « Il faut soixante ans pour faire un homme », dit un personnage de Malraux. C'est dire que l'homme se définit par la somme de ses actes ou, en termes philosophiques, ne se découvre qu'à travers le devenir. Mais ce devenir lui-même n'est-il pas, en quelque sorte, déjà impliqué dans l'être? Les...

2 pages - 1,80 €

Vous examinerez ce jugement de Maine de Biran: "Les philosophes du XVIIIe siècle n'ont pas connu l'homme" ?

||On appelle volontiers le XVIIe siècle, le « siècle des philosophes », marquant par là que c'est un siècle d'idéologues plutôt qu'un siècle de fins connaisseurs de l'âme humaine. C'est, en fait, un siècle qui souffre de la comparaison avec le siècle qui le précède, siècle des moralistes, et avec le siècle qui le...

5 pages - 1,80 €

Mme de Sévigné écrit de Montaigne : « Ah! l'aimable homme. C'est mon ancien ami. » En quoi consiste, selon vous, l'amabilité de Montaigne ?

||C'est, avant tout, un sujet d'analyse d'idée, l'analyse de l'idée d'amabilité telle qu'elle existe chez Montaigne. Etablissons d'abord une distinction, nécessaire très souvent quand il s'agit d'un écrivain, celle du fond et de la forme. L'amabilité de Montaigne tient d'abord à ses idées. Le sujet précédent nous a fait connaître sa doctrine; mais nous...

1 page - 1,80 €

Comment Giraudoux dans ce dénouement revisite-il le myhe de la famille des Atrides ?

|| Extrait scène 9, acte 2 de Electre de Griaudoux   Le mendiant : Alors voici la fin. La femme Narsès et les mendiants délièrent Oreste. Il se précipita à travers la cour. Il ne toucha même pas, n'embrassa même pas Electre. Il a eu tort. Il ne la touchera jamais plus. Et il atteignit ...

2 pages - 1,80 €

On a cru longtemps que la société des Quatre amis, que La Fontaine met en scène au début de sa Psyché, comprenait Boileau et Racine. Mais il est à peu près certain qu'il ne s'agit ni de Racine ni de Boileau (ni de Molière). L'erreur venait en partie de c

||C'est avant tout un sujet qui demande des connaissances historiques et dont la discussion peut suivre, en grande partie, l'ordre narratif ou historique.  Boileau ne commence pas à s'occuper activement de critique littéraire avant 1659 ou 1660. A cette date tous les principes et même tous les détails de la critique classique sont établis...

1 page - 1,80 €

La Fontaine avait beaucoup de goût pour les lectures et discussions philosophiques. Il lisait, s'il faut l'en croire, Platon; il discutait le système de Descartes; il s'engouait, grâce à son ami Bernier, de la philosophie de Gassendi, etc. Dans quelle me

||Il y a lieu, tout d'abord, d'éviter une méprise. Ne pas confondre philosophie et morale. La nature de la morale de La Fontaine n'en fait pas un philosophe. On n'est pas nécessairement un philosophe parce qu'on dit : « La raison du plus fort est toujours la meilleure — Ne forçons pas notre talent...

2 pages - 1,80 €

Dans le Misanthrope, dans l'Avare, dans le Tartuffe, dans les Femmes savantes, « il y a une comédie de caractère et une comédie de moeurs intimement associées. Chacune est comédie de caractère par le personnage principal : Alceste, Harpagon, Tartuffe, Ph

||Pour bien traiter ce sujet, il faut concevoir nettement la différence entre la comédie de caractère et celle de mœurs. La comédie de caractère étudie en principe les formes de caractère qui sont de tous les temps et de tous les pays; celle de mœurs s'attache à certaines façons de penser et de vivre...

1 page - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com