Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : ont

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 >>

4321 dissertations trouvées

« La liberté ne nous est pas donnée au principe; elle est un idéal que nous devons atteindre. » Que pensez-vous de ce jugement d'un philosophe contemporain ?

Aucune faculté de choisir n'est laissée à cette pierre, qui ne peut dévier d'une ligne de la trajectoire commandée par les forces qui agissent sur elle. Cependant sa chute est déclarée libre : c'est qu'elle se dirige vers la terre, que le sens commun considère comme son « lieu naturel », suivant la formule des scolastiques, et que...

4 pages - 1,80 €

Examiner cette assertion d'un penseur contemporain : « Une morale qui croit fonder l'obligation sur des considérations purement rationnelles réintroduit toujours à son insu des forces d'un ordre différent. » ?

Mais il m'est parfois plus utile à moi de mentir; alors je mens sans honte. » Vous tâcheriez d'éduquer cette âme fruste, de la conquérir à votre idéal, de lui faire honte de sa vulgarité... Bref, renonçant inconsciemment à votre morale de la raison, vous mobiliseriez à votre insu des forces étrangères aux considérations purement rationnelles. Il reste encore...

4 pages - 1,80 €

Comment la bonté, pour être une vertu véritable, réclame-t-elle d'être intelligente ?

II est aisé de voir le désordre moral de telles attitudes et même parfois leur illogisme; ce qui d'ailleurs est normal, si on se laisse guider par un pur sentiment, aveugle de sa nature. II. La bonté intelligente, vertu morale. ? a) Ce qui précède ne tend certes pas à montrer le caractère nocif du sentiment lui-même dans la...

2 pages - 1,80 €

En quel sens et dans quelle mesure est-il permis de dire que les faits ne sont jamais perçus Qu'à travers des théories ?

. c) Ou bien il s'agit d'un fait constituant une expérience cruciale et devant décider entre deux théories en présence : ainsi en fut-il de l'expérience de FOUCAULT comparant la vitesse de la lumière dans l'air et dans l'eau (voir la dissertation suivante). d) Ou bien enfin le résultat imprévu d'une expérience laisse les esprits des savants dans la perplexité...

2 pages - 1,80 €

Goethe écrit : « On n'est jamais trompé, mais on se trompe. » Montrez le rôle de la volonté dans la croyance.

163). Cependant, l'action reste bien mienne; elle résulte de ce que je suis et j'aurais pu échapper à l'immersion. Beaucoup de nos erreurs s'expliquent ainsi : nous nous laissons entraîner par nos habitudes, nos préjugés, notre milieu. b) Mais au sens fort, le verbe réfléchi est pris au sens actif et exprime une action que l'agent fait sur lui-même...

1 page - 1,80 €

Qu'est-ce Qu'un témoignage ? En quoi le témoignage diffère-t-il des autres documents dont dispose l'historien ?

Ainsi, pouvons-nous conclure cette rapide enquête sur la nature du témoignage du point de vue de l'historien : celui-ci, quand il travaille, d'après documents, à établir la matérialité des faits, fondement de son oeuvre, n'est ni plus ni moins qu'un juge interrogeant ses témoins, dont il exigera une information sérieuse (si possible, la connaissance directe des faits qu'ils...

3 pages - 1,80 €

«Quand je délibère, les jeux sont faits », écrit M. Sartre. Peut-on refuser à la délibération un rôle dans l'acte volontaire ?

La délibération peut en effet être considérée comme un pouvoir inhibiteur de la volonté. C'est pourquoi l'excès de délibération est souvent le propre des faibles. L'aboulique s'en remet aux événements pour la conduite de sa vie. Non qu'il ne voie comment sortir de son marasme, mais il ne sait pas se décider. D'ailleurs, une...

4 pages - 1,80 €

Toutes nos facultés intellectuelles sont-elles susceptibles d'être développées par la volonté ?

.. D'ailleurs il n'y a pas en réalité des facultés radicalement indépendantes : nous observons, non seulement avec nos yeux et avec notre intelligence, mais encore avec notre mémoire et notre imagination; il y a de l'intelligence et de l'imagination dans la mémoire... Par suite le développement de toute faculté entraîne un progrès pour les autres. B. Mais une...

1 page - 1,80 €

Un penseur contemporain a écrit : « l'Histoire justifie ce que l'on veut. Elfe n'enseigne rigoureusement rien, car elle contient tout et elle donne des exemples de tout. » (Paul Valéry, « Regards sur le monde actuel »). Ce scepticisme touchant la portée

Chacun choisit les faits qui confirment sa thèse et néglige les autres. Ensuite, les événements historiques ne se répétant pas, un contrôle rigoureux des observations antérieures est impossible. Enfin, du passé il ne nous reste que des faits bruts, des matériaux sans âme : l'âme, c'est-à-dire la pensée des acteurs des tragédies de jadis, leurs intentions, à chacun...

3 pages - 1,80 €

Les valeurs sont-elles l'?uvre de notre moi ?

.. Chaque conscience, dit-il, sous l'influence du milieu, de l'éducation, de l'hérédité, voit les règles morales sous un jour particulier ». Toutefois, ce coefficient personnel dans la réception des valeurs semble, aux yeux de DURKHEIM, être surtout négatif. Il y a beaucoup plus, selon lui, dans la conscience collective que dans la conscience individuelle : « Des multiples...

1 page - 1,80 €

Expliquez et appréciez cette pensée de Marcel Proust : « Une personne est une ombre où nous ne pouvons jamais pénétrer, pour laquelle il n'existe pas de connaissance directe, au sujet de quoi nous nous faisons des croyances nombreuses à l'aide de paroles

Qu'est-ce donc qui nous est donné ? ? B ? Des paroles et des actions à l'aide desquelles nous nous faisons des croyances nombreuses. L'essentiel de notre connaissance d'autrui repose sur l'interprétation de ce qu'il dit et fait. Nous croyons qu'un tel est méchant parce que nous l'avons vu agir méchamment ou entendu tenir des propos méchants. Dans les...

3 pages - 1,80 €

Commentez cette phrase de Nietzsche : Le monde me doit ce dont j'ai besoin.

La nature n'est pas toujours abondante, l'homme doit nécessairement agir pour satisfaire ses désirs. Le monde, de lui-même, ne m'apporte pas ce qui est nécessaire à ma survie, l'action est nécessaire pour survivre. b) Dans les sociétés primitives, une grand part du temps était consacrée à la recherche de nourriture, à la chasse... c) Ce n'est qu'avec le développement de...

2 pages - 1,80 €

Toutes les inégalités sont-elles des injustices ? (Plan)

INTRODUCTION On confond ordinairement inégalité et injustice, mais la stricte égalité ne serait-elle pas injuste ? I. LA JUSTICE DISTRIBUTIVE ? A ? Définitions. Justice commutative : consiste dans l'égalité des choses échangées, dans l'équivalence des obligations et des charges. Justice distributive : consiste dans une répartition proportionnelle des biens et des maux : suum cuique tribuere : donner à chacun ce qui...

1 page - 1,80 €

« On sait bien Qu'on est le même, mais on serait fort en peine de le démontrer. Le «moi» n'est peut-être Qu'une notation commode» (Valéry).

Quand mes perceptions sont absentes pour quelque temps, quand je dors profondément, par exemple, je suis, pendant tout ce temps, sans conscience de moi-même et on peut dire à juste titre que je n'existe pas. Et si toutes mes perceptions étaient supprimées par la mort, si je ne pouvais plus penser, ni éprouver, ni voir, aimer ou haïr...

3 pages - 1,80 €

Les hommes naissent et demeurent égaux en droits. Quels sont, selon vous, le sens, la portée et la valeur de ce principe ?

? Ensuite, par l'égalité politique : « Tous les citoyens, disait déjà la Déclaration de 1789 (art. 6), ont droit de concourir, personnellement ou par leurs représentants, à la formation de la loi », et la Déclaration de 1948 (art. 21) stipule de même : « Toute personne a le droit de prendre part à la direction des...

2 pages - 1,80 €

Peut-on dire que les hommes sont égaux entre eux malgré la diversité de leurs dons, de leurs compétences et de leurs mérites ?

? Positivement, elle exige que soit favorisé chez tous le plus complet développement de la personne humaine. Et cela, d'abord par l'égale accessibilité de tous à l'instruction et à la culture, en tenant compte, bien entendu, des aptitudes et des dispositions particulières de chacun : la culture a été longtemps réservée aux classes privilégiées; elle doit être ouverte...

2 pages - 1,80 €

Les notions de responsabilité, de mérite et de démérite sont-elles applicables à des collectivités, par exemple, à des familles ou à des nations ?

B. ? De là résultent deux conséquences. ? 1° En tant que membre d'une collectivité, l'individu participe à la responsabilité de celle-ci dans la mesure où non seulement il a participé à son activité, mais aussi dans la mesure où, par son abstention, sa passivité, voire peut-être sa lâcheté, il a laissé accomplir des actes que le droit...

2 pages - 1,80 €

Les sciences humaines sont-elles de véritables sciences ?

.../... Transition : Les différences d'objet de ces disciplines autorisent-elles aux sciences humaines l'utilisation d'une méthode rigoureusement scientifique ? II. Rapport des sciences et des sciences humaines du point de vue de la méthode. 1. L'observation : Durkheim cherche à considérer les faits sociaux comme des choses, à les considérer du dehors comme des choses extérieures, seule condition...

3 pages - 1,80 €

Faut-il considérer la liberté comme absence de contrainte ?

|| A. Sens des mots de l'énoncé :  — On parle de liberté dans :  le domaine du droit, la liberté de droit est celle qui oppose l'homme libre à l'esclave, elle est relative à la situation historique des hommes, mais ne tient pas à la condition même de l'homme ;  dans le fait, la...

3 pages - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com