Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Recherche de sujets de dissertations

Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet:

Dissertations Commentaires

Recherche effectuée pour : mai

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 >>

3046 dissertations trouvées

Peut-on découvrir dans la conscience humaine le sentiment de l'infini ?

xxx ?|| Introduction. — La philosophie d'un Pascal a pour centre le sentiment de l'infini, la tendance qui pousse ou qui pou-Serait l'homme à dépasser toute limite, à ne se satisfaire pleinement d'aucune réalité finie. « L'homme n'est produit que pour l'infinité », écrit Pascal.   1e partie. — Il semble au premier abord difficile, impossible, de...

1 page - 1,80 €

Discutez cette pensée de Schopenhauer : « Tous sont aptes à raisonner, mais peu à juger. » ?

||  Introduction. — Les psychologues ont d'ordinaire rapproché jugement et raisonnement. Le grand pessimiste Schopenhauer distingue profondément ces deux opérations lorsqu'il écrit, avec son habituel mépris de l'humanité : « Tous sont aptes à raisonner, mais peu à juger. » 1re partie. — Au premier abord il paraît difficile d'accepter cette réflexion dans son ensemble...

1 page - 1,80 €

Discutez cette pensée de Descartes : « Ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est de l'appliquer bien ».

|| Introduction. — Descartes, persuadé qu'il manque surtout aux sciences de son temps, pour progresser, une méthode, écrit, au début du Discours où il veut en exposer une « Ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est de l'appliquer bien ». — Bien que Descartes, dans ce paragraphe, donne des comparaisons empruntées à...

1 page - 1,80 €

Commentez et discutez cette pensée de André Lalande : « La véritable personnalité morale, que l'on confond avec l'individualité, s'en dégage au contraire par degrés, à mesure qu'un être progresse dans la voie de la ressemblance et de l'unité humaine. »

|| Introduction. — On confond dans bien des doctrines individualité et personnalité (la morale personnelle consistant à développer l'individualité). Un penseur contemporain qui combat les Illusions évolutionnistes, André Lalande, distingue et même oppose ces deux notions lorsqu'il écrit...   1re partie. — Cette pensée peut étonner ; elle est contraire à plusieurs tendances de...

1 page - 1,80 €

Commentez et discutez cette pensée de Pascal : « Athéisme, marque de force d'esprit, mais jusqu'à un certain degré seulement ».

|| Introduction. — Pascal a consacré un magnifique effort à persuader les âmes de la vérité de la religion chrétienne. Dans les Pensées qui sont la prodigieuse ébauche de l'œuvre qu'il n'a pu terminer, on trouve des observations déconcertantes ; par exemple celle-ci 1e partie. — Que veut dire Pascal ?  A. — L'athéisme, qui nie...

1 page - 1,80 €

Que pensez-vous de ce jugement porté en 1859 par Baudelaire sur le réalisme : « Dans ces derniers temps nous avons entendu dire de mille manières différentes : « Copiez la nature; ne copiez que la nature. Il n'y a pas de plus grande jouissance ni de plus

• un « Salon » qui l'a déçu par le réalisme quasi photographique de trop de peintures.  • Les progrès de la photographie ne sont qu'un aspect des progrès économiques et industriels si « voyants » sous le Second Empire : démolition du vieux Paris, que Baudelaire déplore dans Le Cygne. usines à vapeur qui...

3 pages - 1,80 €

Philippe Audoin écrit dans son ouvrage sur Breton (1970) : «Breton assignait au surréalisme l'objectif - suspect aux politiques comme aux philosophes - de contribuer à la formation d'un nouveau mythe. Il ne s'agissait certes pas d'agencer de toutes pièce

|| Après avoir rappelé qu'il faut démolir les églises, Breton, dans une Dédicace à Armand Hoog. écrivait: « Vive le mythe nouveau ! ». se révélant ainsi parfaitement conscient de l'aspect mythique de son œuvre, de sa volonté de retour aux grandes sources collectives de l'humain. Rompant avec la pensée classique, trop abstraitement universaliste ...

3 pages - 1,80 €

On parle beaucoup aujourd'hui de « littérature engagée », dans laquelle l'écrivain oeuvre pour expliquer et ensuite améliorer la condition humaine. Pensez-vous que ce soit l'unique vocation de la littérature ?

||1. Il s'agit d'un sujet facile parce que posant le problème avec netteté et se rapportant à un domaine connu des élèves.    2. Le sujet explique déjà en partie ce qu'est la littérature engagée.  Il est cependant nécessaire de préciser la définition de l'engagement pour éviter que les expressions « expliquer » et « améliorer...

2 pages - 1,80 €

Paul Valéry a dit : « L'enthousiasme n'est pas un état d'âme d'écrivain. » De son côté Julien Benda écrit : « C'est pour moi un des grands signes de l'impuissance moderne de dire : j'écris mes livres sans ordre parce que si j'ordonnais mon émotion je la

Dans les sociétés encore imprégnées de sacré, le poète, le sorcier, le prophète sont proches l'un de l'autre; ils ont en commun la faculté d'être en communication avec l'au-delà, et d'être le médium par lequel s'exprime le surnaturel. Par la suite, d'autres théories, tout en supprimant la référence au divin, continuent d'attribuer l'inspiration à...

3 pages - 1,80 €

Expliquez et discutez cette formule de Gide : « Envier le bonheur d'autrui c'est folie; on ne saurait pas s'en servir. Le bonheur ne se veut pas tout fait mais sur mesure. » ?

||« Il ne suffit pas d'être heureux, il faut encore que les autres ne le soient pas », disait, avec humour, Jules Renard, stigmatisant ainsi l'attitude de ceux dont les plus grandes joies résident dans, la possibilité de dépasser ou d'écraser autrui, qui confondent la volonté de bonheur avec la volonté de puissance, pour...

2 pages - 1,80 €

J. Fourastié écrit dans son livre. Le grand espoir du XXe siècle : « Les machines modernes en prenant pour elles toutes les tâches serviles, qui sont du domaine de la répétition inconsciente, en libèrent l'homme, et lui laissent les seuls travaux qui res

|| Remarques sur le sujet • Le sujet : il s'agit d'un passage très souvent donné dans les examens; la connaissance du livre de Fourastié peut aider le candidat mais elle n'est pas indispensable. Il est nécessaire de s'arrêter sur l'expression machines modernes. Il ne s'agit pas de la machine en général, mais de la...

2 pages - 1,80 €

Parlant de l'émancipation des femmes, Freud écrit en 1883 : « Mais je crois que toute réforme légale ou administrative avortera du fait que, bien avant que l'être humain soit en âge d'accéder à une position dans la société, la Nature a déterminé à l'avan

|| Introduction    La femme s'est vu longtemps dans notre société refuser le statut d'être humain à part entière. Elle n'avait pas les mêmes droits que l'homme et le Code Napoléon la classait parmi les irresponsables avec les enfants et les aliénés. Si aujourd'hui, sur le plan légal, les choses se sont améliorées, la femme...

2 pages - 1,80 €

Montaigne a écrit de lui-même : « J'étudiai jeune pour l'ostentation; depuis, un peu pour m'assagir; à cette heure, pour m'ébattre; jamais pour le quêt [profit].» Dans quelle mesure a-t-il ainsi décrit l'inspiration des Essais ?

||Pour l'essentiel, c'est une dissertation polémique en ce sens qu'elle vous demande de discuter la phrase prise comme un jugement général des Essais ; mais avant de préciser cette discussion, il vous faut faire une description de la doctrine des Essais, pour comparer ensuite cette description un texte qui est votre sujet. Montaigne a...

1 page - 1,80 €

Voltaire écrit dans ses Lettres philosophiques : « Il me paraît qu'en général l'esprit dans lequel Pascal écrivit ces Pensées était de montrer l'homme sous un jour odieux. Il s'acharne à nous peindre tous méchants et malheureux. Il écrit contre la natur

||Le sujet vous demande une dissertation explicative et une dissertation polémique. Mais il ne faut pas vous tromper sur cette explication et cette discussion. Il ne s'agit pas d'expliquer, en les analysant, des expressions ou phrases complexes; Voltaire dit nettement ce qu'il veut dire. Mais il faut expliquer comment ce jugement se rapporte, bien...

1 page - 1,80 €

Pascal a dit : « Ceux à qui Dieu a donné la religion par sentiment du coeur sont bien heureux et bien légitimement persuadés. Mais ceux qui ne l'ont pas, nous ne pouvons la leur donner que par raisonnement en attendant que Dieu la leur donne par sentimen

||Cette dissertation est de même nature que la précédente. Il s'agit de comparer cette phrase, conçue comme une sorte de programme, avec ce que nous trouvons dans les Pensées. D'autre part, bien qu'on vous dise de « montrer comment » et non pas « dans quelle mesure », il est évident qu'on ne vous...

2 pages - 1,80 €

Au mois d'octobre 1750, paraissait le prospectus de l'Encyclopédie, Vous supposerez que Diderot, quelques semaines auparavant, écrit à Voltaire pour lui demander sa collaboration. Il lui montre la grandeur et l'utilité de ce dictionnaire raisonné des sci

|| 1° CIRCONSTANCES : tout d'abord, il convient de se reporter à l'histoire de l'Encyclopédie et de ses vicissitudes. A l'origine, l'Encyclopédie, devait être une simple traduction française de l'Encyclopédie des Arts et des Sciences (1727) de l'Anglais Chambers, Le libraire Le Breton, après la mort de Sellius et l'abandon de Mills, ses deux premiers...

1 page - 1,80 €

"On ne peut être juste, si on n'est pas humain." Commentez cette maxime de Vauvenargues.

|| Justice : équité, chacun son dû, le symbole de la balance. Humanité : bienveillance pour l'homme, compréhension de sa faiblesse. La véritable justice ne consiste pas à appliquer mécaniquement les lois et les règlements, mais à examiner le cas humain; aussi y a-t-il à côté du code le juge pour interpréter la loi et l'avocat...

2 pages - 1,80 €

Corneille a écrit de la tragédie : « Sa dignité demande quelque grand intérêt d'Etat ou quelque passion plus noble et plus mâle que l'amour, telles que sont l'ambition ou la vengeance, et veut donner à craindre des malheurs plus grands que la perte d'une

||Les deux parties de cette dissertation sont indiquées par le texte même : expliquer — discuter. L'explication est donnée par les sujets précédents, par la doctrine de la tragédie grande. Le texte de Corneille vous dirige cependant ici vers les exemples qui devront nourrir votre développement; montrez comment dans les tragédies de Corneille, lorsque...

1 page - 1,80 €

Saint-Evremond écrivait de Corneille : « Il fait mieux parler les Grecs que les Grecs, les Humains que les Romains, les Carthaginois que les citoyens de Carthage ne parlaient eux-mêmes. » Dans sa pensée c'est un éloge. Seriez-vous de son avis ?

||Il faut d'abord bien comprendre le sujet, préciser le sens de « fait mieux parler ». Saint-Evremond ne veut évidemment pas dire qu'il leur prête un langage plus correct, de qualité littéraire supérieure. C'est la convention de presque toutes les pièces de théâtre (sauf celles qui visent au réalisme) ; même des gens cultivés...

1 page - 1,80 €

Il est facile, comme on l'a souvent fait, de dégager des tragédies de Corneille un idéal moral « cornélien ». Définissez brièvement cet idéal et dites dans quelle mesure il serait, selon vous, applicable non pas seulement à des êtres d'exception, mais à

||Ici la méthode la plus sûre pour être exact et complet est celle de la revue. Passez en revue toutes les pièces de Corneille en notant successivement et l'idéal moral que chacune nous propose et la mesure dans laquelle cet idéal est applicable à la vie commune :  Le Cid : l'idéal est qu'il faut...

1 page - 1,80 €

On a cru longtemps que la société des Quatre amis, que La Fontaine met en scène au début de sa Psyché, comprenait Boileau et Racine. Mais il est à peu près certain qu'il ne s'agit ni de Racine ni de Boileau (ni de Molière). L'erreur venait en partie de c

||C'est avant tout un sujet qui demande des connaissances historiques et dont la discussion peut suivre, en grande partie, l'ordre narratif ou historique.  Boileau ne commence pas à s'occuper activement de critique littéraire avant 1659 ou 1660. A cette date tous les principes et même tous les détails de la critique classique sont établis...

1 page - 1,80 €

Sainte-Beuve a dit (en 1829) que la littérature et la poétique de Boileau étaient « un mélange de sens droit et d'insuffisance, de vues provisoirement justes, mais peu, décisives ». Approuvez-vous ce jugement ?

||Les sujets précédents nous ont permis d'exposer la nature et l'origine de la doctrine de Boileau. Celui-ci nous demande de la juger. Le texte de Sainte-Beuve nous conduit à diviser ce jugement. Est-il vrai qu'il y ait dans la littérature (entendons : l'ensemble de ses œuvres) et dans la poétique de Boileau un sens...

1 page - 1,80 €

Parmi les héroïnes de Racine, quelle est celle qui vous semble la plus humaine, la plus proche de vous, la plus facile à transporter, sans rien changer à son caractère, dans une pièce moderne ?

||Dans presque toutes les œuvres d'un passé assez lointain, la différence des temps entraîne des conceptions d'art plus ou moins différentes; pour dégager l'intérêt humain actuel, il faut transposer, ne pas tenir compte de certaines conventions. La convention de la tragédie est qu'elle doit mettre à la scène des événements historiques (ou de légende...

1 page - 1,80 €

Expliquer et discuter ce jugement de Barbey d'Aurevilly sur La Fontaine : « Il y a eu des conteurs et des poètes avant et depuis La Fontaine. Mais il n'y en a jamais eu ayant joint, dans une fusion de cette harmonie, à la poésie la plus divine une bonhom

||Il faut commencer par une explication, une analyse des expressions : poésie la plus divine et bonhomie plus divine encore. Nous pouvons négliger l'épithète de divin. Barbey d'Aurevilly, romantique souvent grandiloquent, aime le style excessif. Contentons-nous d'étudier la poésie et la bonhomie dont la fusion harmonieuse fait le génie de La Fontaine. Ce que...

2 pages - 1,80 €

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 >>

» Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com