Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Sujet : Aristote: La société a-t-elle nécessairement raison contre l'individu ?

Extrait du corrigé : La conception suivant laquelle on doit confier le pouvoir souverain à la multitude plutôt qu'à une élite restreinte, peut sembler apporter une solution, défendable dans une certaine mesure et sans doute même répondant à la vérité. La multitude, en effet, composée d'individus qui, pris séparément, sont des gens sans valeur, est néanmoins susceptible, prise en corps, de se montrer supérieure à l'élite de tout à l'heure, non pas à titre individuel, mais à titre collectif [...]. Dans une collectivité d'individus, en effet, chacun dispose d'une fraction de vertu et de sagesse pratique, et une fois réunis en corps, de même qu'ils deviennent en quelque manière un seul homme pourvu d'une grande quantité de pieds, de mains et de sens, ils acquièrent aussi la même unité en ce qui regarde les facultés morales et intellectuelles. C'est la raison encore pour laquelle la multitude est meilleur juge des oeuvres des musiciens et de celles des poètes : car l'un juge une partie de oeuvres, l'autre une autre, et tous jugent le tout. Au surplus, ce n'est pas autrement que les hommes d'une vertu éprouvée diffèrent de chacun des individus composant une foule ; cette différence est de même sorte que celle qu'on reconnaît entre les beaux hommes et les hommes sans beauté, et entre les peintures faites par art et leurs modèles originaux : elle consiste en ce que les éléments disséminés çà et là ont été réunis sur une seule tête, puisque, considérés du moins à part, l'oeil d'une personne en chair et en os, ou quelque autre organe d'une autre personne, sont plus beaux que l'oeil ou l'organe dessiné. Certes, la question de savoir si à toute démocratie et à toute multitude il est possible de reconnaître cette supériorité de la foule sur le petit nombre des gens de bien, demeure irrésolue, et peut-être, par Zeus ! est-ce une impossibilité manifeste de l'admettre pour certaines sortes de multitudes (car le même argument s'appliquerait aussi aux animaux sauvages ; et cependant en quoi certaines foules ne diffèrent-elles pour ainsi dire des brutes ?) ; mais pour telle multitude déterminée rien n'empêche la vérité de ce que nous avons soutenu.

ATTENTION ! Un délai de 48 heures maximum est nécessaire pour l'obtention de ce corrigé.
Votre aide vous sera envoyée au plus tard le 19/10/2017 à 00h09


Liste des auteurs